Le jeudi 10 juillet, le Professeur Gérard Auneau et Stéphane Diagana, président de la ligue professionnelle d’athlétisme, rendaient leur copie. Valérie Pécresse, Ministre de l’Education Supérieure et de la recherche et Roselyne Bachelot Narquin, Ministre de la Santé de la Jeunesse et des Sports, leur avaient demandé de proposer des mesures afin de développer l’éducation physique et sportive à l’université. Voici les grandes orientations qu’ils préconisent. Va y’avoir du sport !

Cette mission confiée au duo Diagana-Auneau avait deux pistes principales. « La première vise essentiellement à considérer le sport comme un moyen de pédagogie et d’éducation à la santé. La deuxième vise à valoriser le sport dans le cadre d’une formation professionnalisante pour les sportifs de haut niveau » confiait Gérard Auneau, lors d’une consultation auprès de la CPU (Conférence des Présidents d’Université) en mai 2008. Une notion de pratique obligatoire en Licence qui a priori peut faire tiquer, même si Stéphane Diagana la souhaitait la plus incitatrice possible : « Pour cela, on peut par exemple, associer la pratique sportive à des matières transversales et lui donner une orientation  » compétition « ,  » santé  » ou  » professionnalisation  » selon les cas. »

Cinq grandes orientations articulent ce rapport :

– Les auteurs préconisent la création d’une unité d’enseignement APS (Activités physiques et sportives) obligatoire en licence, proposant de mettre en œuvre cette mesure sur un semestre, dès la rentrée 2009-2010.

– Les étudiants devraient s’acquitter d’un « droit du sport«  ,  » au même titre que le « droit de bibliothèque » ou le « droit de médecine préventive ». Il ne devrait pas excéder 20 € par étudiant et bénéficierait des mêmes droits d’exonération.

– Pour mettre en œuvre ces pratiques sportives à l’université, un Plan Marshall des installations sportives est demandé à travers lequel il faudra mutualiser les installations sportives existantes et mieux les exploiter, inciter les universités à utiliser les installations sportives privées et procéder à un large plan de rénovation et de construction. Un appel d’offres devra être lancé au cours de l’année 2009-2010.

– Ce rapport vise également à encourager et promouvoir la pratique compétitive. L’accent est dont mis sur l’accueil des sportifs de haut niveau au sein de l’université. Il semblerait en effet que « malgré des circulaires et des notes adressées aux responsables des universités (…) les dispositions favorables aux sportifs ne soient pas appliquées ». Dans la même lignée, les auteurs préconisent à leur encontre l’application de la VAE (Validation des acquis et de l’expérience).

Un DAPS (Département des Activités Physiques et Sportives) devrait être créé et regroupera en un guichet unique tous les services sportifs universitaires : SUAPS, association sportive, département sport de haut niveau, l’UFR STAPS, CRSU (Comité Régional du Sport Universitaire)…

A lire :

– le rapport « Le développement du sport à l’Université« 


 

Soyons sociaux
Réagir c'est agir