Cafés ou bars scientifiques, quand les savoirs se mêlent à l’information

Fiche pratique

Vous aimez vous retrouver dans un cadre convivial et informel pour débattre, échanger tout en prenant un verre ? Il semble que les cafés/bars des sciences sont faits pour vous ! En effet, suivant une périodicité souvent mensuelle, ils permettent aux scientifiques et spécialistes de tout horizon de rencontrer le grand public dans un environnement non académique. Les ingrédients sont simples : une salle, un sujet, des participants et des consommations !

Envie de passer derrière le comptoir ? Voici quelques conseils pour devenir un barman passeur de connaissances…


Choisir un lieu

Bar des sciences, café des sciences, apéro-sciences, cabaret de sciences… La différence dans les termes reflète bien souvent le lieu d’accueil des participants mais également la tonalité que vous souhaitez donner à votre événement. Ainsi, choisissez un lieu en phase avec le public que vous ciblez et essayez, dans la mesure du possible, de mettre en place des rendez-vous réguliers avec lui. Par exemple, le premier mercredi de chaque mois à 19h dans tel bar.

La participation est souvent gratuite, ou peut être soumise à l’achat d’une consommation. Celle-ci est alors parfois majorée (pour la première consommation) mais vous pouvez également négocier un tarif préférentiel sur certaines boissons. Tout dépend de vos talents de négociateur et de la bienveillance de votre hôte !

Notez également que le nom importe peu. Vous pouvez organisez un café des sciences dans une bibliothèque ou une salle de votre université. Essayez dans ce cas d’y récréer un cadre convivial et informel.


Trouver des sujets de débats

N’oubliez pas que ce qui vous guide dans votre démarche est bien souvent la volonté de rapprocher les sciences et la société en permettant une meilleure participation des citoyens dans les débats et les enjeux scientifiques. Ainsi, privilégiez dans votre choix de thématiques :

  • un sujet dont on puisse débattre ! Cela peut sembler aller de soi mais évitez de sélectionner un thème autour duquel l’avis sera unanime et donc peu propice au développement d’une discussion.
  • un sujet qui peut être rassembleur. Le but d’un café/bar des sciences est de permettre à des personnes de tout horizon de se ressembler et d’échanger. Si votre thème porte sur la validité de la théorie M et du couplage dans la théorie des cordes, vous risquez de ne pas rassembler beaucoup de personnes au-delà de la communauté des physiciens. Et encore…

Sans que cela soit une obligation, vous pouvez choisir des thèmes en lien avec l’actualité qui font écho aux préoccupations du grand public afin d’en donner des clefs de compréhension. Toutefois, l’intérêt est également d’éveiller le public à des sujets qui sont moins médiatiques mais tout aussi, sinon plus, intéressants. Soyez donc inventifs!


Rechercher des intervenants

Afin d’apporter une plus-value à votre débat et de ne pas rester au niveau d’une discussion creuse, vous devez chercher des spécialistes de la question que vous souhaitez traiter. Ils ne seront pas là pour réaliser une conférence sur le sujet mais pourront exposer brièvement certains enjeux du débat et surtout interagir avec la salle en répondant aux questions et en éclairant certains points.

Le fait d’avoir recours à des spécialistes ne vous dispense pas d’un travail de documentation pour vous approprier le sujet, bien au contraire. Une fois le thème choisi, vous devez sélectionner une problématique et cadrer le champ du futur débat. Bien souvent, ce travail se retrouve dans le texte de présentation de la rencontre. Cet exercice vous sera également essentiel pour l’animation.

Une fois le champ défini, vous devez vous interroger sur les profils des intervenants que vous souhaitez inviter. Ils doivent aider à avoir une compréhension globale du sujet, pensez donc à la pluralité des disciplines mais également des avis. Il ne faut pas tomber dans le « un pour, un contre » mais raisonner en termes d’apport pour votre débat, notamment dans l’expertise.

Les profils définis, essayez de contacter des intervenants qui y correspondent. Ne soyez pas trop ambitieux dans le choix des intervenants et pensez en termes de ressources disponibles. Si vous organisez votre débat sur la crise de la dette, cela peut sembler intéressant d’inviter le dernier prix Nobel d’économie, mais somme toute peu réaliste…


Animer la rencontre

L’animateur/modérateur a un rôle prépondérant dans la bonne tenue de l’événement. Il rappelle en début de rencontre le sujet, sa délimitation, présente les intervenants et rappelle les règles de fonctionnement de la séance (souvent un format d’1h30 ou de 2h avec un bref exposé des intervenants ou directement un temps de questions).

En effet, c’est à l’animateur de gérer les différentes prises de parole (un monopole de la parole par certaines personnes lassera vite votre auditoire), de recadrer les interventions lorsque celles-ci s’écartent du sujet défini mais également de relancer lorsque la discussion semble s’essouffler, d’où l’importance de la préparation. Vous n’êtes toutefois pas le Père fouettard et vous devez vous assurer de maintenir une atmosphère conviviale : les personnes participent plus facilement lorsqu’elles sont à l’aise !

Si vous voulez sortir des sentiers battus, vous pouvez également agrémenter le débat de courts extraits audio-visuels. Ils proposent un éclairage sur le sujet tout en permettant une relance par les réactions qu’ils suscitent. Attention toutefois à ne pas casser la dynamique du débat, ces extraits doivent être amenés à bon escient, ce qui nécessite de s’être suffisamment documenté et préparé en amont.


Une variante : le café philo

Ancêtre du café des sciences, le café philo suit dans les grandes lignes les mêmes règles. Néanmoins, une des différences réside le plus souvent dans l’absence d’intervenants, ce qui laisse plus de temps pour le dialogue. L’animateur-modérateur a alors un rôle central en introduisant le sujet et définissant les problèmes clefs qui seront abordés. Avec des thèmes qui rejoignent l’actualité sur des notions comme la justice, la liberté ou le travail, il vous faut cependant être particulièrement vigilant pour que votre café philo ne se transforme pas en café du commerce !