#EnServiceCivique : comment Hélène booste la vie étudiante de sa ville

Lors de la dernière formation civique et citoyenne organisée par Animafac, nous avons récolté les témoignages de Timothé, Lydie, Zuzana, Sarah et Hélène, volontaires en Service civique dans les 4 coins de la France. Pendant un mois, découvrez chaque mercredi les motivations et les ambitions d’un.e de ces 5 volontaires.

Aujourd’hui, on vous présente Hélène, volontaire en Service civique chez Animafac, en Franche-Comté :)

hélène-400x400

Quelle est ta mission au sein du réseau Animafac ?

Je suis animatrice réseau en Franche Comté, notre rôle c’est de valoriser et d’accompagner des projets étudiants.

 

C’est quoi une journée type pour toi ?

En fait, je n’ai pas de journée type. Je choisis mes horaires en fonction des semaines, des besoins, de mon emploi du temps et des choses que j’ai envie de faire à côté. Il y a des semaines où je fais plein de choses, des rencontres inter-asso, des formations, etc. Si tout d’un coup j’ai une invitation d’une asso de Belfort, j’essaye d’y aller. Je trouve ça super chouette de ne pas forcément faire que ce qui est inscrit dans le planning quotidien. Je peux participer à des événement ou des réunions qui ne sont pas dans ma mission au départ mais c’est super intéressant.

 

Tu es plutôt autonome en fait ?

Oui mais je sais que si j’ai un problème j’appelle ma coordinatrice, pour un mail officiel par exemple. On a des outils sur lesquels s’appuyer et dont on peut s’approprier.

Pourquoi as-tu voulu faire un Service civique ?

Cela faisait très longtemps que je faisais du théâtre et que j’évoluais dans le même cercle mais j’avais envie de voir autre chose et de découvrir d’autres gens et d’autres initiatives. Le Service civique était une manière de m’engager, de m’approprier ma citoyenneté en quelque sorte. Je suivais de près les missions depuis quelques temps pour voir les possibilités et je suis tombée sur les missions d’Animafac. À l’époque, je m’étais dit que c’était top car c’était l’occasion de découvrir plein d’initiatives, de voir ce que les jeunes de mon âge font, de connaître leur parcours au delà des thèmes qui les animent. J’aime ma ville alors j’ai voulu faire ça ici, en Franche-Comté donc, hop, j’ai postulé.

Comment tu envisages la suite ?

Après l’effervescence des Week-ends au campus, j’ai réfléchi longuement sur ce que je voulais faire, je pensais partir pendant 4 mois en engagement international et retourner sur les bancs de la fac en septembre. Finalement, cela voulait dire partir d’ici mais j’aime ma vie à Besançon. Donc je crois que je vais créer un projet associatif ici ! L’idée de partir en volontariat international m’intéressait beaucoup car j’avais envie de continuer à m’engager, de trouver d’autres formes mais je me suis dit que finalement j’avais déjà plein de choses à faire dans ma ville.

C’est quoi le truc le plus cool que tu as fait dans ton asso ?

Le moment qui m’a fait rire, c’est lorsque le directeur du bureau de la vie étudiante à Besançon – qui est génial – a débarqué dans mon bureau pour jouer à un mini jeu de la pêche aux canards. C’est chouette d’être dans une administration et d’avoir des personnes cools et simples. Voilà, c’est une petite anecdote mais sinon j’ai fait plein d’autres choses intéressantes hein ! (Rires)

 

Pour aller plus loin
Soyons sociaux
Réagir c'est agir