Tous trois jeunes actifs, Morgan Dierstein, Guillaume Truttman et Florian Duchene, lançaient en janvier dernier un site d’un genre nouveau. « Louer un étudiant » permet une collaboration ponctuelle entre étudiants et entreprises. La Confédération Nationale des Junior Entreprises porte, quant à elle, une conception plus pédagogique de l’insertion professionnelle . Interviews …

 

Comment pourriez-vous définir le concept de « Louer un étudiant » ?

 

M.D. : « Louer un étudiant » est une plateforme de collaboration entre entreprises et étudiants. Elle permet aux sociétés de poster et de proposer des missions ponctuelles à des étudiants . Ces derniers sont, dès lors, libres de candidater. Le concept est assez éloigné de celui des Junior Entreprises, par exemple, dans la mesure où le site se focalise essentiellement sur des tâches simples telles que la création d’un logo ou d’un site, une petite étude de marché… Une Junior Entreprise encadrera et portera des projets de plus grande envergure avec l’aide de plusieurs étudiants. « Louer un étudiant » reste dans un rapport individuel. La relation contractuelle n’intervient qu’entre les étudiants bénéficiant du statut d’auto entrepreneur et la société cliente.

 

Dans quelle mesure une telle expérience peut-elle bénéficier aux étudiants dans le cadre d’une recherche d’emploi ?

 

M.D. : Ce qui est génial, outre le fait qu’il peut substituer ces missions à de petits jobs, c’est le fait d’acquérir énormément d’expériences auprès de multiples interlocuteurs. C’est un élément que l’étudiant pourra, par la suite, vendre à des employeurs lors d’un entretien. Démontrer la cohérence d’un CV par la présentation de missions effectuées auprès de plusieurs entreprises, c’est s’assurer d’une position de force par rapport à des candidats dotés d’un parcours plus limité.

 

Quelles précautions sont prises face aux risques d’infiltration et de manipulation du réseau ?

 

M.D. : Le site est régulièrement contrôlé par ses administrateurs. Par ailleurs, les profils des entreprises souhaitant s’inscrire doivent impérativement être examinés et validés avant tout contact avec les étudiants. Le tout dépendant du dépôt d’une mission sur la base de données.

 

« Louer un étudiant » s’appuie aujourd’hui sur une offre principalement axée sur le marketing, le soutien informatique ainsi que la communication. Mais pourrait-il s’ouvrir à de nouvelles thématiques dans le futur ?

 

M.D. : Nous sommes flexibles quant aux thématiques abordées dans les offres. Si les sollicitations se font plus précises, nous pourrions en réévaluer ce panel. Mais nous restons et resterons focalisés sur le principe du télétravail. Cela permet aux étudiants d’effectuer une prestation à distance et c’est un objectif prioritaire pour nous. Plus largement, notre but actuel est vraiment d’étoffer l’éventail des profils étudiants, des compétences et des thématiques proposés aux entreprises inscrites.

 

« Louer un étudiant » peut-il solliciter et cibler des profils d’étudiants jugés intéressants pour le développement de la plateforme ? Des têtes d’affiches ?

 

M.D. : Ce qui nous importe, c’est de traiter avec des étudiants sérieux. Partant du postulat qu’une démarche telle que la création d’une auto entreprise relevait d’un raisonnement plus sophistiqué qu’une inscription sur facebook, nous avons élaboré un système permettant une sélection spontanée. Chaque étudiant est noté par l’entreprise sur la qualité de sa prestation. Cette procédure permet une évaluation différence du simple tri par école ou par profil socio-professionnel.

 

Quelques mots à propos de l’incubateur de l’université Paris-Dauphine ?

 

M.D. : L’incubateur est soutenu par la Fondation Dauphine. Celle-ci est en plein développement grâce au président de l’université. L’incubateur intervient surtout dans le processus actuel de levée de fonds ainsi qu’au travers d’un soutien logistique. Il nous fait également profiter d’un réseau médiatique, juridique, institutionnel.

 

Alors que le site a ouvert ses portes il y a quelques semaines, quel regard portent les annonceurs et les médias sur ce projet ?

 

M.D. : TechCrunch, l’un des blogs les plus influents dans le domaine des nouvelles technologies, vient de primer « Louer un étudiant ». Nous sommes également sollicités par des médias classiques tels que France Info ou France 2, par l’intermédiaire de son émission Télématin. Nous sommes également passés dans la newsletter de Stratégie. Les choses se mettent doucement en place.

 

Pour plus d’informations, consultez le site officiel « Louer un étudiant« 

Soyons sociaux
Réagir c'est agir