Il y a deux sortes d’associations étudiantes. Celles qui parlent de jeux vidéo et les autres. Les premières citées, outre leur passion de l’univers vidéo ludique, impulsent une énergie considérable dans la vie de leur campus. Et c’est le cas de PokeFans, une structure de l’Université Paris 7.

 

Créée par une bande de passionnés, Pokefans vous ouvre les portes d’un monde plein de héros, de coffres aux trésors et de monstres pixelisés ! L’équipe de Quentin Glancer réunit les étudiants de l’Université Paris 7 – Denis Diderot autour d’une passion commune : le jeu vidéo. Mais pas n’importe quel jeu vidéo. Le retro gaming, comme l’appellent ses aficionados, couvre une période allant des années 1970 (âge d’or de l’arcade, de Space Invaders et de l’Atari 2600) aux années 1990 (avec ses consoles 32 bits et le développement de grands jeux pc). C’est donc un bol de nostalgie que l’équipe offre aux curieux. Véritable culture en soi, le retro gaming inspire tout un pan de la création mondiale : des graphistes aux musiciens en passant par les sculpteurs et les cinéastes, tous s’inspirent de cet univers riche et varié.

 

Un apport réel à la vie du campus

 

Chaque mois, Pokefans organise des tournois thématiques dans une salle de cours. Street Fighter 2, Super Mario Kart, Street of Rage, Kirby… Les noms s’accumulent comme autant de madeleines que les Proustiens de Paris 7 s’empressent de dévorer dans la bonne humeur. Car au delà de la redécouverte d’une mémoire commune, les étudiants partagent un moment agréable et contribuent à constituer une vraie communauté au sein de l’université. Bien sûr, il y a les réfractaires. Ceux qui, bien qu’amusés, ne connaissent rien du monde de Zelda ou de Rastan… Et il y a les autres. Une communauté toujours plus nombreuse, séduite par l’esprit du projet et émus à l’idée de renouer avec un univers qu’ils pensaient perdu à tout jamais. Pour Quentin, « les regroupements de gens, l’expression et l’exposition d’une passion, le partage et la communication, c’est l’essence même de la vie d’un campus ».

 

Le projet ultime de Pokefans

 

Forte de son succès et de la popularité de son engagement, l’association nourrit un rêve, son Graal, son big achievement. L’université disposant d’un espace détente dédié aux étudiants, Quentin et ses partenaires voudraient y installer une borne d’arcade. « Certains modèles de bornes contenant de 200 à 2000 jeux, c’est avant-tout la question du financement qui pose problème », assure Quentin, sans omettre d’évoquer les autorisations nécessaires. Et avec la popularité de l’univers porté par Pokefans, il y a fort à parier que l’idée emporterait les suffrages. Mais n’allez pas croire que Pokefans est une simple affaire de geek. Pour le jeune homme, il ne faut pas oublier que « les amis de l’asso sont avant-tout des étudiants qui apportent une richesse personnelle avec eux. Un geek, c’est surtout quelqu’un qui s’investit totalement dans une passion. » L’installation d’une borne d’arcade, outre son aspect vidéo ludique, permettrait de donner une nouvelle dimension à cette salle pour en faire un véritable lieu d’échanges, de rencontres et de discussion.

 

Les coups de coeur rétro de la rédaction

 

Fan de pokemon de la première heure, Quentin ne tarit pas d’éloge sur la capacité des développeurs à renouveler la licence. Mais le débat fait rage au sein de la rédac et des voix s’élèvent pour brandir le nom d’un jeu fétiche. A la manière d’une bonne vieille édition de Console Plus, ils se sont prêtés au jeu et ont mentionné leur coup de coeur rétro :

 

>> Julien Tessier (Civiquadou) a kiffé Tony Hawks 2 sur Playstation. Un jeu qu’il a traversé de part en part durant ses années collège.

 

>> Julien Moro (lolcat) préfère, quant à lui, les graphismes épurés et (légèrement) pixelisés de Rainbow Island sur Atari 2600.

 

>> Derek Pasquet (Genepus) se prononce en faveur des jeux de plateforme et, en particulier, pour Crash Bandicoot sur Playstation.

 

>> Anaïs Enet-Andrade (pitchounalatina) reste très attachée au gameplay et l’ambiance de Super Mario Bros sur Nes.

 

>> Bastien Engelbach (Benevolus Maximus) donne davantage dans le jeu d’aventure. Son duo gagnant ? La série des Gabriel Knight et les Chevaliers de Baphomet. Le tout sur PC, bien entendu.

 

>> Jérémy Felkowski (Archéoredactus) se la joue un peu et propose rien de moins qu’un trio de tête avec Zelda 3 sur Super Nes, Quackshot sur Megadrive et Baldur’s Gate 2 sur PC.

 

 

Le projet de l’association vous intéresse ? Vous aimeriez en découdre avec vos amis sur Italia 90 ou Out Run, passez dire bonjour à l’asso Pokefans et visitez leur page Facebook.

 

https://www.facebook.com/etudiants.pokefans

Soyons sociaux
Réagir c'est agir