ANIMATRICE : Laetitia Hamot, vice-présidente d’Animafac

 

INTERVENANTS :

– Guillaume Pennequin et Macha Obradovic, Prévention Routière

« La Prévention Routière a pour but d’étudier et de mettre en œuvre toutes les mesures et d’encourager toutes les initiatives propres à réduire la fréquence et la gravité des accidents de la circulation routière. » Article 1 des statuts de l’association (mai 1949)

 

Créée en 1949, la Prévention Routière est une association privée, loi 1901, qui a été reconnue d’utilité publique en 1955. Avec ses 160 000 adhérents et donateurs, elle est aujourd’hui l’une des principales associations loi 1901 de France.

 

Elle est constituée d’un centre national siégeant à Paris et de 101 comités départementaux. Ses missions principales sont orientées vers :

L’éducation routière : animation par les forces de l’ordre, kits pédagogiques pour les enseignants

La sensibilisation au grand public, comme la campagne du conducteur désigné « Sam, celui qui conduit, c’est celui qui ne boit pas ».

Les études qui permettent de renouveler les thèmes des campagnes de communication et de définir de nouvelles opérations sur le terrain.

Les formations : stage de remise à niveau, etc.

 

Avec ses 160 000 adhérents, l’association est véritablement force de proposition.

Elle compte également plus de 2 500 permanents salariés (principalement des « seniors »), et 500 collaborateurs ponctuels ; actifs lors d’activités telles que sur les actions « capitaine de soirée ». Leur recrutement se fait essentiellement au sein du monde étudiant où le cursus santé est le plus sensible.

Les adhérents quant à eux, sont en grande partie issus d’institutions telles que les collectivités locales ou les compagnies d’assurance comme la FFSA (Fondation française des sociétés d’assurances)….

 

La formation des étudiants :

Elle est assurée par les comités départementaux. Ils mettent à disposition des étudiants des Kits permettant la mise en place d’espaces de sensibilisation. En contrepartie, les associations et les BDE deviennent « délégués » de Prévention Routière.

 

« Capitaine de soirée » :

C’est une campagne de prévention menée depuis 10 ans. Elle est mise en place à la sortie des discothèques et des soirées étudiantes qui sont souvent copieusement arrosées. Le kit du Capt’tain de soirée, fourni gratuitement, contient le matériel nécessaire à la mise en place de cette opération : éthylotests, bracelets, affiches, sous-bocks, T-shirts, badges. En contrepartie, l’association s’engage à respecter un certain nombre de conditions.

 

Pour fidéliser les jeunes clients capitaine de soirée, il faut également pouvoir les faire bénéficier de prochaines entrées gratuites, de lots, ou bien de boissons non alcoolisées.

 

La prévention lors de ces soirées s’avère parfois délicate : capitaine de soirée ne tenant pas ses engagements et refusant de laisser le volant, personne ne voulant pas laisser ses clefs… Dans ces situations, la rétention du permis ou des clefs reste toujours illégale. Mais, paradoxalement, cela est aussi de la non-assistance à personne en danger…

 

Autre couac : beaucoup d’associations étudiantes craignent de perdre leur identité en portant une action ou une campagne nationale. Des Kits plus « customisés » mettent cependant en péril le sponsoring. Il serait donc judicieux de produire ces supports en collaboration avec les associations, lors de l’élaboration et de la mise en place de ce type de campagne.

 

Ces actions soulignent le fait qu’une bonne partie des jeunes boit avant de sortir, pour des raisons économiques en grande partie. Il est donc important d’élargir les champs de sensibilisation au niveau des bars ou d’autres milieux festifs, où débutent généralement les festivités. Mais Il ne faut pas non plus minimiser le rôle primordial des relations interpersonnelles qui permettent de mettre le doigt sur des problèmes de fond provoquant cette consommation exagérée d’alcool.

 

Nouvelle campagne en préparation :

 

Campagne sensible « cannabis, alcool » :

La consommation simultanée de drogue et d’alcool, voire l’association de plusieurs drogues renforce les effets de chacun de ces produits. Par exemple, le mélange alcool/cannabis multiplie par 14 le risque d’accident mortel.

 

Pour en savoir plus :

www.preventionroutiere.asso.fr/miss…

www.rentrerenvie.fr

Soyons sociaux
Réagir c'est agir