Les élections européennes approchent à grand pas, mais peu encore sont conscients de leur importance et beaucoup sont tentés par l’abstention. Le Parlement européen dispose cependant d’un réel pouvoir sur de nombreuses questions, lequel pouvoir est appelé à croître avec l’adoption du traité de Lisbonne. Voter est donc essentiel pour s’approprier les débats et donner du poids à sa voix dans les évolutions politiques et sociales impulsées par l’Europe.

Des élections trop négligées

Depuis la première élection au suffrage universel des députés européens, en 1979, les élections européennes n’ont cessé de souffrir d’un taux de participation amoindri et d’une désaffection plus grande des citoyens européens à son égard – les Français ne dérogeant pas à cette règle. Le taux de participation a ainsi chuté de 63 % en 1979 à 45,7 % en 2004, ces mêmes chiffres baissant de 60,7 % à 42,76 % en France.

Un récent sondage publié par Eurobaromètre n’incite guère à l’enthousiasme pour le prochain scrutin, qui aura lieu du 4 au 7 juin (le 7 juin pour la France). Alors que son échéance approche, 53 % déclarent ne pas être intéressés. Au final, seules 34 % des personnes sondées déclarent être certaines d’aller voter, ce qui laisse ouvert un volant d’abstention s’élevant jusqu’à 66 %.

Les raisons de cette hausse permanente de l’abstention sont multiples et souvent répétées : opacité du fonctionnement de l’Europe, sentiment d’une faible influence du vote, manque de relais dans les médias, manque d’implication de la part des politiques, etc. Ainsi, interrogé par le site touteleurope.fr, le politologue Olivier Costa affirme : « L’abstention aux élections européennes est tout sauf surprenante. » Selon Jean Quatremer, journaliste à Libération spécialiste du sujet et animateur du blog « Coulisses de l’Europe », les médias ne parlent pas assez de l’Europe et de ses enjeux, celle-ci n’étant à chaque fois abordée, au mieux, qu’à travers le prisme national. La conséquence politique en est alors un certain déni de l’importance du Parlement européen, y compris de la part de certains hommes politiques, et une focalisation de la campagne sur des enjeux nationaux, au cours de laquelle il est donc certain que l’ « on ne parlera pas d’Europe » [1].

Pourtant, ainsi que le rappelle Gérard Onesta, député Vert et vice-président du Parlement européen, dans Europa, « l’Europe est partout » [2], elle détermine de nombreux enjeux du quotidien : la politique énergétique, les communications, le droit social, etc. Une grande partie des textes débattus à l’Assemblée nationale émanent des instances européennes.

 

Les élections européennes, un véritable enjeu citoyen

Les élections européennes sont donc porteuses d’un véritable enjeu citoyen qu’il est urgent de se réapproprier dans sa dimension véritable, pour pouvoir exprimer et défendre son point de vue sur celle-ci mais aussi prendre la mesure du débat sur des sujets qui nous intéressent, en tant que citoyens d’abord, mais aussi en tant qu’associatifs et que jeunes.

À titre d’exemple, il a été question lors de la précédente législature de sujets relatifs à la protection de l’environnement et de la santé, avec l’adoption de programmes pour augmenter la part d’énergies renouvelables, réglementer l’usage de substances chimiques, ou encore à la culture et à la formation avec le lancement de la bibliothèque numérique européenne et le renforcement budgétaire des programmes d’éducation et de formation (Erasmus, Léonard de Vinci, etc.).

Pour la politique de la jeunesse, incluse dans les articles relatifs aux mesures d’encouragement à l’éducation et à la formation professionnelle, le Parlement européen dispose d’un pouvoir de codécision, ce qui signifie que ses positions sur le sujet peuvent revêtir un caractère contraignant. La soumission de toutes les questions relatives à la politique sur la jeunesse à une procédure de codécision donne au Parlement le pouvoir d’empêcher l’adoption d’une proposition du Conseil si celle-ci ne tient pas compte de sa position. Or, toutes les prises de position du Parlement européen sur le sujet témoignent d’une volonté affirmée de renforcer la participation des jeunes à la vie civique. Le Parlement est ainsi à l’initiative de la promotion des programmes d’échange, du service volontaire européen ou encore du programme Jeunesse en action.

Outre la politique pour la jeunesse, le Parlement européen prend part aux procédures de codécision pour ce qui concerne, entre autres, la culture, l’emploi, la politique sociale, l’environnement, etc. [3] Au fil des années, le Parlement européen a vu ses pouvoirs augmenter. Il est donc bien plus qu’un simple organe de consultation et devrait encore voir l’étendue de ses prérogatives s’accroître avec l’adoption du Traité de Lisbonne.

Pour contrer le manque d’intérêt des médias, pour rappeler à la classe politique française l’importance de l’Europe, pour défendre ses intérêts, ses valeurs, pour promouvoir une Europe juste et solidaire, agissant en faveur de l’échange et de l’innovation, bref pour prendre part à la construction démocratique de l’Europe et y faire reconnaître davantage son droit à la parole et son implication ; pour toutes ces raisons, il est important d’aller voter, car l’Europe ne doit pas se faire sans nous !

 

Liens utiles :

Être convaincu de la nécessité d’aller voter est une chose mais qui ne suffit pas toujours. La multiplicité des listes, la complexité des discussions constituent parfois des freins pour décider avec assurance à qui l’on souhaite apporter sa voix. Voici donc une série de liens utiles pour découvrir les enjeux de ces élections et prendre part de manière active au débat.

– Le site touteleurope.fr propose un dossier complet sur les prochaines élections, incluant notamment une présentation détaillée du rôle et des attributions du Parlement européen, une infographie du Parlement pour partir à la découverte des différents groupes politiques qui le composent et de leurs orientations, des débats et interviews de candidats ainsi qu’un test pour savoir en dix questions de qui l’on est politiquement le plus proche.
– Un test complet et assez détaillé pour découvrir son positionnement politique par rapport aux partis français mais aussi européens et prendre ainsi conscience de leurs grands principes fondateurs.
– Le dossier réalisé en partenariat par la Ligue de l’enseignement et le Cidem, qui expose les différents enjeux citoyens de la campagne et propose une interview d’un représentant de chacun des cinq principaux groupes parlementaires européens.
– La plateforme interactive mise en place avec le soutien du YFJ qui permet aux jeunes de poster leur opinion et d’échanger avec des Européens de toutes nationalités sur des grandes questions liées à l’Europe.
« Élections européennes : à vous de choisir ». Avec ce slogan, tout est dit de l’importance d’aller voter. Ce site, mis en place par le Parlement, explique le rôle de celui-ci, expose les bonnes raisons d’aller voter, présente les avancées importantes permises par la précédente législature et indique les liens vers les différents groupes politiques européens.

Notes

[1] Europa, « On ne parlera pas d’Europe ». Interview de Jean Quatremer, propos recueillis par Céline Diais et Claire Charrier

[2] Europa, « Des élections défouloirs ». Interview de Gérard Onesta, propos recueillis par Andrea Ortner et Céline Diais

[3] Plus de précisions sur les domaines d’action du Parlement européen et sur les missions qu’il a conduites sont disponibles à cette adresse : http://www.votonsleurope.eu/category/le-parlement-europeen-agit-pour-vous/

 

 

Soyons sociaux
Réagir c'est agir