Intervenants :

 

– Alexandre Heully, Café Babel

– Aurélie Portalier et Vincent Lequeux, Touteleurope.fr

 

Animateur : Xavier Grimault

 

Commission, Parlement, élections… Alors que le projet européen est en marche depuis longtemps, les informations émanant de l’institution « Europe » peinent toujours à atteindre et toucher les citoyens européens. Même s’il reste encore des fenêtres à ouvrir et des médias à inventer, des outils ont été développés pour rapprocher les citoyens européens de l’Europe à laquelle nous faisons tous partie.

 

Présentation du site Touteleurope.fr

 

Ce portail d’informations généraliste est un site tout public destiné à vulgariser l’information européenne. Suite au référendum de 2005 (pour la Constitution européenne) et à la faible mobilisation des citoyens français sur ces questions, le gouvernement a décidé de la mise en place de ce site. Financé par l’Etat et par des grandes entreprises françaises, il permet un décryptage de l’actualité, offre un traitement objectif avec des dossiers de fond et des cartographies pédagogiques. Des animations multimédia permettent de comprendre l’institution européenne sans verser dans trop de technicité. En amont des élections européennes de mai 2009, Toute l’Europe a également organisé des débats participatifs avec les différentes têtes de liste.

Avec 12 000 visiteurs uniques par jour, Toute l’Europe cherche à devenir un portail de référence, notamment pour les jeunes en quête d’informations sur l’Europe. Ce sont d’ailleurs les pages d’informations basiques qui sont les plus visitées ainsi que les supports pédagogiques à destination des enseignants.

Se voulant objectif, ce média d’information n’est pas un outil de communication de plus du gouvernement français qui en est à l’origine (ce n’est pas un .gouv!). Il ne répond pas à une commande mais cherche à combler un besoin en terme d’informations sur l’Union Européenne. Comparé au site Europa.eu, hermétique et institutionnel, ce site est de plus en plus considéré par les internautes comme une base d’information juridique et politique objective. Il est alimenté à partir des communiqués de la commission, des reprises de la presse généraliste, et des points de vue d’experts spécialistes des questions européennes.

 

Café Babel, un lieu d’échanges pour les jeunes citoyens européens

 

Lorsqu’on parle « information européenne », Alexandre Heully, Délégué Général de Café Babel tente une typologie des différents médias. On peut ainsi distinguer:

– Les sites de communication institutionnelle, techniques, tel Europa.eu

-Les sites à vocation pédagogique, de vulgarisation de l’info, brute et réutilisable tel que Toute l’Europe la propose

– Les sites comme Euractiv, EU Observer, qui sont plutôt des lettres d’informations

– Les médias classiques (PQN, sites d’informations généralistes) qui offrent une perspective politique, détachée, une vue nationale sur l’Union Européenne

– Les sites participatifs (Journal Europa, Café Babel) qui s’inscrivent dans une logique « d’Europe des citoyens » (autour des rubriques société, culture, modes de vie…)

– La nébuleuse des blogs, qui offrent des points de vue, des commentaires politiques parfois de spécialistes, journalistes correspondants à Bruxelles.

 

En 2001, lorsque naît Café Babel suite à la rencontre d’étudiants ERASMUS à Science Po Strasbourg, il s’agit de créer un magazine européen participatif en 6 langues.

 

Moins institutionnel que générationnel, il regroupe aujourd’hui 9000 rédacteurs (18-35 ans) à travers l’Europe qui traitent de tout sujet à dimension européenne.

 

Financé par l’Union européenne, des fondations, des collectivités territoriales, Café Babel est d’abord une plate-forme d’expression pour la jeunesse européenne, – une équipe bénévole de rédacteurs à travers l’Europe – dont les contributions sont aujourd’hui traitées à Paris par une équipe de rédaction salariée: coordination, traitement, vérifications des sources, linking et la collecte des traductions (assurées bénévolement par les membres).

 

Le site offre également un réseau de blogs, individuels ou collectifs, traitant d’actualités locales avec une perspective européenne. Ainsi se crée des ponts, des liens entre jeunes citoyens européens… babéliens. Des synergies qui prennent corps au delà du site dans des « opérations reportages » pendant lesquelles une équipe métissée de 5 journalistes européens se retrouve pour réaliser un reportage dans une région européenne donnée, formant ainsi le temps d’un reportage, une équipe « underground ». Tous les deux ans, une Babel Academy est organisée, sorte d’université d’été, moment de rencontre entre les membres de Café Babel.

