Président du réseau Animafac et membre du jury de cette troisième édition, Fransez Poisson revient pour nous sur le challenge Green TIC Campus et son palmarès.

 

Quel bilan dresses-tu de la troisième édition du Challenge Green TIC Campus ?

 

Un bon bilan. De nombreuses associations étudiantes se sont présentées et ont proposées des projets tout à fait originaux et ambitieux au sein des trois catégories primées. Les candidats ont pu défendre leur démarche devant le jury et si le cadre pouvait être intimidant, ils s’en sont bien tirés. Dans ce contexte, Climat Drone a sans conteste été le plus fort ! L’équipe de l’Université Montpellier II qui en est à l’origine a raflé trois prix. C’est une grande première dans l’histoire du challenge et une performance révélatrice de la qualité du concept.

 

Quelle importance revêt un événement tel que le Challenge Green TIC Campus pour des associations et des étudiants voulant porter un projet de développement durable ?

 

Je pense que le challenge Green TIC Campus encourage les pratiques et les projets dans le domaine du développement durable. Le challenge met en avant deux types de démarches. Certains projets, déjà réalisés, vont bénéficier d’une impulsion grâce aux prix reçus. Une impulsion synonyme d’une plus grande visibilité et d’un développement accru. D’autres, encore sur le papier, seront réalisés plus facilement, plus rapidement. C’est précisément le cas de Climat-Drone qui va pouvoir passer à une phase de production.

 

Pour quelle raison le réseau Animafac s’investit-il dans le Challenge Green TIC Campus ?

 

Le jury étant essentiellement composé d’experts en développement durable et en éthique, la présence d’Animafac apporte une sensibilité différente. Elle permet en effet d’évaluer les démarches présentées sous le prisme des initiatives étudiantes et de la vie étudiante, de diffuser l’esprit, la dynamique de réseau et l’entraide que nous défendons au quotidien. Cette participation était également l’occasion d’évoquer le fait associatif étudiant et d’en expliquer les contours.

Soyons sociaux
Réagir c'est agir