Comment Rhizome propose un abonnement internet associatif et pas cher

Si on vous dit fournisseur d’accès internet, vous pensez Free, Orange, SFR ? Oui mais pas que. Il existe également des FAI (Fournisseur d’accès internet) associatifs. En France, le top départ a été donné en 1992 avec la création de la FDN. Depuis, les initiatives associatives se sont multipliées et les assos étudiantes ne sont pas en reste, c’est le cas de l’association étudiante Rhizome. Nous avons rencontré Kyâne, membre de l’association pour qu’il nous raconte comment Rhizome a réussi le pari de fournir un accès à internet pas cher aux étudiants de Compiègne.

Rhizome, c’est quoi ?

Rhizome est un fournisseur d’accès internet associatif basé à Compiègne et créé fin 2011. Nous avons le même statut qu’un fournisseur d’accès internet commercial avec le droit d’utiliser le réseau radio de la ville. Nous sommes tous étudiants bénévoles et la grosse majorité des abonnements sont étudiant.e.s. Ce qui nous caractérise également, ce sont les engagements que nous portons. Nous voulons respecter la neutralité du net, cela veut dire qu’on ne filtre aucun site et la vie privée des personnes, nous ne récoltons que les informations demandées par la loi.

Comment vous êtes-vous adapté à l’usage des étudiants ?

Nous développons un abonnement sans durée d’engagement ni frais de résiliation. Ce qui est important pour nous car à l’UTC (université de technologie de Compiègne), nous sommes amenés à bouger régulièrement pour des stages, des expériences à l’étranger.

Nous faisons en sorte que chacun.e puisse utiliser nos services. Pour cela, nous n’hésitons pas à nous déplacer pour régler de possibles problèmes, même le dimanche soir ! Il y a une vraie proximité. L’abonnement revient à 16,50€ par mois et nous essayons de diminuer le prix même si nous ne bénéficions pas des effets d’échelle comme les gros fournisseurs d’accès internet. Aujourd’hui, nous disposons d’une trentaine d’abonnements en cours.

 

Comment est constituée l’équipe de l’asso ? Vous êtes tous des férus
d’informatique ?

En ce moment, 6 membres sont très impliqués dans l’association. S’ajoutent à eux des personnes qui passent plus rapidement. Les équipes changent régulièrement et si la grande majorité des bénévoles s’intéresse à l’informatique, tous ne connaissent pas la thématique spécifique du réseau, au contraire !

 

Et toi, quel est ton parcours dans cette asso ?

Pour ma part, j’ai fait un DUT en électronique puis une année de licence en réseau Télécom, donc je suis plutôt dans mon domaine. Je suis en cursus pour devenir ingénieur informaticien, ce qui est utile pour gérer les différents aspects techniques de nos projets.

 

Tu parles d’auto-formation, comment ça fonctionne exactement ?

Déjà, nous n’avons pas d’organisation stricte. Nous nous réunissons chaque semaine et nous répartissons les tâches en fonction des envies de chacun.e. De cette manière nous arrivons à tout faire. Donc, nous partons du principe que chacun.e fait ce qu’il ou elle souhaite et ça fonctionne bien comme ça. Comme la personne fait ce qu’elle a envie de faire, elle est motivée et se forme assez facilement.

Moi, je suis un vrai touche à tout mais tout le monde n’est pas obligé de tout apprendre ! Par exemple, ce semestre, on a deux nouveaux alors dès qu’on fait quelque chose, ils viennent, il regardent et ensuite c’est à leur tour. S’il y a un problème, on les aide.

 

Comment se passe le recrutement de bénévoles ? Vous ciblez des personnes en particulier ?

Il y a un gros turn-over dans notre association qui est dû à la mobilité importante des étudiants de l’UTC. Pour recruter des bénévoles nous essayons de mettre en avant l’importance de l’auto-formation dans notre association et les compétences qu’ils vont développer. Le but est de rassurer car souvent, les gens ont peur de ne pas savoir faire donc, nous leur expliquons qu’au départ, nous non plus on ne savait pas tout faire ! Pour moi, cette association est un vrai atout pour la recherche d’emploi ou de stages pour la suite. Par exemple, j’ai moi-même trouvé un stage grâce à ce que j’avais appris ici !

 

Est-ce que vous atteignez la parité dans votre asso ?

Très honnêtement, non. On fait très souvent des semestres où les membres ne sont que des hommes, c’est le reflet de la répartition dans les classes d’informatique, même si c’est dommage.

 

Est-ce que le fait que vous ne soyez pas tous calés en informatique des réseaux freine vos projets ?

Cela dépend des situations, le fait qu’on ne soit pas tous au même niveau force certaines personnes à devoir s’impliquer plus et essayer de nouvelles choses. Si la personne qui doit gérer le problème n’est pas là, une autre personne est obligée d’y aller et donc doit se former, ce qui est vraiment positif. Donc, non ce n’est pas vraiment un frein, tout au plus, cela nous fait avancer un peu moins vite dans nos projets.

 

Pour finir, tu peux nous raconter un souvenir cool vécu avec ton asso  ?

J’en ai plein mais en voilà juste un : pour faire nos installations, nous devons monter sur les toits, en plein centre ville. C’est comme ça que nous nous sommes retrouvé sur le toit d’une des plus grosses salles de spectacle du coin pour apporter du réseau à un festival de 6 000 personnes !

 

Je te souhaite quoi pour la suite ?

Nous espérons pouvoir offrir un service internet via la fibre dès cet été ! C’est un projet que nous portons depuis 2 ans mais là, nous approchons du but.

Soyons sociaux
Réagir c'est agir