Association créée par des étudiants de Paris 7, Ciné 7 se mobilise autour de projets audiovisuels et culturels. Festivals, productions, médiation et revue d’actualité, les membres de la structure sont sur tous les fronts. Sarah Menouer, responsable du magazine, nous en dit plus.

 

Etudiants et fondus de cinéma, les créateurs de Ciné 7 s’engagent sur tous les fronts pour faire vivre leur passion. Engagés aux côtés des étudiants, ils leur permettent de mettre sur pied un court-métrage de qualité. Ils organisent également un festival international réunissant des productions variées. Enfin, et c’est là qu’intervient Sarah, Ciné 7 diffuse un mensuel dédié à l’actualité et l’Histoire du cinéma dans les UFR de Paris 7.

 

Et comme quelques exemples valent souvent mieux qu’un long discours, la jeune femme s’est livrée à l’exercice de l’anti portrait chinois. Son objectif ? Présenter Ciné 7, ses projets et sa philosophie en revisitant quelques mythes cinématographiques. Moteur !

 

Sarah, si votre asso était …

 

Un genre cinématographique ?

 

Les films d’aventure ! C’est un petit résumé du monde associatif étudiant ! Nous n’avons pas peur de tenter des choses, quitte à traverser de nombreuses peripéties. Comme le dit l’adage, ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort. Tout ce qui se passe et qui est développé au sein de l’asso est considéré comme une expérience à vivre.

 

Un personnage de film ?

 

Ce serait un mélange des rôles de James Stewart. Un personnage de Capra qui s’engage toujours pour les autres mais qui ne renie pas ses craintes et ses préoccupations. C’est un personnage mêlant un véritable engagement et un questionnement perpétuel sur le monde qui l’entoure.

 

Une réplique de film ?

 

Réplique type d’Au temps en emporte le vent « Demain est un autre jour ». Symbole d’espoir et d’esprit d’entreprise.

 

Une scène de film ?

 

Dès que je pense à une scène, je vois Tarantino ! L’ouverture de Reservoir Dogs au café. C’est une réunion dont les dialogues apparemment insensés offrent beaucoup d’informations sur les personnages voire l’ambiance générale. Cela me fait penser à nos réunions où ils nous arrive de nous égarer mais ce n’est que pour mieux construire ce qui va suivre, nos projets, nos décisions sur l’organisation des pôles…

 

Un réalisateur ?

 

J’aurais tendance à dire Robert Aldrich. Il n’a pas eu peur de tenter plein de choses, de gérer plusieurs genres cinématographiques en même temps. C’est un esprit d’innovation et de remise en cause.

 

Un accessoire ?

 

Une bobine ! C’est à la fois une succession d’événements et un grand tout.

 

Un effet spécial ?

 

Une incrustation d’images de synthèse. La possibilité de créer à partir de zéro et d’ouvrir le champ des possibles. Cette idée d’avancer et de s’habituer à un nouvel environnement. Se dire que tout est possible et que l’on peut toujours améliorer les choses.

 

 

 

 

Ne manquez pas le prochain numéro du magazine de Ciné 7. Il sera consacré à New York. Ville de cinéma hantée par les gangsters, sauvée à maintes reprises par les Avengers et amoureusement contée par le grand Woody. A surveiller dans tous les UFR de Paris 7 :)

 

Et si, comme Sarah et ses amis, vous êtes passionnés de cinéma, allez faire un tour sur le site de l’association.

 

10 points à celui ou celle qui donnera le nom du réalisateur du film évoqué dans le titre ! Et on ne triche pas en allant voir sur Allo Ciné ! :)

 

Crédits photo : L’équipe en plein tournage. Chuuut ! @Ciné 7

Soyons sociaux
Réagir c'est agir