Association étudiante de Bordeaux créée en 2008, Ekologeek sensibilise le grand public au travers d’actions de terrain… mais pas que ! L’équipe de Julien Robert, coordinateur et animateur de la structure, s’emploie à faire vivre son engagement sur le web. Interview…

 

Quelques mots sur le concept de l’asso ?

 

Nous entendons sensibiliser un public jeune aux gestes responsables et éco-citoyens à la fois sur le terrain et sur le web. Dans chacune de ces sphères, nous n’avons pas les mêmes publics. Nous adaptons donc nos projets et notre communication selon les spécificités de chacun. Nous sommes présents sur le web depuis 2007 et l’association s’est constituée par la suite.

 

Pourriez-vous en dire plus sur les projets numériques ?

 

Sur le web, nous publions les actes Ekologeek. Une série de 120 articles et tutoriels qui permettent au public de s’approprier les gestes et les réflexes responsables. Ce qui nous intéresse le plus est de sensibiliser les gens qui ont d’ores et déjà compris l’importance de l’éco-responsabilité mais qui n’ont pas toutes les clefs pour s’engager réellement et ne souhaitent pas révolutionner leur mode de vie à court terme. Nous développons également des fiches synthétiques dans lesquelles les lecteurs peuvent trouver des renseignements sur des logos portés sur des produits éco-responsables. Sans oublier les goodies comme les fonds d’écran qui rappellent au quotidien les gestes durables.

 

Nous sommes également très actifs sur Facebook. La plateforme nous permet de renforcer notre communication et d’approfondir les aspects éditoriaux. Si en 2007 la base était le blog, aujourd’hui, Facebook a clairement pris le dessus. Notre public représentant la tranche des 20-30 ans, il correspond également à celui du réseau social.

 

Dans quelle mesure est-il important de travailler sur le web pour bien sensibiliser ?

 

Le numérique est-il nécessaire ? Pour nous le web est avant tout un espace de sensibilisation concret et pas un outil de communication pure. Mais ça ne veut pas dire que nous ne communiquons pas avec. Nous y diffusons des outils développés pour ce support. Et ça marche bien. Mais si je prends l’exemple d’une asso avec qui nous travaillons, elle est composée d’une équipe dirigeante de quinquagénaires pour qui le web n’est pas du tout un développement naturel dans leur démarche. Ils sont davantage axés sur le terrain. Mais en tout état de cause, le net me semble indispensable pour des assos de jeunes. Au moins pour communiquer avec d’autres structures ou le grand public. Ne pas le faire, c’est risquer de passer à côté d’une force énorme. Et ce n’est pas une question de nature d’engagement.

 

En refonte actuellement, le site d’Ekologeek reviendra dans quelques mois dans une toute nouvelle version. Mais en attendant, n’hésitez pas à parcourir ses articles et vous approprier ses outils.

 

Crédits illustration : Ekologeek vous présente Ekolo Guy. Un héros des temps modernes qui vous explique les gestes qui sauvent… l’environnement @Ekologeek

Soyons sociaux
Réagir c'est agir