Association nantaise créée en juillet 2008, DICOLSF se mobilise pour faire connaître la langue des signes française au grand public tout en le sensibilisant aux risques auditifs. Communication, sensibilisation, compréhension, tels sont les maîtres mots de sa démarche.

 

Langage : n.m. Fonction d’expression de la pensée et de communication entre les hommes… Ne croyez surtout pas que DICOLSF est un simple dictionnaire destiné aux personnes sourdes et mal-entendantes. La structure est une petite communauté centrée sur le partage et l’entraide. Elle entend faciliter l’échange entre les sourds et les entendants grâce à la Langue des Signes Française (LSF).

 

« Diversifier l’Information, la Communication préventive, l’Ouverture vers la Langue des Signes Française », de son petit nom, porte une philosophie emprunte de solidarité et de respect de soi, des autres et de la différence humaine. Elle tente également de prouver au public que l’on peut s’amuser tout en évaluant les besoins des personnes sourdes et en s’y adaptant au quotidien. Enfin, par l’intermédiaire d’un agenda diffusé sur son site, DICOLSF fait la part belle aux oeuvres évoquant la LSF et la surdité. Un bon moyen pour comprendre une problématique et rester connecté avec ceux qui l’affrontent au quotidien.

 

Outre la communication et l’entraide, l’association place également la sensibilisation au coeur de sa démarche. Elle se fixe ainsi pour objectif d’attirer l’attention du grand public sur les risques auditifs de toutes sortes. Pour ce faire, elle mène des actions de prévention en milieu scolaire, dans des centres de loisirs et lors d’événements festifs. Car, comme le précise le guide « Associations responsables », il est possible de sensibiliser une bande de fêtards sans passer pour le casseur d’ambiance. Une opération délicate, mais pas une mission impossible !

 

 

Pour en savoir plus sur les projets et la démarche de DICOLSF, rendez-vous sur son site.

 

Crédits photo : Intervention en milieux scolaire, jeu LSF, DICOLSF

 

Soyons sociaux
Réagir c'est agir