 

Avec son modèle original, ses 350 000 visiteurs uniques par mois, Café Babel constitue une véritable innovation dans le journalisme participatif. Objectif : passer de « la tour de Babel » (L’Europe telle qu’elle se présente aujourd’hui) au « Café Babel » (lieu de dialogues et de rencontres) et ainsi créer ce sentiment d’appartenance européenne qui n’est pas conscientisé par les citoyens. Pour ce faire, Café Babel cherche à « européaniser » un sujet national.

 

Ex : le débat sur la burqa en France, qui avait lieu il y a 3 ans aux Pays-Bas, la polémique sur le crucifix dans les écoles, qui a eu lieu en France et qui est d’actualité aujourd’hui en Italie, le mariage gay, le conflit en Afghanistan… Ainsi les actualités bougent mais sont néanmoins rémanentes. Par son fonctionnement original, Café Babel rend l’Europe lisible à notre génération, la première à la vivre réellement, librement, même si on a toujours du mal à la remplir politiquement.

 

D’ailleurs la question s’est posée pour ces deux médias de se rapprocher du Ministère de l’Education Nationale. Mais parce que les priorités budgétaires ne sont pas là et que ce bastion est difficilement pénétrable, le chemin est encore long. L’école reste un territoire très hermétique à tous ces acteurs extérieurs.

 

En France, il existe également un enjeu autour de la démocratisation des langues et de l’accès à la mobilité pour que l’Europe devienne une réalité pour notre génération. Parce que la citoyenneté européenne c’est avant tout celle que l’on vit. Mais alors que le programme ERASMUS fête ses 20 ans, qu’il contribue à casser les frontières, à créer une interculturalité européenne, à faire émerger une réelle citoyenneté, il n’est encore réellement accessible qu’à une minorité, une élite européenne.

 

Au cours de l’échange qui a suivi, une étudiante martiniquaise exprimait bien l’éloignement spatial et culturel ressenti par les citoyens européens d’outre-mer. On apprend même au cours de cette discussion que certaines clauses du droit européen ne s’appliquent pas aux DOM-TOM des États membres !

 

Pour répondre aux questions adressées à Toute L’Europe sur la place laissée aux associations de jeunes sur le site, Aurélie et Vincent ont présenté le portail leseuronautes.eu. Lié au site de Toute L’Europe, il est entièrement dédié à un public jeune et apporte des renseignements sur les différents dispositifs pour vivre l’Europe, avec des rubriques participatives et des informations pour connaître l’Europe et bouger sur tout le territoire.

 

Avant de se quitter, participants et intervenants ont échangé sur les avantages des réseaux sociaux (facebook, twitter) et autres newsletters et think tank pour accéder à l’information européenne.

 

Pour la plupart des personnes présentes, il a été utile à leur association de créer une page, un groupe ou une fan page sur Facebook, pour communiquer aisément sur leurs événements et leurs infos associatives, ou encore pour élargir leurs réseaux de contacts ou de partenaires. Twitter est encore peu utilisé par les étudiants mais il est vu comme un fil d’infos potentiel à exploiter.

 

Xavier conclut ce temps d’échange par une question provocatrice : et ensuite? Que faire de cette information collectée? Comment la partager? Dans vos associations évoluant autour de la thématique « Europe » ou non, comment faire évoluer les activités de l’asso grâce à l’information européenne? Comment se réapproprier les débats européens à son échelle locale? Quelle redistribution de l’information peut être possible par les citoyens?

Pour illustrer leur action, des membres de l’AFEV témoigne de leur nouvelle européanisation, avec la création d’une AFEV à Barcelone et bientôt ailleurs.

 

Ainsi, pour la plupart des participants, l’information européenne forge d’abord la conscience européenne, l’esprit critique, et permet également de participer au débat civique, via le web.

A nous de porter nos projets et ne craignons pas de les étendre à l’Europe.

A nous d’aller vers nos pairs, jeunes associatifs européens.

Aux citoyens que nous sommes, de transmettre les valeurs européennes.

Aux politiques de nous rapprocher des institutions.

 

 

Soyons sociaux
Réagir c'est agir