Depuis le mois de septembre,  Florence était relais Animafac à Nantes. Formations locales, apéro tchatches, recensement et accompagnement des associations étudiantes nantaises… Elle revient pour nous sur une année très animée !


Qu’est-ce qui t’as motivé à t’engager dans cette mission de service civique ?

Avant de devenir relais Animafac, je faisais déjà partie d’une association depuis deux ans. J’ai postulé pour m’impliquer davantage et approfondir ma connaissance du monde des initiatives étudiantes. Mes espérances ont d’ailleurs été comblées. Cette mission a vraiment renforcé mon engagement associatif et citoyen. Ce passage au sein du réseau m’a également permis de rencontrer des associatifs extrêmement intéressants, des gens que je pense d’ailleurs revoir par la suite, et j’ai pu découvrir des projets ambitieux, marquants, originaux.

 

Peux-tu nous présenter la mission que tu as réalisée, ton quotidien de relais ?

Ma mission s’est déroulée sur un rythme soutenu. Le calendrier du premier semestre étant notamment partagé entre le recensement des associations, les formations et rencontres locales ainsi que la mobilisation autour du Forum national des initiatives jeunes, je n’ai littéralement pas vu le temps passer ! Heureusement, l’aide et l’encadrement des animateurs réseau m’ont permis de ne pas être dépassée par les événements.

 

Et quel bilan dresses-tu de cette expérience ? Penses-tu que cela va te servir à l’avenir ?

J’ai eu l’impression, durant mon service civique, de faire quelque chose d’utile en faveur de l’engagement associatif des jeunes, ce qui était une des raisons qui m’ont fait choisir cette voie. Depuis deux mois, je me suis lancée dans la création d’une association et mon expérience au sein d’Animafac m’aide énormément sous différents aspects ; les formalités administratives et les montages financiers qui peuvent généralement apparaître comme des écueils s’en trouvent grandement simplifiés.

 

Qu’as-tu envie de dire aux futurs relais ? Un conseil à leur donner ?

Si je devais adresser un message aux futurs relais, je leur conseillerais de profiter de leur mission pour rencontrer un maximum d’associatifs, de prescripteurs et d’intervenants. C’est le meilleur moyen de s’intégrer et de trouver sa place et de se créer un réseau.

 

Comme Florence, vous avez envie de vivre une expérience riche et pleine de rencontres ? Candidatez dès maintenant comme relais local pour le réseau Animafac : Je candidate !

Soyons sociaux
Réagir c'est agir