Les femmes et le pouvoir dans les associations étudiantes (2005)

Chronique des comportements des femmes dans les associations étudiantes, cette étude intitulée « Les femmes et le pouvoir dans les associations étudiantes » s’attarde sur les raisons de la sous représentation des femmes au sein du milieu associatif étudiant.

Les études et observations menées par Animafac au sein du milieu étudiant ont pointé de fortes disparités entre les hommes et les femmes dans leur comportement : les jeunes femmes s’impliqueraient moins dans les associations étudiantes et seraient sous représentées dans les postes à responsabilité.

Partant de ce postulat, l’association Animafac, soutenue dans sa mission par le FDVA, a mené une étude sur les jeunes femmes impliquées, à différents échelons et selon diverses modalités, au sein des associations étudiantes.

Rassemblant des associations étudiantes de très nombreuses villes françaises et œuvrant dans différents domaines (humanitaire, culturel, social, international, développement local etc.), le réseau construit et animé par Animafac depuis plusieurs années offrait un terrain d’analyse et d’expertise des plus adapté.

L’intérêt de cette démarche était double. Il résidait en premier lieu dans une meilleure connaissance du monde associatif étudiant au sein duquel se forme une grande part des individus qui poursuivront leur engagement une fois sortis du statut étudiant et au cours de leur vie professionnelle. Il permettait ensuite de poser un coup de projecteur sur les jeunes femmes impliquées au sein des associations étudiantes.

Dans le cadre de cette étude, une vingtaine de jeunes femmes engagées au sein des associations étudiantes du réseau Animafac ont été rencontrées et interviewées afin d’analyser les modalités de leur engagement mais aussi et surtout les motivations et les freins à un engagement plus soutenu.

Méthodologie

La méthode sociologique qualitative à partir de la réalisation d’entretiens semi-directifs en face à face a permis d’analyser :

1. Les raisons de l’engagement des jeunes femmes dans les associations étudiantes : le sens accordé à l’engagement, les attentes, motivations, intentions contenues dans l’acte de s’engager.

2. Les trajectoires associatives de ces jeunes femmes : le moment clé du passage à l’acte, les effets de l’implication associative sur leur rapport au monde, le processus de la prise de responsabilité et la mise en exergue des freins et obstacles à cette prise de responsabilité.

3. La conscience féminine de ces jeunes femmes et le rapport qu’elles entretiennent avec le pouvoir et son exercice au sein des associations étudiantes.

Pour aller plus loin
Soyons sociaux
Réagir c'est agir