Organiser un carnaval

Fiche pratique

Stop au froid, à la neige, aux engelures ! Stop au verglas, au nez qui coule, au vent glacé ! Stop aux Moon Boots, aux radiateurs électriques, aux lèvres gercées ! Pour échapper aux délices de saison, rien de telle que la préparation d’un petit carnaval pour occuper ses longues soirées d’hiver. La préparation demande au minimum trois mois, mais comptez-en plutôt cinq pour travailler tranquillement et avoir le temps de prospecter des partenaires.


1. Trouver la thématique de votre carnaval

Trouver un thème pour votre carnaval, c’est un peu comme lui donner une âme. Associer une couleur, un pays, une musique ou un concept à la manifestation est le meilleur moyen qu’elle sorte de l’ordinaire. Déguisements, chars et maquillage déclineront la thématique qui aura été adoptée. Pour autant, évitez que celle-ci soit trop restrictive : si l’idée d’un carnaval reggae peut avoir du charme, c’est aussi prendre le risque de croiser des centaines de Bob lors de la manifestation.

Tout carnaval a, par définition, un thème quasi-incontournable : la fête. Si vous projetez de l’organiser à l’occasion de Mardi Gras, vous n’êtes pas obligés de vous casser la tête, cette unique référence fera très bien l’affaire.

Si votre carnaval vient fêter l’été, ou la fin des exams, ou les deux, le thème s’imposera de lui-même (l’été, la fin des exams, ou les deux). Par contre, pour ceux qui souhaiteraient organiser un carnaval, comme ça, sans raison, juste pour le plaisir, décliner la manifestation autour d’un thème devient indispensable.


2. Qui sera votre bonhomme carnaval ?

Le Bonhomme carnaval est une sorte de grosse mascotte qui sert d’emblème à la fête. Fabriqué à partir d’objets de récupération, sa préparation demande 1 mois au minimum… Pour être brûlé à la fin du défilé !

Alors dans tous les cas (qu’il soit pour Mardi Gras, pour l’été ou pour le plaisir), si vous envisagez de créer votre Bonhomme carnaval, vous aurez à définir un concept, au moins pour lui. Pour exemple, l’association étudiante Lézardus, qui organise chaque année un carnaval étudiant à Caen depuis 1996, a déjà choisi, comme Bonhomme, une vache folle ou un dragon.


3. De l'organisation

Au commencement, il y a ce petit groupe d’individus qui se décident à passer à l’acte, mais à l’arrivée, vous serez d’autant plus assurés du résultat que vous aurez su convaincre d’autres personnes de vous rejoindre dans cette aventure passionnante. Pour ce faire, vous pouvez envisager de co-organiser ce festival avec d’autres associations de votre campus ou de la ville. Sachez qu’il vous faudra alors redéfinir le concept en commun. À vous de les séduire, de les convaincre que le cadre que vous vous étiez fixé est pertinent mais sachez également vous laisser convaincre sur certains aspects.

Il vous faudra tout au long de la mise en œuvre du carnaval, savoir tirer le meilleur parti de chacun pour constituer une équipe cohérente, qui réunisse l’ensemble des compétences nécessaires. Vos rôles respectifs pourront évoluer selon les nouveaux besoins qui se révèlent ; l’essentiel est d’entretenir un compromis entre les affinités et intérêts particuliers et la stratégie d’ensemble. Un conseil : faites appel autant que possible au sens de la responsabilité de chacun mais faites en sorte aussi de coordonner l’ensemble. Avoir un responsable par poste, c’est aider à ce que tous les bénévoles se montrent responsables !

Mobiliser les corpos d’étudiants et les grosses associations de filière : en les associant au projet dès le départ, vous vous assurerez de leur participation (en quantité et en qualité) au carnaval… N’hésitez pas également à faire appel à l’ensemble de la communauté universitaire. Rencontrer les membres administratifs et techniques du personnel, de profs (et pourquoi pas d’un président ?) dans le cadre de vos réunions de préparation, c’est aussi ça le but de ce type d’événement ! Sans compter que c’est également le meilleur moyen de vous assurer une bonne promo : rien de tel que le bouche-à-oreille.


4. Communication

La communication doit débuter au moins un mois avant l’événement, surtout pour que les participants puissent pleinement s’y associer : fabrication des costumes, des décos pour les chars… Tout ça demande du temps.

