Tout savoir sur l’année de césure à l’Université

                  Mise à jour le 22/05/2019
line-cesure-animafac-1line-cesure-animafac-2line-cesure-animafac-3line-cesure-animafac-4line-cesure-animafac-5line-cesure-animafac-6line-cesure-animafac-7line-cesure-animafac-8line-cesure-animafac-9line-cesure-animafac-10

Clair, net, précis. Merci à l’illustratrice Cy. pour ce strip ! Pour être vraiment sûr·e·s que les informations principales soient passées, on en remet une couche. Depuis juillet 2015, tous les étudiant·e·s ont le droit de prendre une année de césure dans leur cursus. Voici quelques conseils pour demander une année de césure à son établissement.

Que contient la circulaire sur l’année de césure ?

> Télécharger la circulaire ministérielle

La définition de l’année de césure. C’est la première fois qu’elle apparaît dans un texte. La césure y est définie comme une expérience personnelle et volontaire, permettant à un·e étudiant·e de suspendre temporairement (et non pas d’interrompre) ses études.

Le maintien du lien entre les étudiant·e·s en césure et leur établissement. Les étudiant·e·s en césure gardent donc son statut d’étudiant·e, sans payer de frais d’inscription (sauf si la personne demande explicitement à bénéficier d’un accompagnement pédagogique de son établissement, si un tel accompagnement existe. Il ou elle est libre de ne pas le demander). Un conventionnement écrit sera signé entre l’établissement et les étudiant·e·s en césure, ce qui est plus sécurisant.

Le droit à bourse. Les étudiant·e·s boursier·ère·ss seront libres d’utiliser un de leurs droits à bourse si l’objet de leur césure a un lien avec leur formation. Certains établissements permettent cependant aux étudiant·e·s de bénéficier de leur droit à bourse sans cette contrainte.

Le droit au retour des étudiant·e·s dans l’année supérieure de leur cursus. Il est garanti dans le texte, y compris dans les filières sélectives.

Le moment de la césure. La césure peut être prise à n’importe quel moment du cursus – sauf à la fin du M2.

La reconnaissance de la « césure-engagement ». Elle est explicitement décrite et intègre aussi bien les expériences bénévoles que volontaires. Les expériences de stage ou de mobilité sont bien entendu également inscrites dans la circulaire.

Une évaluation de la mise en œuvre de l’année de césure. Des indicateurs seront créés pour rendre compte des étudiant·e·s en césure. Ces indicateurs permettront également de mieux connaître le nombre de « césurien·ne·s », leurs motivations et l’impact de la césure dans leur parcours.

 

Comment demander une césure à son établissement ?

 

1. Savoir si son établissement intègre un droit à la césure

> En cherchant sur le site internet de l’université si une page en fait mention.

> En allant frapper à la porte de la scolarité de l’UFR/du département d’études.

> En contactant la vice-présidente ou le vice-président de la Commission de la Formation et de la Vie universitaire (CFVU) de votre université.
Télécharger un modèle de mail à envoyer au ou à la VP CFVU.

 

2. Envoyer une demande à l’établissement

En général, il suffit d’adresser une lettre de motivation à l’interlocuteur le plus pertinent que vous aurez identifié lors de la première étape.

Nous vous conseillons d’y insister sur ces points :
– Pour combien de temps vous souhaitez faire votre césure,
– Les raisons pour lesquelles vous souhaitez faire une césure,
– Vos engagements si vous en avez (bénévolat, mentorat, volontariat, etc.)
– Le projet de césure s’il est déjà plus ou moins défini,
– Ce que cette césure peut vous apporter en termes de compétences, d’épanouissement personnel, d’autonomie, d’adaptabilité, de temps de construction de votre parcours etc.

Pour aller plus loin
Soyons sociaux
Réagir c'est agir