Curieux, participatif et résolument différent, Europa aborde l’actualité européenne… toute l’actualité européenne. Mais un contexte économique défavorable et une baisse drastique des subventions force la rédaction nantaise à faire appel au soutien de ses lecteurs. Son objectif ? Réaliser le numéro 36 d’Europa. Emmanuel Lemoine, rédacteur en chef, nous en dit plus sur la situation que traverse son équipe.

 

Peux-tu nous expliquer le sens de l’appel lancé par Europa ?

 

L’appel à soutien que nous avons lancé concerne la réalisation du numéro 36 d’Europa. Nous sommes dans une situation assez exceptionnelle. Depuis quelques temps, nous devons faire face à une baisse importante des subventions publiques et de l’aide de nos annonceurs. En attendant l’été et le renouvellement des fonds, nous n’avons plus les moyens pour imprimer et faire face à nos frais de fonctionnement. D’où cette démarche.

 

 

 

Comment le public a-t-il réagi ?

 

Sur la plateforme Ulule, nous avons reçu des messages de soutien émanant d’abonnés et d’habitués d’Europa. Des gens déjà investis dans le projet qui tenaient à renouveler leur appui. Au delà de ce premier cercle, des associations et des citoyens se sont manifestés. Mais nous avons également essuyé des critiques par rapport à notre modèle économique et le fait que nous investissions dans un support « désuet » comme le papier plutôt que sur le net.

 

Et le web, justement, vous y pensez ?

 

Le coeur du projet d’Europa est basé sur le journalisme papier. Nous estimons que ce support nous permet d’apporter une profondeur, une analyse et une richesse à l’information alors que la même démarche sur le web me paraît compliquée. Les formats de dossiers et de reportages que nous traitons ne peuvent pas être adaptés sur la toile. En tout cas pas à l’écrit. Nous voyons Internet comme un complément au papier. Rien de plus.

 

Penses-tu que le crowdfunding puisse constituer une alternative crédible aux financements classiques ?

 

Malheureusement non. C’est une pratique très intéressante et beaucoup de projets comparables au nôtre se lancent dans cette aventure. Le contexte économique actuel, la baisse des subventions et les problèmes rencontrés par les annonceurs les incitent d’ailleurs à le faire. Mais Europa sollicite déjà ses lecteurs avec un systême d’abonnements. Nous n’allons pas leur demander de l’argent par ailleurs. Cet appel est vraiment lancé pour le numéro 36. Sans cela, nous aurions dû annuler sa production. Tout simplement.

 

Quelques mots sur le concept d’Europa ?

 

Par son travail, Europa tente d’apporter une vision de l’Europe différente de celle que l’on a l’habitude d’avoir. Une Europe moins technocratique et institutionnelle. Nous voulons montrer ce que font les sociétés de chaque pays. Nous nous basons également sur le journalisme participatif car nous considérons qu’en s’en donnant les moyens, tous les citoyens peuvent devenir journalistes. Nous avons d’ailleurs près de 150 correspondants partout en Europe qui nous envoient des articles, des illustrations, des reportages photos. Le tout prend la forme d’un trimestriel distribué gratuitement dans le grand ouest.

 

Un message à adresser au public ou aux financeurs ?

 

C’est un peu dommage de devoir lancer un appel à soutien. La démarche théorique du soutien des pouvoirs publics envers les projets d’intérêt général n’étant pas totalement respectée, nous en sommes réduits à chercher une aide ailleurs. Notre campagne et notre requête doivent également permettre d’interroger les collectivités ainsi que nos différents partenaires sur leur rôle en tant que soutiens pour Europa.

 

 

 

Bien qu’un premier cap de 2500 euros soit franchi, la mobilisation ne s’arrête pas. La rédaction a besoin de 4500 euros pour financer l’intégralité de son 36ème numéro. Vous pouvez encore apporter votre soutien au projet en vous connectant sur la plateforme Ulule et pour en savoir plus sur le crowdfunding, consultez le dossier thématique qu’Animafac a consacré à ce mode de financement alternatif.

 

Aperçu des derniers articles parus dans le numéro 35 d’Europa

Soyons sociaux
Réagir c'est agir