L’association Cercle Aéronautique se lance cette année dans l’organisation d’un voyage jusqu’à l’équateur. L’occasion de répondre à trois objectifs : la performance technique et sportive, la solidarité internationale et surtout la démocratisation de l’accès aux activités aéronautiques.

Montrer que « dans le ciel aucun handicap n’est un obstacle » est le but de l’association Cercle Aéronautique. Créée en 1988 par les étudiants de l’école d’ingénieurs de l’Estaca, à Levallois, elle organise depuis trois ans des actions en dehors de l’école.

Le projet Rose des sables

Pour l’été 2005, Cercle Aéronautique met en place un projet, nommé Roses des sables, dont le but est d’aller jusqu’à l’équateur avec des escales au Togo, au Sénégal et au Gabon. Une performance tout d’abord sportive et technique. En effet trois avions long courrier légers et fiables sont prêts à partir. Néanmoins le problème du ravitaillement se pose, les terrains sur lesquels ils atterriront ne disposant pas de pompes à essence avion. Par ailleurs, la situation politique au Nigéria ne permet pas de survoler son espace aérien, l’itinéraire prévu au départ par les membres de l’association doit donc être revu.

Humanitaire. Le but de cette opération est également humanitaire. En effet, les participants apporteront des livres pour les enfants, des vaccins, des médicaments et des préservatifs. Ce matériel sera mis à la disposition de trois associations humanitaires sur place. La première est située à Saint-Louis du Sénégal, la seconde à Lomé au Togo, la dernière à Libreville au Gabon.

L’équipage est composé de sept personnes dont une handicapée. Pour l’association Cercle Aéronautique en effet le handicap ne constitue pas un obstacle aux activités aéronautiques. Depuis trois ans l’association s’attache à faire reconnaître cette vérité.

Le handicap ne sera pas un obstacle

Il y a deux ans, les membres de l’association ont fait participer deux handicapés à un voyage au Sénégal sur les traces des pionniers de l’aéropostale. Durant l’été 2004, soutenus financièrement par Dassault aviation qui promeut l’intégration des handicapés dans l’entreprise à travers sa filiale Cap Avenir, deux handicapés ont de même pu participer à une traversée de l’Atlantique par le cercle polaire. Le but a été de démontrer que l’activité aéronautique est ouverte à tous.

L’exemple de Dorinne Bourneton est éloquent. Première pilote handicapée en France, elle s’est battue pour l’industrialisation de commandes adaptées aux handicapés. Elle fait partie de la commission handicapés de l’aéroclub de France et coopère désormais avec Cercle Aéronautique.

Durant l’année. Cercle Aéronautique mène également des actions avec d’autres associations comme Flying West, basée à Laval, avec laquelle sera animée une journée Handi-Fly. Durant l’année ils organisent des baptêmes de l’air , à des prix raisonnables (50 euros l’aller-retour pour Reims, à trois heures de vol), à destination des étudiants, des enfants et des handicapés.

Cette année encore, Cercle Aéronautique démontre son originalité avec une combinaison étonnante, l’accès à l’aéronautique pour les uns, l’accès au développement pour les autres. Un projet humaniste et humanitaire.

En savoir plus :
Cercle Aéronautique de l’Estaca
34 rue Victor Hugo 92300 Levallois Perret
e-mail : cercleaeronautique@free.fr
Tel : 06.62.40.47.67
http://cercleaeroestaca.free.fr/ros…

Ecouter la chronique !

 

Soyons sociaux
Réagir c'est agir