Il y a quelques années, lorsqu’elle entend parler de Contact, Paola cherche le local de l’asso … qu’elle finit par trouver au fin fond d’un couloir du sous-sol de l’Université, dans une pièce aux fenêtres murées, traversée par de nombreux câbles, tuyaux et tubes. Devenue présidente, Paola nous explique ce que cette association montpelliéraine de 3.000 doctorants (qui a depuis trouvé un nouveau local !) mène comme actions pour mieux faire (re)connaître le statut de doctorant et faciliter l’insertion professionnelle de ces « étudiants chercheurs ».
Association d’envergure de Montpellier, Contact est un réseau d’échange entre doctorants et jeunes docteurs, à l’image des réseaux d’anciens. Elle est, en France, l’une des rares associations « de terrain » à mener ce type d’actions. Sa particularité : avoir permis, depuis sa création en 1992, qu’une seule association regroupe les doctorants des trois Universités et des trois Grandes Ecoles de l’Académie montpelliéraine, travaillant ainsi au décloisonnement entre les établissements et à une meilleure connaissance entre les différents domaines de recherche. Si l’insertion professionnelle était à la base de sa création, l’asso a rapidement élargi son champ d’action.  



Le doctorant, un jeune chercheur en pré-insertion professionnelle
Etudiant menant un travail de recherche au sein d’un laboratoire, le doctorant prépare une thèse. Comme pour trouver l’ancien local de l’asso, s’y retrouver dans les méandres du doctorat est loin d’être aisé… : c’est pourquoi Contact mène un important travail d’information.
En informant les doctorants sur leurs droits et obligations, sur les structures qui ont en charge leur formation doctorale, sur les possibilités de formations complémentaires qui leurs sont offertes et qu’ils ignorent trop souvent, sur la valorisation de leur travail de recherche… l’association permet aux étudiants de mieux prendre en charge l’élaboration de leur projet professionnel. Le « Guide du doctorant » est mis à jour chaque année et distribué gratuitement à tous les doctorants.
Ce guide, accessible gratuitement sur le site de Contact, est aussi destiné aux étudiants de Master qui, dans la plupart des cas, ne savent pas grand-chose de la thèse : toute la première partie de ce guide, qui fourmille d’infos, est dédiée à « l’avant-thèse » ! Poursuivant le même objectif (celui de l’information des futurs doctorants sur le déroulement de la thèse), un nouveau projet est en cours de développement au sein de l’asso : le « retour sur expérience », visant à ce que de jeunes docteurs expliquent la manière dont s’est déroulée leur thèse, que ce soit en termes d’encadrement pédagogique, de méthodologie de travail, ou…d’insertion pro ! La « sensibilisation par les pairs » est au cœur de ce programme.

Valoriser les compétences acquises par la recherche auprès des entreprises
La thèse n’est pas qu’un simple travail de recherche : les doctorants ne sont pas uniquement focalisés sur leur sujet de thèse. S’il apprend à réfléchir, à ordonner, à synthétiser, c’est justement pour mettre à profit cet esprit d’analyse dans toutes les situations de sa vie, notamment professionnelle et intellectuelle. La thèse, c’est aussi l’écoute et le travail en équipe : de moins en moins, le chercheur est ce vieil associable enfermé seul dans sa tour d’ivoire pour méditer son sujet de recherche ! Cette capacité à travailler en équipe est une compétence fondamentale pour l’insertion pro, que les doctorants négligent encore trop souvent !
Dans cette perspective, Contact est partie prenante de l’organisation des « Doctoriales du Languedoc-Roussillon », avec la Maison des Etudes Doctorales. Chaque année depuis dix ans, jusqu’à 80 doctorants, venus de toutes les disciplines, se regroupent une semaine durant autour d’un programme dédié à l’insertion professionnelle et aux projets innovants. Au menu : découverte de l’entreprise sur 2 jours (visites d’entreprises, ateliers métiers…), rédaction de CV et simulation d’entretiens avec des recruteurs… Des groupes de travail sont ensuite constitués pour réfléchir à la création et à la mise en œuvre d’un projet entrepreunarial innovant : du brainstorming aux questions de financement, en passant par divers modules de formation, toutes les étapes s’enchainent, jusqu’à la présentation des projets auprès d’un jury composé de banquiers, de spécialistes de l’innovation, d’enseignants, d’entrepreneurs…Ce jury délibère et récompense le projet le plus solide, le plus réaliste et le plus…innovant ! Une vraie semaine de mise en situation, pour réfléchir à d’autres débouchés qu’un poste d’enseignant chercheur à l’Université !

