Association étudiante toulousaine, Quali District permet chaque année à des dizaines de jeunes artistes de s’exprimer et de partager leur passion de la musique. Au fil des concerts, elle valorise la richesse de la scène émergente du sud-ouest. Adrien Pierrin, le responsable de la communication, nous en dit plus sur le concept et l’engagement de la structure.

 

Quelques mots sur l’engagement de Quali District ?

 

Les membres de l’asso sont des anciens du festival Les Airs Solidaires. Elle a été créée l’an dernier pour prolonger l’aventure de  notre précédent engagement associatif. Nous avons gardé la même démarche que dans nos ex projets. Nous animons une émission de radio avec une programmation éclectique. Nous organisons de nombreux événements musicaux consacrés à des styles variés tels que le Hip Hop, l’electro, le Dub… Des événements alternant des têtes d’affiches et des artistes locaux.

 

Artistes locaux ?

 

Oui. Je me bats au quotidien pour dire aux gens que le terme d’artistes locaux ne signifie pas « mauvais » ou « bas de gamme ». Au contraire. Qu’on soit à Toulouse ou Paris, le talent est au rendez-vous. Et notre but est de promouvoir les jeunes pousses et les formes de musique actuelle. Il y a des gens qui croient réellement en leur musique et leur art. Nous sommes avec eux.

 

D’après toi, les jeunes artistes ont-ils les moyens d’émerger et de s’épanouir sur scène ?

 

C’est une question complexe. On ne peut pas nier que quelques festivals tremplins mettent en valeur les jeunes. De par mon expérience, je ne pourrai pas dire que les jeunes sont empêchés de s’épanouir. Le paysage culturel que je fréquente depuis sept ans le prouve. Le monde associatif est peuplé de vrais passionnés qui n’hésitent pas à tendre la main aux artistes s’ils ont un potentiel musical et humain. On voit qu’il y a beaucoup d’initiatives pour les épauler. En revanche, je suis vraiment étonné de constater la fébrilité des institutions lorsqu’il faut soutenir ce genre d’initiatives. A côté de ça, des jeunes qui étudient et taffent en parallèle se démènent pour le faire. Aujourd’hui, si on n’avait pas les associations à Toulouse, l’offre culturelle serait vraiment réduite et on tournerait toujours avec les mêmes têtes.

 

Quelques mots pour convaincre un jeune artiste de se lancer ?

 

Fonce mon pote ! Si tu es vraiment passionné et que tu y crois, tu dois y aller. Personnellement, je monte mon propre collectif Hip Hop. C’est difficile. Mais tant qu’on y croit, il faut le faire. C’est une affaire de confiance.

 

Des événements prévus dans un proche avenir ?

 

Nous venons de passer une semaine sur nos événements de rentrée. Tous axés sur le rap français. Nous allons embrayer avec quelques scènes de soutien. Par exemple, le 28 novembre, nous organisons une scène Dub avec Vibronics et Brain Damage. C’est un retour aux sources pour notre asso qui aime allier une tête d’affiche sympa avec des jeunes artistes locaux.

 

Un dernier mot ?

 

Un gros clin d’oeil aux amis des Airs Solidaires. Des jeunes ont repris le concept et ils vont mettre en place la 7ème édition. Bonne chance à eux.

 

Pour vous tenir informés des prochains concerts organisés par Quali District, connectez-vous sur son site

 

Crédits illustration : Le président Lincoln s’est mis au Dub Step. Pourquoi pas vous ? @Quali District

Soyons sociaux
Réagir c'est agir