François Chérèque s’exprime sur le droit à la césure

Cécile Van de Velde (sociologue), François Chérèque (président de l’Agence du Service civique) et François Taddei (directeur du Centre de Recherches Interdisciplinaires) soutiennent notre campagne pour un droit à l’année de césure. Ils expliquent pourquoi.

chérèque site

Ancien secrétaire général de la CFDT, François Chérèque est l’actuel président de l’Agence du Service civique.

 

Pourquoi la généralisation de l’année de césure pour tous les étudiants serait importante aujourd’hui en France ?

« Nous sommes trop centrés sur la formation théorique, il n’y a pas suffisamment d’espaces pour les autres expériences et elles ne sont pas valorisées »

Je défends l’idée des années de césure au titre de ma fonction actuelle de président de l’Agence du Service civique, mais aussi au-delà ! Je pense qu’en France, on juge trop les jeunes uniquement sur leurs compétences académiques. Nous sommes trop centrés sur la formation théorique, il n’y a pas suffisamment d’espaces pour les autres expériences et elles ne sont pas valorisées. Pourtant, avec la césure, on ajoute un enrichissement supplémentaire dans son parcours, par exemple pour être un citoyen plus affirmé si on fait le choix de faire un service civique, ou bien en travaillant, ou en partant à l’étranger découvrir un autre pays. D’ailleurs, il est intéressant de noter que dans certaines professions du social, après le bac, on doit prendre un an pour aller vivre d’autres expériences avant d’entrer en formation. C’est ce que j’ai fait il y a près de 40 ans ! Il faudrait que les jeunes – et pas seulement les étudiants – aient cette opportunité dans leur parcours.

Pour aller plus loin
Soyons sociaux
Réagir c'est agir