Cet article fait partie du compte rendu de la rencontre « Développement durable » du 12 et 13 février 2005. Vous pouvez retourner au dossier central pour consulter les autres articles du compte rendu.

Comment informer les jeunes de leur impact sur l’environnement et de leur moyens pour changer les comportements ? Quels projets mener avec des résultats efficaces et quelle place pour les associations étudiantes dans la protection de l’environnement ?

Associations intervenantes : Eau Vivante, Ar Vuez, GES ou la Brigade du Tri.
Animatrice : Amandine Limouzin, Frapna campus

Eau Vivante présentée par Gaétan Chailleau

L’association comprend 400 adhérents avec 7 relais locaux dans des différentes villes, elle travaille avec 25 associations partenaires. Les objectif d’eau vivante sont le maintien du cycle de l’eau, l’entretien de la fertilité du sol, le maintien de la vie et ainsi faire en sorte que la gestion de la biomasse et de l’au soit amélioré.

Les projets menés touchent à la mise en place des toilettes sèches ou à l’eau de pluie. Les toilettes sèches fonctionnent avec de la sciure qui permet une bonne absorption des liquides, une lutte efficace contre les odeurs et une diminution significative de la toxicité des déchets. Une fois vidé, ce déchet est mis sur un compost et peut être utilisé ultérieurement comme engrais.pour des plantations non comestibles.

Les toilettes à l’eau de pluie permettent de revaloriser l’eau par un cycle complet allant de la récupération, à l’utilisation pour les toilettes, à un filtrage permettant ensuite l’irrigation des jardins.

Eau vivante souhaite toucher des particuliers ou des professionnels de la gestion de l’eau. L’association peut aussi apporter un soutien technique aux associations qui souhaiterait réaliser la mise en place de telles installations.

Ar Vuez présentée par Delphine Charrier, présidente

Le travail d’Ar Vuez se base notamment sur la sensibilisation du grand public aux problèmes de l’environnement et sur l’incitation à découvrir et comprendre la nature.

Les modes d’action sont très divers : sensibilisation par le biais d’expos, de conférences, de sorties naturalistes, de plantations d’arbres, etc. Ils ont également créé un réseau d’associations d’environnement à Rennes et travaillent avec les institutions publiques sur place. Ils participent à la conservation/restauration des zones humides, et touchent le grand public par l’organisation de la semaine de l’environnement (en avril cette année) qui est ouverte à tous.

Afin de mener un programme de gestion des zones humides à long terme, Ar Vuez a fait des actions de nettoyage du terrain suivi par un inventaire de la faune et flore présente et des analyses diverses géologiques (alimentation en eau, type de sol etc.). Le résultat a pris la forme d’un « arboretum » ainsi qu’un parcours botanique pédagogique sur la biodiversité.

Le projet était soutenu par l’université de Rennes et par d’autres associations en Bretagne. L’association a de nombreux projets dans sa besace dont le développement d’une boîte à outils pour la réalisation des projets et une orientation vers des actions plus transversales.

Afin de garantir la pérennisation de leurs projets, ils essayent d’impliquer l’université, les acteurs locaux, des professeurs ainsi que d’utiliser Internet pour faire connaître leurs actions.

GES présenté par Isabelle Truffaut

La Génération Enviro Sciences tente de sensibiliser au tri sélectif des déchets dans les festivals par leur projet « La Brigade du Tri », ainsi qu’à la gestion des déchets à la source et la régulation de la consommation.

La Brigade du Tri :

Avec des affichages choc pendant les manifestations lors du festival, des sacs de tri partout, des tracts de sensibilisation et un budget de 3000 Euros par la réalisation du projet les étudiants de l’association GES ont tenté de donner une autre image à la gestion du déchet quotidien. Mais les festivals ne sont pas leur seul champ d’action, ils fréquentent également des supermarchés, organisent une loterie de tri sous la forme d’un concours et travaillent avec une Braderie à Lille.

Conclusion

On se rend compte de la grande diversité des actions possibles et surtout de la motivation des acteurs. L’objectif principal est de toucher un maximum de public, donc de choisir des lieux d’action de grande fréquentation comme les festivals, le campus, etc.. La réussite du projet demande une bonne méthodologie et le budget nécessaire. Le parrainage du projet par une institution semble être moins important que pour les projets de solidarité internationale, mais apporte toutefois une grande légitimation du projet et l’accès à d’autres structures ou aides, etc.

Comment favoriser et améliorer l’engagement des étudiants en faveur de l’environnement ?

La sensibilisation est un vaste champ où des actions multiples ponctuelles permettent de responsabiliser chacun : sensibiliser le grand public, les associations existantes, mais aussi les jeunes (élèves du primaires, etc.) , etc.

L’environnement offre une multitude de d’actions et son premier avantage, c’est que chacun peut y contribuer en commençant devant sa propre porte.

 

Soyons sociaux
Réagir c'est agir