Le 21 avril dernier, Animafac lançait la campagne 2012 Même pas peur pour dénoncer l’instrumentalisation des peurs dans le débat public et offrir un espace d’expression citoyenne aux jeunes. Grâce à une forte mobilisation, plus de 160 manifestations ont été organisées à travers la France jusqu’au 31 août dernier, permettant de récolter 3 400 contributions. Elles ont fait l’objet d’une analyse que vous pouvez dès à présent retrouver sur le site Internet de la campagne en cliquant ici en cliquant ici.

 

Avec 2012 Même pas peur, chaque jeune citoyen était invité à s’exprimer sur le format « Je ne veux plus / Je veux » et à relayer nos outils de campagne : plus de 550 000 affiches, autocollants et badges ont ainsi été distribués ! Profitant de notre espace de commande en ligne, vous avez été nombreux à nous demander des « kits de campagne » pour devenir vous-même acteur de 2012 Même pas peur. Nous tenons d’ailleurs à vous remercier pour votre participation !

 

Le principal enseignement de cette initiative est que la jeunesse ne s’est pas saisie de 2012 Même pas peur comme d’un cahier de doléances et de revendications. Cette campagne nous l’a montré : les jeunes entendent avant tout pouvoir exercer un rôle actif au sein de la société et lorsqu’ils prennent la parole, c’est en premier lieu pour exprimer leur vision et formuler des propositions !

 

L’analyse des contributions fait également ressortir que, à l’encontre d’une croyance solidement ancrée, les jeunes ne se désintéressent pas de la politique. Rendre la politique à nouveau intéressante en la recentrant sur le fond et en permettant à tous les citoyens de s’en saisir : telle serait en substance l’attente principale de la jeunesse « 2012 Même pas peur ».

 

Discriminations, économie, médias, culture ou encore environnement, les thématiques que vous avez abordés sont nombreuses. Pour découvrir ce qui ressort de ces contributions, découvrez dès maintenant l’analyse de 2012 Même pas peur en cliquant ici.

Soyons sociaux
Réagir c'est agir