Pourquoi ne pas organiser un concours d’affiches ? Une option qui a plusieurs avantages : d’une part, en lançant l’appel à la création, vous faites déjà parler du carnaval plusieurs mois auparavant ; d’autre part, ça vous permet une nouvelle fois d’associer le plus grand nombre d’étudiants en faisant en sorte qu’ils soient, peu ou prou, partie prenante du projet.

Sur une telle manifestation, vous n’aurez aucun mal à obtenir quelques articles dans la presse locale et/ou universitaire. Un carnaval est un événement fédérateur, facilement relayé. Planifier l’envoi d’un dossier de presse quelques semaines avant l’événement. Ce dossier vantera les atours de votre carnaval, c’est-à-dire, ni plus ni moins qu’un grand raout. Alors un conseil : faîtes en sorte qu’il soit drôle et festif, tout en restant léger et agréable à lire.


5. À vos marques, prêt ? Rassemblement !

Si le carnaval c’est avant tout un défilé, il faut, comme pour n’importe quel cortège, penser à un lieu de rassemblement. L’idéal, quand il s’agit d’un carnaval étudiant, est de fixer rendez-vous aux participants là où ils se trouvent déjà : le campus.

Et début des festivités

Plus qu’un simple point de rendez-vous, le campus a tout intérêt à devenir un vaste terrain de jeux. C’est le début de la fête, c’est aussi le moment où l’on peut mettre la dernière touche à son costume. Ainsi, pensez à organiser des exhibitions et des performances proches de la symboliques du carnaval : arts de la rue, cirque… Quel meilleur moment de démonstration qu’un carnaval pour les cracheurs de feu, jongleurs et autres acrobates ?

Vous pouvez également mettre en place des stands de maquillage, voire de déguisement, pour les quelques distraits qui auraient oublié le jour J (pourtant, ce n’est pas faute d’être passé dans les amphis, d’avoir placardé des centaines d’affiches et distribué des milliers de tracts !)

Foisonnement d’activités, bouillonnement d’animations, le carnavalier ne doit plus savoir où donner de la tête. Multipliez donc les activités : concours de déguisement avec défilé et gros paquet de bonbons à la clef, dégustation de crêpes, élection de la Reine et/ou du Roi du Carnaval (attention, cette élection n’a rien à voir avec un concours de Miss. Il s’agit plutôt de choisir la personne la plus sympa, la plus souriante et la plus représentative de la fête…De l’authenticité, on vous dit !)

Le défilé

Après avoir bien fait monter la sauce sur le campus, il va s’agir alors de répandre toute cette liasse de bonne humeur à travers les rues.

Pas de cortège sans char

Pour les chars, quant il s’agit de location, le plus simple est de préparer en amont l’ornement. Il faut que les décos soient rapides à poser, de façon à n’avoir qu’une seule journée de location à payer. Si le décor n’est pas trop pharaonique, un bon vieux tracteur avec une remorque fera l’affaire. Si vous voulez mettre les petits plats dans les grands, vous pouvez opter pour un camion plate-forme qui se conduit avec un permis B. Mais vous pouvez également, et plus simplement, mettre à profit votre chère 4L. Il faut prévoir un minimum de 100 Euros par véhicule loué, alors tous ceux qui pourraient vous obtenir gracieusement les clefs d’un tracteur ou de tout autre véhicule métamorphosable en char sont bien entendus de précieux contacts.

Enfin, l’élaboration de votre char peut être une belle occasion pour réaliser des éléments grâce à l’upcycling, en réutilisant et détournant des objets de récup’. Pour cela, vous trouverez de nombreuses idées et vidéos d’explication sur internet. Par exemple, l’association Les Accrochars partage sur son site les différentes étapes de construction des plus petits comme des plus grands de leurs chars.

Assurance

Une assurance-responsabilité civile est normalement suffisante pour couvrir l’équipe et le public. Bien entendu, il faut veiller à assurer le matériel loué en contactant une extension ” Tous Risques Matériel “, notamment pour les véhicules. Est-il besoin de préciser que comme pour toute manifestation, les voitures supportent généralement très mal un défilé de carnaval (bizarrement, dans le cortège, elles sont souvent confondues avec un escabeau, un trampolin, une “cible à œufs “,…).

