Trop souvent, les étudiants étrangers sont menacés d’isolement, manquant d’interlocuteurs du quotidien. Certaines associations étudiantes agissent heureusement en leur direction, suivant des stratégies variées.

Les étudiants étrangers déjà installés s’investissent souvent solidairement envers leurs compatriotes ou, plus généralement, envers ceux qui sont comme eux en mobilité. Ils s’ouvrent parfois plus largement à l’ensemble de leur communauté expatriée. Attention pourtant au risque toujours possible du repli communautaire : utiles et rassurantes au départ, les retrouvailles entre étrangers du même pays peuvent parfois conduire à des groupes qui s’enferment dans leur identité « étrangère « , au risque d’affaiblir les interactions et les échanges possibles avec la société française.

Le  » piège «  Erasmus est du même ordre : des étudiants de tous pays se côtoient en France… sans rencontrer de Français !  » Ils restent entre eux « , commentent alors divers étudiants dépités. Dans cet univers associatif spécifique, on rencontre aussi des étudiants ayant profité d’un séjour d’études à l’étranger, qui savent à la fois les richesses et les affres de la mobilité universitaire. Il est curieusement plus rare que ceux qui aspirent au départ s’impliquent pareillement, malgré l’intérêt de cette  » préparation ».

Les étudiants étrangers sont évidemment accueillis par des animateurs des campus, qui font vivre leurs environnement au quotidien et favorisent la socialisation juvénile. L’acquisition sur le tas du  » métier d’étudiant  » passe par les événements culturels, sportifs ou festifs, mais aussi par la mise en réseau : petites annonces diffusées pour des jobs, logements, cours, voyages communs, etc. Les associations de filières peuvent à ce propos constituer des interlocuteurs utiles pour les étudiants les plus fraîchement arrivés, souvent en mal d’informations pratiques. Cet ensemble de curieux, de concernés et surtout de solidaires invente, perpétue, recrée au quotidien des pratiques visant à faciliter l’insertion des étudiants étrangers. Une insertion pouvant constituer un premier pas vers une possible intégration, bénéficiant au final à notre société dans son ensemble.

 

Soyons sociaux
Réagir c'est agir