Intervenants :

Nicolas Loubet, co-directeur d’Umaps Communication

Livio Sasco, porte parole et fondateur de l’association Paris Montagne

Olivier BOREL, moules frites

Maxime AICARDI, relais thématique Animafac

Animatrice : Marine Guérin, relais thématique Animafac (Lutte contre les discriminations).

 

Intro : Après avoir défini ensemble les termes « discrimination », « lutte contre les discriminations »…Passons à l’action et donc aux outils. Nous vous proposons de découvrir trois outils utilisés par des associations du réseau : la pétition portée par une association afin de sensibiliser le public à ses projets ; un jeu pédagogique «  le parcours de vie » et la clef USB « discrimi-non » pour sensibiliser le public aux diverses formes de discriminations.

 

Tour de table

 

1er Partie : La pétition – Avec Livio Sasco, Paris Montagne.


Paris Montagne est une association de lutte contre les discriminations, le but est d’ouvrir le monde de la recherche scientifique aux jeunes issus de milieux « sensibles », par des actions concrètes. Comme un festival de sciences qui a lieu chaque année, un soutien scolaire individuel tout au long de l’année, des conférences, des débats, des visites d’expositions… Par ce biais, l’association a pour vocation de faire découvrir et d’offrir les mêmes chances de réussite dans le milieu scientifique.

 

Paris Montagne a, depuis peu, mis en place une nouvelle campagne de lutte contre les discriminations, celle-ci concerne l’accès des filles aux internats des classes préparatoires et grandes écoles. Il s’avère que bon nombre d’internats ne disposent pas ou peu de places pour les filles. Celles-ci se retrouvent donc défavorisées par rapport aux garçons. L’association a donc fait appel à la HALDE et déposée plainte pour discrimination. Pourquoi ?

 

Cette discrimination a des conséquences sur la réussite et l’accès aux études, les filles doivent passer plus de temps dans les transports en communs, disposent donc de moins de temps pour travailler. De plus, il est formellement interdit pour une institution publique de faire de la discrimination. Le fait de ne rien changer au sein de ces établissements, ne fait que maintenir et renforcer cette différence entre filles et garçons.

 

C’est une des filles de l’association, qui a été confrontée au problème. Une véritable dynamique de groupe s’est installée entre les lycéens, afin de le résoudre. Pour cela, l’association a développé toute une série d’outils et d’événements pour faire grossir leurs rangs. Vidéo sur Youtube, site internet avec pétition, happening, médiatisation dans la presse papier (le Monde, libération..), rencontre et réflexions avec les politiques chargés de l’éducation.

 

-Nicolas Loubet, Umaps Communication.

 

Nicolas ne fait pas parti de l’association, mais celle-ci a fait appel à ses services pour développer sa campagne de lutte contre les discriminations (des internats pour les filles). D’ailleurs, un mini film a été créé pour parler des discriminations faite aux femmes. La réaction de beaucoup de femmes a été de dire qu’elles avaient elles mêmes été victimes de discriminations, mais sous des formes tellement ancrées dans nos mœurs qu’elles ne s’en rendent même plus compte.

 

Afin de faire passer l’information à un maximum de monde, l’association a choisi de s’attaquer au net via un blog (contenu + pétition en ligne). Pour ça, il nous faut un message (contenu), un graphisme (contenant) et la diffusion. Comment utiliser ces supports de diffusion ? En devenant son propre média.

 

Article Presse Billets blogs

Liste de diffusion

Billets Blogs

 

Bookmaking Blog Networking

                        Networking

(Lien sur le web, (skyblog, Networking)

BLOG Vidéo virales

Comment les référencer ?)

Evénement IRL Nouvelle liste de diffusion

 

 

 

 

Attention, il faut bien prendre en compte de ce qui se passe dans le monde réel et sur le web. Il ne s’agit pas de monter un mode parallèle et dénué de réalité. Afin de créer une communauté, il faut de la visibilité, une identité, un réseau et une influence. C’est en acquérant cette influence que les médias vont s’intéresser à l’association et donc à ses projets.

 

Paris Montagne s’attaque en premier lieu aux établissements de Paris, avant d’aller en province. Pourquoi ? Parce qu’ils estiment que de convaincre les grands lycées parisiens tient du symbole, et que faire tomber un symbole de cette ampleur permettra de changer les choses plus facilement ailleurs.

 

En ce qui concerne la pétition, la personne qui la signe sur internet, reçoit un email sur sa boîte, demandant de valider ou non la pétition. Ceci permet d’être quasi sûr qu’une personne ne signe qu’une fois la pétition. L’association a reçu beaucoup de retour, de réaction à la campagne. C’est ce genre de pétition, qui peuvent mettre mal à l’aise les structures discriminantes.

 

Ces pétitions ont des suivis de participation, qui permettent de savoir d’où viennent les gens qui signent ; par quel biais ils sont tombés sur la pétition ; par quel mot clef ils sont tombés sur le blog…ce qui permet d’identifier aux mieux les sympathisants.