Primordial : les règles de sécurité

Le parcours du défilé doit être prévu, largement en amont, avec la Mairie et la Police. Un arrêté municipal pourra alors interdire la circulation et prévenir d’un stationnement gênant avant la manifestation.
Tout le long du parcours, le cortège doit être encadré : des bénévoles doivent êtres postés en amont, en aval et autour des carnavaliers. Il faut également s’assurer de la sécurité autour des chars et éviter que les participants ne grimpent dessus.

On a vu plus haut que le Bonhomme Carnaval était brûlé à la fin du défilé. Pour le bûcher, est-il nécessaire de préciser qu’il faut également contacter les Pompiers qui, bien entendu, seront sur place. Avec eux, vous pourrez appliquer le dispositif de sécurité adéquat.

Timing : Attention au parcours !

Faire se déplacer 5000 personnes, c’est long ! Pour un défilé de trois kilomètres, comptez au moins 2 heures. Surtout si des pauses sont prévues (par exemple, une minute de bruit au milieu du parcours).


5. Le soir

Une telle journée ne pourrait pas s’achever sans une soirée. Se procurer une salle au sein de l’université ou par le biais de la Mairie peut être une solution, mais il faut que l’espace soit (raisonnablement) gigantesque : en effet, si votre carnaval est une réussite (et ça le sera certainement), le nombre de participants pourra facilement atteindre plusieurs milliers (le carnaval organisé par Lézardus rassemble chaque année environ 5000 étudiants de Caen !)

Une autre solution : si vos rapports ont été cordiaux et chaleureux lors de l’organisation, pourquoi ne pas demander à la Mairie de mobiliser une rue de la ville durant la soirée. Il ne faut surtout pas négliger que votre manifestation donnera de la ville une image jeune et dynamique… La municipalité a intérêt autant que vous que ce rassemblement soit couronné de succès.

Sécurité, encore et toujours

Si, durant le défilé, faire appel à un service de sécurité ne semble pas indispensable, ça devient quasi-obligatoire pour la soirée. Un aspect à ne pas négliger car le coût peut être assez élevé.
Après

Autre aspect à ne surtout pas omettre : le nettoyage. Les questions comment ? et par qui ? doivent être abordées au préalable et avec les services municipaux et avec les services universitaires. Prévoyez dans votre budget un service de nettoyage externe (et ça aussi, c’est un des postes les plus dispendieux d’un carnaval).

Partenaire particulier cherche

Des subventions : que des incontournables. L’université avec le FSDIE, la Mairie, le fonds Culture-Action du CROUS, … Ensuite, il s’agit de dégoter des partenariats spécifiques à votre projet : c’est un carnaval alors il faut : De la musique : une radio locale peut assurer l’animation musicale du campus ; Du maquillage : faites-vous offrir par de grandes marques de maquillage le nécessaire pour peinturlurer tous vos participants ; Des maquilleurs : les écoles d’esthétisme sont sans cesse à la recherche de cobayes. Des bonbons : pas de carnaval sans friandise (il faut les lancer des chars, les offrir aux lauréats du concours de déguisements…). Les confiseurs sont donc aussi à démarcher.

Dernier conseil

Basile Pachkoff a relancé, il y a 15 ans, le Carnaval de Paris avec son association ” Les Fumantes de Pantruche “. Son souhait : que les carnavals, partout en France, renaissent de leurs cendres. Il nous livre le secret d’un carnaval réussit : ” Un gâteau, quand il est bon, crue, sa pâte est bonne. Cuite, elle est encore meilleure. Il en est de même avec le Carnaval. Sa préparation, si elle est réussie, doit être agréable. Si la fête est réussie, l’ensemble le sera. Si la fête n’est pas réussie, ou n’a pas lieu, on ne regrettera pas en tous les cas de l’avoir préparée. La préparation de la fête doit être un plaisir en soi qui amène de nouveaux participants au Carnaval “

Le Carnaval de Paris a d’ores et déjà battu les pavés parisiens de la Porte de Bagnolet à l’Hôtel de Ville en passant par Gambetta, Belleville et République. Pour plus d’informations, connectez-vous sur : http://www.carnaval-paris.org/