Tout voir

La crème des festivals passe le relais aux festivals étudiants où les probables réalisateurs de demain effectuent leurs premiers pas. La palme est décernée, le tapis rouge replié, et les stars envolées. Les festivaliers cannois sont repartis vers d’autres horizons… cinématographiques. Parmi eux, quarante jeunes, sélectionnés dans toute la France par les Centres Régionaux Information Jeunesse (CRIJ), repartaient des images plein les yeux.

Pendant douze jours, ils ont participé au Festival par passion personnelle mais aussi dans un esprit de participation collective. Pendant douze jours, ils ont visionné des films, rencontré des acteurs et réalisateurs, afin de faire partager leurs visions du cinéma, et décerner le prix de la Jeunesse au film de leur choix.

 

La diversité en action, scène un

Mais les étudiants ne se contentent pas de donner leur appréciation du cinéma, ils en sont aussi les architectes. Et si le Festival de Cannes est clos, de nombreux festivals étudiants reprennent le flambeau pour faire et faire valoir leur cinéma :  » 5 Jours Tout Court  » de Caen, festival national du court-métrage de TéléSorbonne, festival Silhouette, et la liste est longue. Chaque festival défend à sa façon un cinéma de la diversité : diversité des formats (pellicule 35 mm et 16 mm, vidéo, etc.), diversité des genres (documentaire, fiction, animation…) et bien sûr, diversité des regards et des approches. Le support du court métrage, plébiscité par les étudiants pour des raisons évidentes de moyens, offre ainsi une souplesse artistique dans laquelle tous les sujets, toutes les formes et innovations sont possibles.

 

Les festivals étudiants : viviers du cinéma

Les festivals étudiants représentent bien souvent un premier lieu de diffusion pour ceux qui effectuent leurs premiers pas dans la réalisation. Non contents d’offrir un espace de diffusion et de refléter une diversité créative, ils font aussi office de trait d’union entre la pratique amateur et le monde professionnel. Et ceux qui y trouvent leur compte ne sont pas toujours les plus attendus : les professionnels sollicités ressortent souvent surpris par la qualité du travail étudiant, jusqu’à être parfois amenés à des collaborations plus poussées. Véritables viviers du cinéma de demain, les festivals étudiants peinent pourtant à être reconnus -et avec eux le cinéma étudiant dans son ensemble- malgré une professionnalisation croissante.

Pour nourrir et aider ce jeune cinéma, il est important de nous donner à nous, étudiants, les moyens de créer et diffuser nos œuvres, tout comme il est important de nous donner accès à des films qui portent un autre regard sur le monde. A l’exemple de l’association Clair Obscur qui propose chaque année une ville du monde à découvrir à travers sa cinématographie, ou du festival Travelling qui pense le cinéma comme un moyen d’ouverture entre les cultures, nombreux sont ceux qui, tout au long de l’année, font passer des engagements divers grâce au cinéma qu’ils projettent dans les universités.

 

Le cinéma étudiant se prend en main

Pour aider à structurer ce cinéma étudiant, pour aider à partager cette passion et à la « réaliser », une partie des jeunes ayant participé à Cannes ont pensé créer une association qui permettrait de recenser les activités concernant les jeunes et le cinéma : les festivals étudiants tout d’abord, mais aussi les projections-rencontres, les activités des ciné clubs, les castings, les astuces et moyens pour réaliser son film, etc. Ce projet permettrait de mettre en commun les savoirs et expériences, de favoriser les échanges et les rencontres. Encore en gestation, cette idée ne se réalisera pas sans une collaboration avec les multiples et très actives associations de cinéma et de vidéo. L’appel est lancé, avis aux intéressés car il s’agit de défendre et de faire reconnaître votre cinéma.

 

 

Soyons sociaux
Réagir c'est agir