Association étudiante parisienne, WikiStage s’engage en faveur de la libre circulation des connaissances. Un engagement qu’elle concrétise au travers d’une série de mini conférences vidéo et d’un réseau mondial de diffusion des savoirs. Président de la structure, Johaness Bittel nous en dit plus sur le concept et prouve que la curiosité n’a jamais été un vilain défaut !

 

Hors norme ; c’est la première expression qui vient lorsque l’on découvre le projet porté par WikiStage. L’association francilienne se mobilise depuis quelques mois dans une démarche de diffusion des savoirs à l’échelle mondiale. Oui, Mondiale. Au travers de vignettes vidéo (les Wiki Talks) d’une petite dizaine de minutes tournées lors d’événements locaux, elle propose aux experts et aux citoyens d’échanger sur des thèmes variés et passionnants. Le tout lors de soirées où se succèdent intervenants et intermèdes artistiques. Un concept aux antipodes des séances barbantes que l’on peut imaginer.

 

La génération la plus cultivée

 

Mais n’allez pas dire à Johannes Bittel, le président de la structure, qu’il est à la tête d’un wikipedia étudiant. Pour lui, l’affaire va plus loin que ça. « Nous sommes partis du constat que la génération actuelle est sans doute la plus cultivée de l’Histoire. Tout ce potentiel, toutes ces connaissances ne sont malheureusement pas valorisées », affirme-t-il. Alors que Wikipedia reste cloîtré entre quelques colonnes de texte et réservé aux seuls connaisseurs de la programmation informatique, Wiki Stage se veut dynamique et accessible à tous.

 

Un réseau mondial en expansion

 

Wikistage ? Un énième projet parisiano-centré ? Non ! Aux origines du projet, Johaness et son équipe se sont demandés comment disséminer le concept dans le monde entier. Pour toute réponse, ils ont développé un kit d’organisation wiki stage permettant à tout citoyen intéressé d’organiser une conférence en s’appuyant sur les outils mis à sa disposition. Et ça marche ! « Actuellement, 10 villes internationales se sont lancées dans l’aventure. Nouakchott, New York, Rome, Paris… Un autre wikistage est d’ailleurs en train de se monter à l’Université de Stanford », annonce le président de l’association.

 

Le point de départ, c’est la curiosité

 

L’avenir est-il donc à la dématérialisation du savoir ? Pour Johaness, l’affaire n’est pas si simple. Si les Mooc (cours en ligne ouverts et massifs) constituent un bon exemple, ils restent un outil parmi d’autres. Tout comme Wikipedia, Wiki Stage, les livres, les DVD… « Les infos sont disponibles partout, tout le temps. Mais le point de départ, c’est la curiosité. Et c’est là que nous intervenons », assure-t-il. Les conférences, volontairement courtes, permettent d’ouvrir un débat et d’exposer quelques points. Mais avec les origines de l’univers et le rapport entre le temps et la mort (thématiques précédemment abordées), difficile d’être exhaustif. Et face aux éléments soulevés par les débatteurs, le participant se trouve face à un choix : se contenter des informations exposées ou aller plus loin par ses propres moyens. 

 

Pour être tenus informés des prochains rendez-vous de Wikistage en France et dans le monde, rendez-vous sur la plateforme officielle.

Soyons sociaux
Réagir c'est agir