Un blog décrypte l’évolution des engagements étudiants

Doctorante en contrat CIFRE au sein d’Animafac, Claire Thoury étudie l’évolution des engagements étudiants. Un sujet qu’elle aborde notamment au travers d’un blog sur le site d’EducPros. Elle revient pour nous sur la nature de ses travaux ainsi que sur le récent Forum européen des jeunes engagés, organisé les 27 et 28 août à Poitiers.

Peux-tu résumer l’objet de ta thèse ?

Bien que de nombreuses études aient été menées à propos de la jeunesse ou de l’engagement, peu de choses ont été consacrées à l’engagement des jeunes et des étudiants. Ce qui m’intéresse en premier lieu c’est de montrer l’évolution des engagements ; de questionner l’impact de l’origine sociale ; de désigner les facteurs qui poussent une personne à s’engager. Je souhaite également apporter des éléments de compréhension quant à l’impact de ces démarches sur la vie des personnes concernées. Plus largement, j’aimerais évoquer les différents moyens mis en œuvre par les jeunes pour faire émerger des idées dans une sphère publique pas toujours disposée à les écouter.

Cette thèse est également l’occasion d’écrire un blog sur EducPros. Tu peux nous en dire quelques mots ?

Ce blog s’intitule « Où en est-on des engagements étudiants ? ». Il vise à mettre en valeur les formes innovantes d’engagement dans le monde étudiant. Il doit également permettre d’expliciter ou de repréciser le sens de certaines notions cadres inhérentes aux contextes politiques et sociologiques autour de l’engagement. Enfin, au fil de l’enrichissement de ma thèse, j’y consignerai mes découvertes, mes rencontres et j’y parlerai des événements auxquels j’aurai participé.

Ton tout dernier article parlait du Forum Européen des Jeunes Engagés (FOREJE), organisé fin août à Poitiers. Qu’as-tu pensé de cet événement?

Le fait d’avoir réussi à réunir six grandes organisations de jeunesse* et plus de 1000 personnes au cœur du mois d’août n’est pas une démarche anodine. A mon sens, les échanges survenus à cette occasion posent la question du rapport entre éducation formelle et non formelle, ainsi que de notre conception de la démocratie. Nous avons notamment eu la chance d’entendre des personnes pertinentes parler d’expériences vraiment marquantes. Je retiens les propos de la représentante du mouvement des Carrés Rouges (mouvement massif de protestation contre une augmentation de 75% des frais d’inscription universitaire au Québec, organisé en 2012) et du récit de la mobilisation de plus de 300 000 jeunes ; preuve que, lorsqu’il s’agit d’être dans le participatif, la mobilisation se fait assez naturellement. La plateforme Parlement et Citoyens de Cyril Lage est également un bel exemple de démocratie et d’implication des jeunes.

* Le FOREJE était co-organisé par l’AFEV, les Petits Débrouillards, Animafac, Unis-Cités, Graines de France et l’Anacej.

Découvrez sans attendre « Où en est-on des engagements étudiants ? », le blog de Claire Thoury sur le site d’EducPros.

Soyons sociaux
Réagir c'est agir