Mobilisée sur les questions de gouvernance, l’association Entropie vous propose de participer à la nouvelle édition de son festival Vivre l’Utopie. Entre conférences, ateliers de communication non violente et débats, vous aurez la possibilité d’expérimenter l’autogestion. Rendez-vous du 7 au 12 octobre à l’Université de Grenoble.

 

 

Association fondée par deux étudiants grenoblois, Entropie a vu le jour en 2008. A l’origine, l’association se consacrait prioritairement aux problématiques écologiques et leur impact sur la société. Mais depuis quelques temps, l’association se penche sur les questions de gouvernance et d’autogestion. Une problématique qu’elle aborde au coeur du campus de l’Université de Grenoble au travers de son festival Vivre l’Utopie.

 

Réflexions et recherches

 

« Les membres d’Entropie ont fait des recherches assez poussées sur la thématique de la gouvernance. C’était un matériel indispensable sur lequelle nous nous sommes appuyés pour la réalisation du festival », affirme Christophe André, le président de la structure. Et force est de constater que ces questionnements que l’on devine nombreux ont permis à Entropie de construire un programme (im)pertinent.

 

Des clés pour comprendre l’autogestion

 

Si le festival entend faire la part belle aux innovations, aux expériences et aux rêves, il espère également donner aux visiteurs des clés pour comprendre les notions abordées par les intervenants. Et lorsqu’Entropie parle de visiteurs, il ne s’agit pas d’experts et de convertis. « Nous voulions absolument ouvrir notre projet et l’offrir au plus grand nombre. Jusqu’ici, notre public était essentiellement composé de personnes averties. Nous avons voulu voir d’autres profils. Des étudiants. », assure-t-il. Outre les temps d’échange, le festival proposera des concerts ainsi qu’une pièce de théâtre interprétée par des étudiants locaux.

 

La violence au coeur des débats

 

Cette année, le festival est centré sur la thématique de la violence. Multiforme, omniprésente, elle se trouve au confluent des rapports humains et, selon Christophe, au coeur même de la question de gouvernance. Des ateliers de communication non violente, des exercices de consensus et de formes innovantes de débat seront donc proposés aux participants.

 

Quant au personnel de la fac, il semble accueillir l’événement très favorablement. Selon Christophe, les gens saluent le projet et « viennent poser des questions car ils s’attendent davantage à voir des jeunes organiser un événement festif que culturel et politique. »

 

Pour plus d’informations sur la programmation complète du festival Vivre l’Utopie, connectez-vous sur le site de l’événement

 

Crédits photo : Vue sur une conférence de l’édition 2012 @Vivre l’utopie

Soyons sociaux
Réagir c'est agir