Créer une newsletter

Fiche pratique

La newsletter permet de créer un lien efficace avec votre communauté sur une base régulière. Le magazine jeune en ligne Street Press a tiré quelques leçons de ses expérimentations en matière de mailing et partage ses bonnes pratiques.


Un outil idéal pour toucher votre communauté

Vous doutez de l’intérêt d’envoyer des mailings à vos suiveurs ? Pourtant, ils les toucheront 15 à 30 fois plus que la majorité de vos publications sur Facebook. La baisse de portée des messages envoyés sur Facebook force les organisations à trouver de nouveaux canaux pour s’adresser sans filtre à leurs publics. Si l’objet de votre mail est réussi et si votre base d’adresses mail est saine et récente, votre taux d’ouverture avoisinera les 25 à 45%, contrairement à une publication Facebook diffusée à seulement 1 à 8% de vos fans. Dans un premier temps, pensez donc à proposer un formulaire d’inscription à votre newsletter sur votre site internet. 

Garder le rythme

Le rythme d’envoi doit être adapté au contenu que vous produisez : pas la peine de vous lancer dans un envoi hebdomadaire si le contenu ne suit pas, au risque de finir par spammer vos abonnés. Par contre, une fois le rythme adopté, il faut s’y tenir ! Pour créer un lien, le rendez-vous doit être régulier. Ces rendez-vous peuvent être multiples : il suffit de créer plusieurs newsletters à des rythmes différents, axées sur différents types d’informations.

Donner envie

Lorsque l’on reçoit une newsletter, la première impression passe par l’objet du mail : pour ne pas finir au fond de la corbeille, il va donc falloir donner envie. Plutôt que d’écrire « Newsletter de… » comme on le voit trop souvent, préférez une phrase accrocheuse, une question, un jeu de mots qui permet de teaser le destinataire sur le contenu qu’il va trouver en ouvrant votre mail.

Une fois ouverte, la newsletter doit être claire et épurée ; elle doit hiérarchiser correctement l’information. Visuellement, il faut être constant et établir une charte graphique cohérente, afin d’être reconnaissable et lisible au premier coup d’oeil. Les liens hypertextes doivent être bien visibles – d’ailleurs n’hésitez pas à user du fameux call to action. Écrire « En savoir plus », c’est bête, mais ça fonctionne.

Enfin, les images sont aussi importantes que le texte, si ce n’est plus : choisissez les visuels avec soin, eux aussi doivent donner envie. 

Segmenter

Si vous avez beaucoup de choses à dire et peur de harceler vos abonnés, une solution : créer plusieurs listes d’envoi. Le critère peut être géographique (Paris/régions), thématique (dossiers/évènements/news…) ou encore de fréquence (journalier/hebdomadaire/mensuel). Ainsi, les abonnés peuvent décider eux-mêmes de ce qu’ils souhaitent recevoir en s’abonnant à une newsletter plutôt qu’à une autre.

Apporter une valeur ajoutée

La newsletter ne doit pas se contenter de reprendre tel quel le contenu de votre site. Si vous voulez qu’on vous lise, il va falloir apporter un petit quelque chose en plus, quelque chose que le destinataire ne trouvera pas ailleurs.

Par exemple : du contenu inédit ou en avant-première, un dessin, des photos, un petit mot, une anecdote, les coulisses de l’association… En plus de donner une bonne raison d’ouvrir votre mail, c’est ce type de contenu qui permettra de créer un lien privilégié avec les lecteurs.

Par exemple, l’association Générations Cobayes qui sensibilise aux questions de santé-environnement envoie régulièrement des newsletters contenant des recettes de cosmétiques ou de produits ménagers à faire soi-même. Si votre association organise un festival de musique, vous pouvez proposer de gagner des goodies ou faire des liens vers des interviews des groupes que vous accueillerez. 

Choisir le bon outil

De nombreux services existent pour gérer sa newsletter : Mailjet, Sarbacane, ActiveTrail… À StreetPress, on a une petite préférence pour MailChimp.

Sur MailChimp, qui est un outil en ligne, pas besoin de savoir coder, l’interface d’édition est particulièrement intuitive. Vous pouvez créer des templates (modèles) à réutiliser, gérer vos listes d’abonnés, visualiser un aperçu sur ordinateur ou sur mobile, programmer les envois, suivre les taux d’ouverture et de clics… Et pour couronner le tout, l’outil est gratuit jusqu’à 2 000 abonnés

Seul inconvénient ? La plateforme est intégralement en anglais. L’alternative française peut être Send in Blue, un outil moins connu et limité à 9 000 mails. Des versions payantes de ces services sont disponibles. Elles comprennent souvent un service client et permettent d’envoyer un nombre illimité de messages. Si vous décidez d’investir dans un service complet, Sarbacane propose des packs de 35 à 2 290 euros HT par an.

Mailchimp : http://mailchimp.com

Sendinblue : https://fr.sendinblue.com 

Faire des tests

Format, nom, horaire, objet, fréquence, expéditeur… Tous ces facteurs ont une influence sur le succès de votre newsletter. Alors plutôt que de les fixer arbitrairement, prenez le temps dans les premières semaines de tester différentes options et d’étudier leurs résultats.

Par exemple, si vous cherchez l’horaire d’envoi le plus efficace, vous pouvez diviser votre liste en deux et adresser la même newsletter à deux horaires différents. Ce n’est qu’en tâtonnant que vous finirez par trouver la recette miracle ! 

Quelques conseils pour ne pas finir dans les spams

  • Bannissez les mots suivants de l’objet et du contenu de votre mail : « gratuit », « cliquez », « urgent », « gagnez », « euros » et tout le lexique sexuel qui pourrait vous passer par la tête. C’est drôle mais peu apprécié par les robots.

  • Ne mettez pas plus de 50% d’images.

  • N’ÉCRIVEZ PAS EN MAJUSCULE et ne cédez pas à la tentation de la quadruple ponctuation !!!!!!

  • Ne bombardez pas vos abonnés. En fonction de vos activités, envoyez une newsletter par semaine, pas plus.