Faire de la prévention alcool sans saouler !

Fiche pratique

La France est un des pays où la consommation d’alcool est la plus élevée au monde. Alors que l’alcoolisme y est la quatrième cause de mortalité, la vision de l’alcool reste pourtant très positive dans l’hexagone, notamment chez les jeunes. Sans pour autant prôner l’abstinence, vous souhaitez sensibiliser vos pairs aux dangers d’une alcoolisation massive ? Voici quelques conseils pour faire mouche.


1. Alcool : une image sociale très positive... mais des prises de risques importantes !

Une enquête menée par la LMDE révèle que 75 % des étudiants associent alcool et fête, 58 % alcool et convivialité, 37 % alcool et plaisir, 34 % alcool et détente. Pour beaucoup, parce qu’il permet de « vaincre sa timidité », de « se déstresser » ou encore de « se lâcher », une (bonne) dose d’éthanol reste donc un ingrédient indispensable à la réussite d’une soirée …

Pas facile, dans ce contexte, de parler de prévention sans passer pour un rabat joie moralisateur et voir sa côte de popularité s’effondrer ! Pourtant, la face B de l’alcool est beaucoup moins rose : son absorption excessive, en progression ces dernières années, est à l’origine de nombreuses prises de risques.

Première d’entre elles, sans doute la plus connue et reconnue de la gent estudiantine : les accidents de la route au retour de soirée. Plus de 50% des 15-24 ans tués sur les routes décèdent dans les nuits de vendredi à dimanche, réputées les plus festives de la semaine.

Mais la liste des dérives éthyliques ne s’arrête pas là : bien que plus rarement évoqués, les violences, viols, rapports sexuels non protégés, malaises et comas constituent également des dangers réels. Sans compter qu’à plus long terme, dépendances et sérieux problèmes de santé sont également au rendez-vous …

Convaincu de la nécessité de préserver le foie et autres fonctions vitales de vos camarades, vous vous demandez toutefois comment ne pas gâcher la fête et perdre votre titre du meilleur organisateur de soirée ? Suivez le guide …


2. Trucs et astuces pour limiter les risques en soirée

CHAPITRE 1 : LA THÉORIE

L’OMS (organisation mondiale de la santé) recommande de ne pas dépasser 4 verres d’alcool par soirée et par personne. Évidemment, la règle ne vaut pas pour les participants amenés à prendre le volant au retour ! Eux opteront uniquement pour les délicieux cocktails sans alcool que vous aurez prévus.

CHAPITRE 2 : LA PRATIQUE

Malgré son intitulé peu vendeur, la charte « Comportements à risques et addictions en milieu étudiant », produite par la Conférence des Grandes Écoles, pourra vous être précieuse.

Elle liste en effet une série de bonnes pratiques dont vous pourrez vous inspirer, parmi lesquelles :

• Vendre l’alcool par le biais de tickets préalablement achetés, donnant droit à 4 verres d’alcool maximum, le ticket étant poinçonné chaque fois que les noctambules commandent une consommation.

• Mettre de l’eau et de la nourriture gratuitement à disposition tout au long de la soirée.

• Vendre moins cher les boissons non alcoolisées, ou, mieux, mettre en place un open soft.

• Former l’équipe d’organisation de la soirée : les animateurs doivent être vigilants afin de détecter au plus tôt les personnes ayant un comportement excessif, qu’ils inviteront à se reposer dans une salle dédiée. Les barmen ont évidemment un rôle clé : pas question de servir un verre d’alcool à quelqu’un qui paraîtrait déjà éméché !

• Anticiper les retours des participants. Vous pouvez prévoir des taxis ou des navettes, ou encore mettre en place un dispositif « conducteur sobre » (qu’on vous détaille dans la fiche pratique « Agir pour la sécurité routière »).

Enfin, vous pouvez également choisir d’opter pour une « soirée 100% sans alcool », à l’instar de celles régulièrement organisées par l’association Voiture & Co : n’hésitez pas à les contacter, ils vous livreront avec plaisir la recette de leurs « Cleans Parties » !


3. Faire de la prévention alcool sans saouler

Organiser la régulation de la consommation d’alcool des participants à votre soirée est un bon début. Au-delà, il s’agit aussi de responsabiliser chacun d’eux, en intégrant un volet « sensibilisation » à votre événement.

Mais sensibiliser sans agacer les personnes venues faire la fête, cela s’apprend ! Différents acteurs, à commencer par votre serviteur, Animafac, vous proposent des sessions de formation à l’issue desquelles la prévention des risques n’aura plus aucun secret pour vous.

Bien sûr, pour mener à bien votre action de prévention, un peu de matériel vous sera nécessaire le jour J. Il est très facile de s’en procurer pour un coût modique auprès d’acteurs engagés sur les questions de santé :

Les flyers de Techno +, qui distillent 10 conseils pour réduire les risques, peuvent être commandés auprès de l’association ou encore téléchargés sur leur site internet. www.technoplus.org

La LMDE a développé un plan prévention alcool spécifique et peut également mettre à votre disposition différents outils, comme des éthylotests, des réglettes d’auto-évaluation de la consommation, des simulateurs d’alcoolémie, des lunettes de mise en situation. Les dépliants et guides sont téléchargeables sur le site de la mutuelle. De plus, elle a développé une application IPhone ALCOOTEST, permettant à l’utilisateur d’obtenir une estimation en temps réel de son taux d’alcool dans le sang, et surtout de l’heure à laquelle il est susceptible de reprendre le volant sans courir aucun risque.

Sur le site de l’association Entreprises & Prévention (qui réunit les principales entreprises du secteur des vins, bières et spiritueux !) vous pourrez également commander, parfois gratuitement, des flyers, des affiches, mais aussi deux kits d’animation proposant des jeux adaptés au cadre des soirées.


4. Des animations qui remplacent la boisson

Enfin, pour réussir à créer de l’ambiance sans avoir recours au classique subterfuge de l’alcool, peaufinez les animations ! Toute une série d’activités ludiques peuvent être imaginées pour aider chacun à se sentir à l’aise et à s’amuser : soirées à thèmes, concours de danse ou karaoké, speed dating…

A court d’inspiration ? N’hésitez pas à piocher de bonnes idées du côté des Cleans Parties, où de nombreuses animations permettant de rehausser son estime de soi sont proposées : coiffure, maquillage, massage, etc.

Côté adrénaline, on propose aux étudiants des combats de sumo (en costume, pas besoin de prendre 100 kilos pour participer), des rodéos sur une vachette montée sur roue façon bar texan, etc. Pour la fête, des DJ et concerts live sont prévus. De quoi convaincre jusqu’aux plus réticents qu’il est possible de passer une bonne soirée sans une goutte d’alcool !