Concevoir une émission radio de vulgarisation scientifique

Fiche pratique

Peu onéreuse, accessible et permettant de toucher un public nombreux, la radio est le média privilégié pour bon nombre d’associatifs étudiants. Elle est souvent utilisée pour des émissions culturelles et musicales et constitue un support idéal pour la transmission des connaissances d’une manière générale. Qu’elles soient « exactes et naturelles » ou « humaines et sociales », les sciences ne bénéficient pas d’une exposition médiatique importante en dehors des médias spécialisés. Nombreuses, diverses et non-marchandes, les radios associatives peuvent proposer un espace d’expérimentation et de découverte de la culture scientifique et technique à destination du plus grand nombre. Si vous êtes attirés par les expériences sonores et vous sentez l’âme d’un journaliste scientifique, voici quelques conseils pour concevoir votre émission. A vos micros, prêts, partez !


Trouver son format et varier les contenus

Il vous faut d’abord déterminer à quoi ressemblera votre émission. Partez-vous suffisamment nombreux et courageux pour assurer une quotidienne ? Pensez-vous pouvoir assurer une prise d’antenne hebdomadaire ? Souhaitez-vous prendre le temps de réaliser un petit bijou de montage riche et ambitieux une fois par mois ? Les radios associatives sont nombreuses et beaucoup permettent d’accorder les envies de leurs bénévoles aux contraintes d’une grille d’antenne. Contrairement aux radios « commerciales », les associatives peuvent se permettre de laisser du temps à la parole (les podcasts et les webradios augmentent encore cette liberté et vos possibilités).

L’idée est alors d’aménager des temps longs, notamment lors d’un entretien ou d’un reportage, pour laisser la possibilité d’exprimer et de développer un propos. Attention cependant aux entretiens « fleuves » qui, trop longs, perdent leurs auditeurs et diluent le message. Pensez à l’auditeur qui rejoint l’émission en cours et ne sait pas où il se trouve et ce qui s’y dit. Aménagez des « respirations » qui lui permettront de situer l’émission et de reprendre son souffle. Elles peuvent prendre la forme de « virgules sonores », de jingles, de pauses musicales en lien avec le thème ou choisies par l’invité, d’extraits d’archives ou d’œuvres artistiques… A vous de faire preuve de créativité !

Il est également conseillé de proposer plusieurs séquences dans l’émission pour varier le rythme. Les formats possibles sont entre autres :

  • Le reportage : le monde est vaste à l’extérieur de votre studio ! Laissez fureter votre micro dans les conférences, colloques ou autres expositions scientifiques. Des sons d’ambiance et des réactions de participants permettront de restituer l’essentiel de ces événements à votre public.
  • Le reportage peut également prendre la forme d’un documentaire. L’objectif est alors de proposer à l’auditeur une immersion dans un sujet en développant une ambiance sonore et une narration propres.La chronique : elle peut prendre de multiples formes. Le plus souvent, elle consiste en une critique d’un ouvrage. Pour ne pas tomber dans la note de lecture académique et éviter la monotonie, pensez à la présenter sous la forme d’un dialogue. Deux personnes confrontent leur lecture d’un même ouvrage ou présentent deux ouvrages complémentaires. Cela rythmera la chronique plus naturellement que lors d’un monologue.
  • La chronique peut également être un rendez-vous thématique et être consacrée à une date historique (ex : pour une émission du 26 novembre, expliquer ce qu’il s’est passé dans l’histoire à cette date), à un chiffre, un concept… Là encore, votre imagination est la seule limite.
  • Le billet : d’une forme proche de la chronique, il introduit une notion d’opinion. Le chroniqueur donnera ainsi son avis sur des enjeux et des débats concernant les sciences.

Les formes sont multiples, à vous d’inventer vos propres concepts de séquence pour votre émission. Une démarche scientifique doit vous guider : observez (ce qui se fait ailleurs et ce dont vous souhaitez vous inspirer), expérimentez et tirez-en vos conclusions !