 

Attention de ne pas s’attaquer à plusieurs problèmes en même temps. Mieux vaut préparer des actions de qualité, on est sûr de toucher plus de monde. Exemple : dire qu’on est pour la paix dans le monde, tout le monde sera d’accord, pourtant il sera très dur de mobiliser des gens pour faire une manifestation, car le message est trop vague. C’est pourquoi, mieux vaut être précis dans ses revendications. Attention à ne pas s’attaquer à trop de problèmes en même temps, le public risque d’être désorienté et se perdre dans les revendications.

 

Dernière petite chose, si vous faites appel à un avocat, penser à bien garder l’ensemble des documents qui pourraient vous être utile lors d’un procès (même si vous ne compter pas en faire), ça permet d’avoir avec vous des éléments papiers utiles pour donner des coups de pression aux personnes concernées.

 

2éme partie – La clef USB « discrimi-non », Olivier de Moules Frites.

Cette clef a été l’initiative de l’Autre Cercle, de la région Rhône Alpes. C’est la réponse à un appel à projet contre les discriminations. Une charte (de lutte contre les discriminations) a été créée en partenariat avec la région, si bien qu’à chaque nouvelle convention que signe la région, le projet doit être en accord avec la charte.

 

Suite à cette charte, une clef USB a été créée pour sensibiliser les professionnels qui travaille avec un public jeune (15-25 ans) aux luttes contre les discriminations. Pour plus d’informations www.autrecercle.org

 

L’intérêt d’une clef USB permet de pouvoir changer facilement le contenu, quand celui-ci n’est plus d’actualité, ou qu’il faille rajouter certains éléments.

 

 

Cette clef dispose de quatre grandes parties :

 

La discrimination c’est quoi ? Dans cette partie, on retrouve des exemples de situations de discrimination auxquelles ont peut-être confronté.

 

La discrimination et le droit. C’est un support juridique, avec les droits et devoirs de chacun.

 

Vos aides et contacts utiles. C’est une liste d’associations et d’institutions vers qui se tourner en cas de conflits.

 

Des ressources. C’est un glossaire des termes utiles lors de discrimination, ainsi qu’une liste d’avocats de la région spécialisés dans les cas de discrimination.

 

Cette clef dispose aussi d’un quizz qui a pour vocation de sensibiliser le public. La clef n’est pas un objet qu’on dépose dans un lieu public sans aucune explication. Pour sensibiliser au mieux le public, une explication se doit d’accompagner le produit.

 

Quelques éléments sont spécifiques à la région Rhône Alpes, comme la liste d’avocats, des associations vers qui se tourner. Néanmoins, beaucoup d’autres aspects de la clef sont des informations globales et réutilisables partout. Si les associations le désirent, elles peuvent se renseigner auprès des auteurs de la clef l’autre cercle, pour savoir s’il est possible de personnaliser la clef à chaque région.

 

Lors d’un procès verbal, il faut faire attention a bien encadrer et accompagner les victimes, celles-ci sont souvent déstabilisées durant le dépôt de plainte. S’il y a eu agression physique, pensez à aller aux urgences pour constater les faits avant de se rendre au commissariat.

 

 

3éme Partie – Le jeu pédagogique «  le parcours de vie », Olivier de Moules Frites.

Le parcours de vie est un jeu de rôle. L’objectif du jeu est de sensibiliser le public au quotidien d’une personne qui subit des stigmatisations, notamment les homosexuels (pendant 30 – 45 mins). Chaque personne joue un rôle défini au préalable par une fiche technique.

 

Une personne est désignée pour jouer le personnage principal. Celui-ci est en quête d’identité sexuelle ou encore gay, lesbienne. Il va devoir se confronter à ses proches, sa famille, ses collègues qui seront interprétés par les autres joueurs. Ceux-ci vont donner ou retirer des « points de moral » au personnage principal selon comment se sera passé leur discussion. Le but du jeu pour les joueurs étant de se mettre dans la position de proche d’un homosexuel et de réagir comme ils pourraient le faire d’ordinaire. Le personnage principal doit garder assez de points de moral pour ne pas être éliminé ou encore s’éliminer lui-même par le suicide (les homosexuels se suicident sept fois plus que les hétérosexuels). Lorsque toutes les rencontres entre les personnages ont eu lieu, la deuxième partie commence. C’est celle du débriefing, l’ensemble des joueurs avec le maître du jeu, discutent des comportements que chacun ont pu avoir, les ressentiments de tous et notamment du personnage principal. Est-il facile de vivre heureux en étant homosexuel ?

 

Prenons un exemple : Roméo (joueur 1), 19 ans est en quête d’identité sexuelle. La veille, il est allé à une réunion LGBT. Sur place, il a dragué un mec et ils se sont embrassés. Personne n’est au courant et ses parents ne sont pas là du week-end. Il décide d’aller voir sa meilleure amie (joueur 2). En scène !

 

Le maître du jeu doit faire attention à ses joueurs, à ce qu’ils ressentent.

 

 

 

Soyons sociaux
Réagir c'est agir