Un contact, des contacts : de l’importance de la rencontre
Paola est très claire sur le sujet : « le doctorant est souvent considéré comme un simple étudiant alors qu’il réalise un véritable travail en termes de recherche : il est donc un véritable acteur de la recherche et donc un professionnel acquérant de l’expérience ». Contact a donc développé plusieurs espaces de rencontres entre les doctorants, les docteurs et les recruteurs.
La rencontre physique passe, entre autres initiatives, par le forum emploi. Annuel, il permet aux doctorants de se confronter au marché de l’emploi et d’obtenir des témoignages de docteurs qui ont réussi leur insertion professionnelle. L’objectif de ce forum est double : sensibiliser les docteurs au monde de l’entreprise, à la création d’entreprises et aux débouchés professionnels post-thèses, tant dans le public que dans le privé; sensibiliser les entreprises aux compétences des jeunes chercheurs, en instaurant le dialogue. En parallèle du village des stands, sont proposé des simulations d’entretien, une aide à la création d’entreprise et des tables rondes relatives à la recherche traitant de sujets communs à toutes les disciplines.
L’Annuaire des Doctorants des Universités de Montpellier (Adum) permet également une rencontre dématérialisée et trans-générationnelle, constituant un véritable réseau interdisciplinaire de solidarité entre les anciens, les nouveaux, et les futurs docteurs. Cet annuaire donne accès à de nombreuses informations durant la thèse, et offre aux entreprises ou aux cabinets de recrutement un vivier de plusieurs milliers de collaborateurs potentiels.

Le doctorant est aussi…étudiant !
Etudiants « à part », apprentis chercheurs ayant un contrat avec l’Université, les doctorants sont peu investis dans les syndicats étudiants traditionnels, même s’ils prennent une part active à a vie de l’Université. Les associations de doctorants sont souvent l’interlocuteur privilégié des doctorants auprès des administrations : c’est pourquoi elles siègent régulièrement dans les conseils centraux des universités. Adhérente à la  Confédération des Jeunes Chercheurs (CJC), l’association Contact agit aussi pour la défense de la condition du jeune chercheur : les principales problématiques auxquelles font face les jeunes chercheurs sont la précarité et la méconnaissance de leur statut au sein des établissements.
Nous l’avons dit, les jeunes chercheurs sont des êtres sociables…et apprécient de se rencontrer dans des cadres moins pros, voire plus « informels »… La « cellule fiesta » est un pôle apprécié (à sa juste valeur !) au sein de l’asso : elle propose régulièrement des événements festifs pour rencontrer des collègues d’autres disciplines et apprendre à se connaître autrement, dans une ambiance détendue et conviviale, par des sorties bars, ciné, rencontres sportives et bien d’autres choses encore ! le site de l’asso précise que « depuis quelques mois, une bande d’irréductibles doctorants sème le trouble dans le centre de Montpellier : ce groupe de mercenaires, jamais seul, sillonne les rues en soirée et va à la découvertes des bars.»

 

Vous en savez plus sur cette association d’étudiants un peu particuliers, qui structure la vie doctorale languedocienne. Pour découvrir tous leurs projets, une seule direction : leur site internet…ou les bars du centre-ville montpelliérain !

Soyons sociaux
Réagir c'est agir