L’entretien, la figure (quasi) imposée

Vous ne le savez peut-être pas mais en tant qu’étudiant, vous bénéficiez d’un avantage certain pour la réalisation de votre émission : vous croisez tous les jours sur votre campus des chercheurs et des doctorants, véritable mines d’informations et d’anecdotes qui nourriront votre programmation. Tirez partie de votre situation dans les établissements d’enseignement supérieur pour rencontrer les personnes qui produisent les connaissances et qui sont donc les mieux placées pour les transmettre. Elles n’attendent généralement que de s’exprimer, épaulées par un vulgarisateur en herbe ou aguerri. Encore faut-il qu’elles aient des espaces d’expression et l’invitation dans une émission de radio peut leur permettre de présenter leurs travaux mais, tout aussi important, leurs conditions de travail et les contraintes de leur métier.

Inviter un chercheur ou un doctorant qui explique concrètement quels sont les moyens à sa disposition pour mener à bien ses recherches pourra intéresser des étudiants qui souhaitent se destiner à cette carrière. L’effet « miroir », qui peut permettre une identification de l’auditeur n’est pas à négliger et cela permet d’humaniser la recherche, de permettre de modifier l’image du chercheur reclus dans son laboratoire.

Dans tous les cas, choisissez bien votre sujet en fonction de votre invité et vice-versa. N’hésitez pas à croiser les disciplines, il peut être intéressant d’interroger différents domaines de recherche et donc d’inviter plusieurs personnes.

Quelques règles générales concernant l’entretien:

  • Évitez de vous mettre dans la peau de l’ignorant. On peut facilement penser qu’il est préférable de se glisser dans la peau de l’auditeur lambda et béotien du sujet évoqué pour obliger l’invité à être compréhensible. Or c’est une erreur, il faut que vous maîtrisiez le sujet pour pouvoir justement le recadrer et expliciter certains points avancés.
  • Devenez un passeur de connaissances. C’est le rôle de l’animateur de déblayer au maximum les aspects factuels de la recherche de son invité. Si votre première question est « sur quoi travaillez-vous ? » vous aurez de grandes chances qu’il se perde dans des détails…et perdrez par la même vos auditeurs.
  • N’hésitez pas à vulgariser. Votre invité est un spécialiste et c’est son rôle d’aborder le vif du sujet. Cependant, il manque parfois du recul nécessaire et peut considérer une référence à un auteur, un sigle ou un fait comme une évidence. Ainsi, dans une émission consacrée au nucléaire, si votre interlocuteur parle d’EPR, vous pourrez préciser qu’il s’agit d’un réacteur de troisième génération, dont les premières mises en service auront lieu dans les prochaines années.


Trouver un ton

Comme pour la vulgarisation écrite, le ton est votre marque de fabrique. Il est difficile d’expliquer entièrement des concepts scientifiques qui peuvent être des sujets de thèse lors du temps d’une chronique voire même d’une émission entière. Le but est d’éveiller la curiosité en présentant les grandes lignes et en donnant envie aux gens d’en savoir plus et non pas de faire dans l’exhaustivité académique. Ainsi, sans être une obligation, le recours à l’humour ou à un ton léger dans le choix des thèmes de l’émission ou le traitement, peut permettre de captiver l’auditeur et faciliter la transmission des connaissances. Un quizz peut ainsi, tout en apportant un moment de respiration ludique dans votre émission, permettre de souligner des faits ou des anecdotes insolites, cocasses. Dans l’émission « Dessine moi un mouton » de Radio Campus Paris, la chronique « Comment draguer avec ? » propose de découvrir un concept de manière appliquée, comme son nom l’indique ! Ainsi Kant, Bourdieu, Canguilhem ou encore Foucault n’auront plus de secrets pour vous.

Néanmoins, le mieux est l’ennemi du bien et à vouloir rendre les choses trop amusantes ou trop simples, on peut vite tomber dans le simplisme. N’oubliez pas de garder comme maître-mots la rigueur (dans votre préparation) et l’objectivité (dans votre présentation). A vous de trouver le juste milieu…