15 juillet 2004, le CLOEG Jeunes Chercheurs a remis sa contribution au Comité d’Initiative et de Proposition des Etats Généraux de la recherche et de l’enseignement supérieur. Le texte complet est disponible en ligne (format PDF, 83 pages).

L’élaboration de propositions à travers les débats au sein du CLOEG a été conduite en se plaçant résolument dans une perspective de « développement durable » de l’enseignement supérieur et de la recherche, c’est-à-dire que les changements à apporter (éventuellement) doivent garantir la capacité du système académique français à assurer ses missions, non seulement dans l’immédiat mais aussi sur le moyen et le long terme. Partant de là, il est clair qu’un certain nombre de débats « brûlants » et d’oppositions tranchées sur la recherche et l’enseignement supérieur pourraient être dépassés en changeant de perspectives et en se concentrant sur des grands principes directeurs, plutôt que sur les outils permettant leur mise en oeuvre. Les grands principes retenus par le CLOEG sont les suivants :
– penser l’ensemble du système académique,
– diversifier sans vitrifier,
– passer d’une culture de l’amateurisme et du bricolage à une culture du professionnalisme dans toutes les activités,
– préserver l’attractivité du système de recherche.

La contribution du CLOEG Jeunes Chercheurs aborde ces principes et leur application essentiellement du point de vue humain, c’est-à-dire du point de vue du statut et de la vie des hommes et des femmes qui travaillent dans les métiers de la recherche et de l’enseignement supéerieur. De façon peu surprenante, dans les discussions du CLOEG, l’accent a souvent été mis sur le début de carrière et la situation des jeunes chercheurs. Toutefois, les propositions dépassent ce seul cadre et ont une portée plus large. Dans sa contribution, le CLOEG s’est plus particulièrement focalisé sur huit :

1. La thèse est une expérience professionnelle tout autant qu’un diplôme.
2. La mobilité : où, quand, comment, laquelle ?
3. Le recrutement des chercheurs et des enseignants-chercheurs : transformer le concours ritualisé en entretien d’embauche.
4. Des enseignants non-chercheurs à l’université ?
5. Il faut préserver plusieurs voies d’entrée aux carrières de chercheur ou d’enseignant-chercheur.
6. Les métiers de chercheur et d’enseignant-chercheur : une mosaïque de tâches qui peuvent changer au cours du temps.
7. Comment évaluer les missions et gérer les personnels.
8. Débouchés dans les milieux socio-économiques et administratifs.

Chacun de ces points est abordé en trois parties :
– constats et analyse,
– éléments de solution, propositions, en précisant le « pourquoi » des propositions (comment elles se rattachent aux principes directeurs énoncés), et leur contenu (en indiquant éventuellement des pistes pour leur mise en œuvre),
– questions ouvertes ou encore en débat, perspectives.

 

Soyons sociaux
Réagir c'est agir