Beaucoup d’associations étudiantes mènent des projets visant à accompagner l’insertion professionnelle des étudiants, notamment les associations de filières ou les associations d’anciens. La plupart ont notamment pour mission de développer un réseau d’anciens et surtout de sensibiliser à cette notion auprès des étudiants.

Mais comment animer ce réseau ? Quelle démarche utiliser ? Quels outils développer ? Toute une liste de questions qui ont trouvé réponses au cours de cet atelier.

Structures intervenantes : Université de Cergy-Pontoise, CDCI (Centre de Droit du Commerce International), association des Anciens de l’IAE de Nancy, association TREMPLIN UTC

Les intervenants, grâce à leurs expériences, ont pu éclairer les associations plus « novices » dans les axes à privilégier et les écueils à éviter. Quelques conseils d’experts avisés :

Sensibiliser les étudiants à la notion de réseau

Si la notion de réseau est très développée dans les pays anglo-saxons, on a beaucoup plus de mal à en voir les intérêts en France, qui plus est lorsqu’on est étudiant. Même si on constate que le « réseau » est de plus en plus présent dans les esprits, il n’en reste pas moins que la sensibilisation semble encore indispensable.

Cette sensibilisation doit être faite tout au long du cursus universitaire :
– au début de la formation d’une part (ex : intervention dans les cours pour présenter l’association, ses services et son utilité), où les étudiants, mieux préparés, seront plus enclins à devenir des anciens « modèles », c’est-à-dire impliqués dans l’association ;
– après la formation d’autre part, par exemple en créant des habitudes d’utilisation sur le site internet de l’association (inscription aux séminaires, bilan de compétences, etc.)

Penser au devenir de l’association

Tous les intervenants ont souligné la nécessité d’inscrire votre association dans le temps. Malgré les difficultés de passation que connaît toute association étudiante, un réseau d’anciens ne pourra être efficace s’il n’y a pas de suivi et de propositions pérennes. Une solution pour remédier à ce problème : intégrer des anciens dans le bureau.

Mutualiser vos outils

Selon Colette Gluck, enseignante et chargée de mission « insertion professionnelle » à l’Université de Cergy, il n’est pas forcément pertinent de créer un outil propre à un master, tant en termes financiers qu’en termes humains. Il est davantage recommandé d’essayer de constituer une association regroupant toutes les filières de niveau master, licence ou encore UFR afin d’offrir davantage de visibilité aux employeurs.

Développer des relations avec la formation/l’université (mais veiller à garder une autonomie financière !)

Bien que tous les intervenants s’accordent à dire qu’un rapprochement avec les directions pédagogiques et administratives apparaît essentiel pour légitimer votre association et être efficace, il faut néanmoins être vigilant sur les relations que vous entretiendrez avec l’université. Plus une association aura d’autonomie, plus elle aura de liberté d’action.

Retrouvez les présentations Powerpoint des intervenants :

  • Intervention de Colette GLUCK, enseignante et chargée de mission « insertion professionnelle » à l’Université de Cergy-Pontoise, où vous retrouverez de précieux conseils sur la mise en place de votre site internet et sur la démarche globale à envisager
  • Intervention de Fabienne LABONNE et Christine RUIZ, représentante de l’association AIAE (Anciens de l’Institut d’Administration des Entreprises) de l’Université de Nancy2, qui met en évidence les bonnes questions à se poser avant de démarrer une association d’anciens
  • Intervention de Yann AKOUM, représentant de l’association TREMPLIN UTC (Université Technologique de Compiègne), qui appuie sur l’importance du réseau et sur les arguments à apporter aux étudiants pour les sensibiliser à cette notion

 

 

Soyons sociaux
Réagir c'est agir