Magazine Internet, collectif de photographes : Fragil s’est imposé comme une référence parmi les médias indépendants nantais. Avide de transmettre son expérience, l’association voudrait aujourd’hui développer une mission inscrite dans ses fondements : l’éducation aux médias. Aujourd’hui, elle propose même à ses lecteurs un voyage dans l’image…

Pas besoin d’avoir un CV béton et de justifier de trois ans d’expériences pour voir son nom inscrit dans les colonnes de son magazine. Pas besoin, non plus, d’être reconnu par la profession ou diplômé des Beaux-Arts pour être admis dans son collectif de photographes. Jeune média associatif et culturel de la région nantaise, Fragil revendique son ouverture aux amateurs. « Les membres de l’association ont appris le métier sur le tas. Alors quand des jeunes manifestent l’envie de participer, nous les accueillons et nous les formons. C’est une manière de faire circuler le savoir » explique Pascal Couffin, président de l’association.

Transmettre les connaissances, apprendre à comprendre les canaux d’information qui envahissent notre société et à produire ses propres médias… « L’éducation aux médias est au cœur des objectifs de Fragil depuis sa création, en 2002. Nos réalisations sont le fruit d’un travail collectif et ce qui nous a permis d’en arriver là, nous souhaitons le communiquer au plus grand nombre. » Première mission, donc : enseigner les ficelles du métier aux apprentis journalistes. Depuis quelques mois, l’association anime également une émission sur la télé régionale. « Un peu comme Dare-Dare sur France 2, qui raconte l’histoire d’une peinture, nous tentons de décrypter les coulisses des photographies. Les artistes viennent en direct commenter leurs œuvres et, avec eux, nous tentons de comprendre ce qui se cache derrière l’image. »

Intervenir dans les établissements scolaires

Une démarche que l’association souhaiterait transmettre aux collégiens et lycéens, fortement touchés par les médias mais pas toujours armés pour les comprendre. « On leur apprend à lire des caractères, mais rarement des images. C’est pourtant la première chose qu’ils voient, bien avant d’ouvrir un livre » explique Pascal Couffin. Grâce à des modules éducatifs, développés et expérimentés par le journal Terra Economica dans les établissements scolaires nantais, Fragil se propose donc d’intervenir dans les classes pour apprendre aux jeunes élèves les rudiments du journalisme. À travers cette initiation pratique, ils espèrent susciter un regard critique de leur public. « Notre but n’est pas de dire que tel journal est mieux que tel autre, mais de leur montrer que l’information produite répond à une ligne éditoriale, s’adresse à un certain public. En bref, que tout ce qui est dit, écrit, montré n’est pas à prendre au premier degré. »

Un ambitieux projet qui reste pour l’instant dans les cartons. Car si l’association est déjà intervenue ponctuellement dans les écoles, elle peine à imposer sa contribution sur le long terme et à obtenir les financements nécessaires. « La volonté politique n’est pas toujours au rendez-vous. L’éducation aux médias est un sujet dans l’air du temps, et les collectivités locales sont les premières à déclarer qu’elles vont mettre le paquet dessus. Mais dans la pratique, il n’y a pas grand chose de fait. » Le projet de Fragil pour l’année 2008 ? Obtenir l’autorisation d’intervenir tout au long de l’année dans les établissements afin de pouvoir adapter ses interventions au contenu des programmes. Faire que les élèves puissent acquérir ce fameux « Socle commun de compétences et de connaissances » inscrit par décret dans les missions de l’Éducation nationale depuis 2006. Il dispose que « les élèves devront être capables de jugement et d’esprit critique, ce qui suppose : (…) être éduqués aux médias et avoir conscience de leur place et de leur influence dans la société. »

 
Une plongée dans la photographie

Si les réalisations de Fragil sont le fruit d’un travail collectif et du partage de savoirs, l’association n’a de cesse de penser son projet associatif dans une démarche éducative. C’est donc à un Voyage dans l’image auquel l’association nous invite. Depuis janvier jusqu’à fin juin, sur la chaîne Télénantes ou sur le canal 208 de la Freebox, Fragil nous accompagne une fois par semaine, dans ce plongeon au coeur de 24 photographies. 24 photographes et autant de regards différents sur le monde. Une seule image par photographe donc, dans laquelle la caméra se promène pendant une minute trente, à la découverte de détails, de situations ou d’ambiances en arrière plan…

Pour une petite immersion gratuite, rendez-vous sur le site de Voyage dans l’image !

Soyons sociaux
Réagir c'est agir