Le Manifeste des 10 ans du Service Civique

Ce 10 mars 2020, le Service civique fête ses 10 ans ! Afin de célébrer l’anniversaire du dispositif et rappeler les bonnes pratiques qu’il nous semble nécessaire de généraliser afin de garantir une expérience enrichissante pour les volontaires, les tuteur·trice·s et les associations, Animafac a rédigé le Manifeste des 10 ans du Service civique, dont les 10 messages sont à découvrir ci-dessous.

24h dûment réalisées

Depuis 2010, Animafac a fait le choix de proposer des missions de 24h par semaine, ceci afin que les engagé.e.s puissent avoir d’autres activités en dehors de leur Service Civique (études, bénévolat, emploi à temps partiel, etc.) mais aussi afin d’éviter toute confusion avec le salariat.

Ni salariat, ni bénévolat

Le volontaire en service civique dispose d’un statut particulier qui ne correspond ni à du salariat ni à du bénévolat et auxquels des droits sont attachés. Le·la volontaire exerce une mission dont les tâches qui lui sont confiées sont différentes et complémentaires de celles des salariés de l’organisme d’accueil. Le·la volontaire ne détient pas de responsabilités, perçoit une indemnité (et non pas un salaire), bénéficie de deux jours de congé par mois (trois pour les volontaires mineur·e·s) et doit suivre des formations dont le caractère est obligatoire.

La relation entre le·la volontaire et la structure d’accueil s’inscrit dans la coopération ; il n’existe pas de lien subordination, contrairement à celle unissant un employeur et un·e salarié·. à ce titre, la mission qui confiée au·à la volontaire doit pouvoir évoluer en fonction de ses envies. 

Une mission accessible à tou·te·s

Une mission de Service Civique doit être accessible, quels que soient le niveau d’étude ou de connaissance du milieu associatif des candidat.e.s. Comme l’indique l’Agence du Service Civique, “il n’y a pas de conditions de diplôme ni d’expérience professionnelle. Ce sont les savoirs-être et la motivation qui comptent avant tout”.

La diversité des Formations civiques et citoyennes

Les FCC – Formations civiques et citoyennes – sont des temps de formation obligatoires pour les volontaires en service civique. Organisées sur deux jours, elles comportent deux volets :

  • un volet « théorique » comprenant un ou plusieurs modules conçus et organisés par Animafac, ayant pour objectif de sensibiliser les volontaires aux enjeux de la citoyenneté;
  • un volet « pratique» sous la forme d’une formation au premiers secours de niveau 1 (PSC1).

Une expérience enrichissante pour le·la volontaire, le·la tuteur·rice et la structure

Le Service Civique est un dispositif utile par de multiples aspects.

Pour les jeunes :

Il facilite leur participation à des projets d’intérêt général à travers une forme d’engagement balisée, qui leur permet d’appréhender la citoyenneté par l’action. Loin des discours formatés, un engagement en Service Civique permet de rendre cette notion concrète, grâce à une immersion au service de projets utiles à notre société. Si le Service Civique permet à des jeunes de découvrir ou d’aller plus loin dans un engagement d’intérêt général, il favorise également l’acquisition de compétences, développe l’estime personnelle ainsi que leur sentiment  d’intégration à la société.

Pour les associations :

Accueillir un.e volontaire permet de donner plus d’ampleur aux actions tout en réfléchissant à de nouveaux projets et en offrant un meilleur service aux publics cibles. Le·la volontaire pourra apporter un oeil neuf sur l’association et mener au développement de nouvelles idées. C’est également un bon moyen de redynamiser son réseau de bénévoles et de faire connaître ses actions et valeurs au-delà des cercles habituels.

Pour la société :

L’engagement en Service Civique fait le pari de la jeunesse comme ressource plutôt que comme public à prendre en charge ou à recadrer. Ce dispositif interroge les représentations liées aux jeunes et contribue à construire la confiance entre les générations. Il permet de densifier les actions d’intérêt général, mais aussi de défricher de nouveaux champs d’action et de développer des projets innovants. Enfin, que cela soit par la rencontre d’autres volontaires ou des différentes parties prenantes de l’organisme d’accueil, il permet de faire vivre une mixité sociale.

Vivre son engagement au quotidien

Il nous paraît important que ce « Service Civique pour tou·te·s » se traduise aussi par des missions au sein desquelles tous les profils puissent s’épanouir : si une personne bénévole souhaite pouvoir consacrer plus de temps à son association, le Service Civique doit aussi lui en laisser la possibilité.

Adapter le temps de la mission à son contenu

Grâce à un engagement sur une durée de 6 à 12 mois, le dispositif permet de découvrir le fonctionnement de la structure, de se familiariser avec la façon dont sont menés les projets et de rencontrer tous les acteurs qui la font vivre. La durée de la mission est importante pour faire du Service Civique une vraie étape de socialisation et de construction du rapport à l’engagement, un temps d’engagement long étant structurant dans le parcours du·de la volontaire.

La recette d’un tutorat réussi

Les tuteurs·rices sont chargé·e·s d’accompagner le volontaire tout au long de son expérience pour que celle-ci se déroule dans de bonnes conditions. Cela implique avant tout une certaine disponibilité et un sens de l’écoute. Dès le début et tout au long de la mission du volontaire, le·la tuteur·rice doit veiller à ce que soit aménagé un cadre adapté et sécurisé pour le volontaire, qu’il s’agisse de son emploi du temps ou de son environnement de mission. Le·la tuteur·rice est également le·la garant·e du lien entre le·la volontaire et le reste de l’association. Pour ce faire, il est important de sensibiliser le·la volontaire aux enjeux de l’association et à son actualité et ce, tout au long de sa mission. Cette démarche permettra de lui assurer une bonne compréhension du projet associatif et une meilleure intégration aux côtés des autres membres de la structure.

L’Agence du Service Civique propose régulièrement des formations destinées aux tuteurs·rices dans plusieurs villes.

Le Service civique n’est pas un Service militaire

L’engagement est un choix qui se construit pas à pas par les idées, les convictions et les envies que chacun·e se forge. Tout doit être fait pour faciliter, aider et inciter les jeunes à s’engager sans qu’ils·elles y soient contraint·e·s. Davantage qu’un moment à passer, qu’un rituel d’entrée dans la citoyenneté, l’engagement est un fil rouge, un parcours, qui évoluera tout au long de la vie. En cela, le Service civique est un espace d’expérimentation qui permet de prendre des risques, faire des erreurs et se découvrir.

Valoriser les compétences acquises

La bienveillance et l’accompagnement du·de la tuteur·rice, la diversité des tâches effectuées dans le cadre d’une mission de Service civique, la progressive autonomie prise… tout cela permet aux volontaires d’acquérir des compétences parfois insoupçonnées ! Afin de les identifier, Animafac a développé un module intitulé “Bénévolat et compétences”. Cette formation permet aux volontaires et jeunes engagé·e·s de déterminer les compétences acquises au cours de leur expérience afin de les valoriser dans le cadre de leur orientation et de leur insertion professionnelle.

Soyons sociaux
Réagir c'est agir