Désinsulariser le handicap en mobilisant des représentants de toute la société civile : tel sera l’objectif des premiers Etats généraux du handicap, qui se tiendront le 20 mai à la Maison de l’Unesco à Paris.


Palais de l’Elysée, le 14 juillet 2002. Les traditionnels vœux du président. Comme il s’y était engagé tout au long de sa campagne, Jacques Chirac annonce que l’un des trois chantiers du quinquennat sera consacré à l’intégration des personnes en situation de handicap. « La nouvelle a aussitôt suscité un grand élan d’espoir de la part des personnes concernées, des associations qui les rassemblent et des professionnels qui les accompagnent », assure Claire Magimel, jeune spécialiste des questions de handicap. Un élan rapidement concrétisé par la renaissance du Secrétariat d’Etat dédié aux personnes handicapées, mis en sommeil depuis 1991 et à l’origine de la nouvelle loi sur le handicap du 11 février dernier. Ce texte vient mettre un terme à trente années de silence législatif sur la question, la dernière grande loi d’orientation sur le handicap remontant à… 1975 !

C’est pour faire le point sur ce nouveau texte et surtout envisager de nouvelles pistes d’action que le tout jeune Conseil national du handicap (CNH), créé en 2003, a impulsé l’idée d’une journée d’échanges et de sensibilisation autour de la place du handicap en France aujourd’hui.

Symbole de fraternité universelle, c’est la Maison de l’Unesco qui a eu les faveurs du CNH pour l’organisation de cette journée. Le Conseil précise qu’ « il ne s’agit en aucun cas d’un énième colloque rassemblant des spécialistes autour de généreuses dénonciations ». Les Etats généraux visent au contraire à « réunir, autour de la question du handicap, ceux qui le plus souvent s’en détournent : les acteurs du monde scolaire, du champ de l’entreprise, des collectivités territoriales, etc ».

Huit forums. Riches d’une liste d’intervenants aussi diverse que prestigieuse, ces premiers Etats généraux s’articuleront autour de huit forums. Vie autonome et citoyenne, vie affective, familiale et sexuelle, vie sportive et loisirs seront quelques-uns des thèmes débattus tout au long de la journée. Celle-ci s’achèvera par la rédaction solennelle d’une proposition d’engagement, base d’évaluation devant permettre à l’avenir de mieux appréhender l’état d’avancement des chantiers engagés autour de la difficile question du handicap.

En savoir plus :
01 55 55 06 55
www.etatsgenerauxhandicap.net

 

Soyons sociaux
Réagir c'est agir