*Synthèse des ateliers qui se sont tenus à l’université d’été d’Animafac, le 19/09/09 de 9h à 11h30

 

Pour cet atelier, trois groupes ont été formés. L’objectif était de permettre une réflexion en commun sur ce qu’est Animafac : comment définir et caractériser Animafac ? Il s’agissait également d’en expliciter le mode de fonctionnement particulier, de revenir sur ce qui spécifie un réseau, d’évoquer les actions d’Animafac et son rapport à la politique. Enfin, il a également été question du maintien de l’innovation et des perspectives futures.


Qu’est-ce qu’Animafac ?

Animafac est un réseau d’associations étudiantes, qui met à la disposition de celles-ci des ressources, des espaces et des temps d’échanges et de mutualisation des savoirs. S’il incarne le fait associatif étudiant, le réseau Animafac ne cherche pas à être le représentant des associations étudiantes. Optant pour un modèle horizontal, il vise à donner à chacune des associations qui le composent un poids égal et se propose de les accompagner et de les outiller (via des formations, des fiches ou des guides pratiques) pour les aider à mener à bien leurs actions.

Lié à la Ligue de l’enseignement, qui en est le partenaire historique, le réseau s’inscrit dans la démarche de l’éducation populaire, qu’il cherche accomplir dans les actes davantage que dans les discours. L’idée est que doivent pouvoir exister, à côté des espaces académiques d’enseignement, d’autres lieux et d’autres opportunités d’apprentissage par l’accomplissement d’actions concrètes, où une marge est accordée à l’expérimentation et où le droit à l’erreur est accordé. Cette pédagogie qui prend appui sur la création de projets collectifs vise également à permettre l’apprentissage de valeurs. Elle ne néglige pas par ailleurs la dimension de plaisir. Allant à l’encontre d’une vision sacrificielle, l’engagement tel que le conçoit Animafac permet d’apprendre sur soi, de s’épanouir, tout en s’investissant dans un projet collectif.

Le réseau se caractérise également par sa diversité. La formation citoyenne dispensée par les associations est possible à travers un très large panel d’activités dont Animafac cherche à être le reflet fidèle, notamment par l’intermédiaire de son site Internet ou l’organisation des rencontres nationales des chantiers. Les associations affiliées au réseau s’investissent ainsi dans les domaines suivants : accompagnement à la scolarité, culture, discriminations, droits de l’homme, économie sociale, environnement, accueil des étudiants internationaux, Europe, handicaps, insertion professionnelle, médias, prévention des risques, sport, solidarité internationale, solidarités locales.

Le rapport à la démocratie d’Animafac

Le refus d’un esprit partisan ne signifie pas que l’on ne soucie pas de questions politiques. Animafac entend bien l’illustrer à sa façon : sans affiliation politique affirmée, n’ayant en aucun cas vocation à se présenter à des élections étudiantes, Animafac vise d’abord à former des citoyens éclairés, animés par un certain nombre de valeurs et conscients de leurs choix. La culture démocratique d’Animafac est qu’il existe, à côté des grandes échéances électorales et de la représentation, tout un pan de la démocratie qu’il est possible d’investir pour continuer à faire société et à exercer sa citoyenneté. Animafac participe à un courant de pensée attaché à une autre façon de faire de la politique, mettant l’accent sur l’action collective qui à tous moments peut faire avancer la démocratie.

Animafac se singularise également par son rapport à la démocratie en interne. L’enjeu de fonctionnement d’Animafac n’est pas de chercher à conquérir des majorités mais de travailler à construire des consensus. Animafac se pense comme une forme de micro-société, ouverte, où les rapports de force ne prennent pas le dessus sur les initiatives de chacun et où il n’y a pas à se ranger derrière une seule ligne. La notion de diversité est inscrite dans ses statuts. Avec cette diversité Animafac tâche d’être à l’aise au milieu de toutes les associations étudiantes et d’être un point d’appui pour toutes les initiatives. La culture de la majorité dans la prise de décision n’y prévaut pas mais plutôt la participation de tous, en ayant pour objectif de rassembler les différents acteurs.

Cette volonté se traduit par le fonctionnement en réseau, où chaque association, petite ou grande, pèse d’un poids identique et où une minorité peut agir du moment qu’il n’y pas d’opposition marquée à son initiative. L’horizontalité y prévaut et chaque association membre y conserve son autonomie tout en pouvant y faire émerger de nouvelles idées. Le fonctionnement en réseau permet de porter des choses ensembles tout en respectant la diversité.


L’innovation et l’avenir

Ce souci de la diversité, couplé à une conception de la citoyenneté qui doit pouvoir s’exercer à tous moments, conduit à mettre l’accent sur une culture de l’innovation, pour laquelle la recherche permanente de nouveaux moyens de faire société est importante. Restant à l’affût de la technicité des associations, Animafac cherche à repérer et souligner ce qu’il peut y avoir en elles d’innovant et d’inventif. Le prix de l’initiative a d’ailleurs été créé pour récompenser des associations innovantes.

L’horizontalité incite à toujours aller de l’avant. Le fonctionnement démocratique horizontal, en réseau, donne le primat à l’échange et au débat, où la parole est libre et d’où peuvent sortir de nouvelles propositions. Animafac se soucie d’organiser plus de chantiers et de tours de table que de conférences magistrales, en faisant le pari qu’on trouve, grâce à la prise de parole de chacun, des idées plus profondes et efficaces que ce que le premier orateur aurait dit : dans une culture de l’échange et de l’innovation, la synthèse d’après le débat est toujours plus intéressante que la synthèse préparatoire.

Au cours des discussions, quelques questions ont été soulevées, indiquant des pistes éventuelles à examiner pour l’avenir. Il a notamment été débattu du rôle d’Animafac par rapport aux initiatives étudiantes : actuellement Animafac appuie les initiatives étudiantes, mais pourrait-il être de son ressort d’impulser des initiatives ? Ce rôle d’impulsion, Animafac le joue déjà, via ses campagnes de sensibilisation, ses affiches, son site Internet, mais devrait-il l’accentuer davantage en invitant directement les associations à se saisir de certains sujets ? A également été débattue la possibilité d’un élargissement vers des problématiques internationales, en étendant le principe d’échange de pratique à une échelle plus large et en cherchant à créer des ponts entre jeunes du Nord et jeunes du Sud.

En somme, ce qui caractérise Animafac, c’est un idéalisme pragmatique, la volonté de changer les choses tout en restant dans le concret et d’allier réalisme et idéalisme. Animafac cherche d’abord à former des citoyens, capables d’agir et de penser, soucieux de faire évoluer la société vers plus de justice. Son action est donc un pari permanent sur l’avenir.

Soyons sociaux
Réagir c'est agir