Alors que de nombreux étudiants sont engagés au sein d’associations étudiantes, les établissements d’enseignement supérieur sont encore nombreux à ne pas marquer d’intérêt particulier pour cet aspect de la vie universitaire.

 

Seule la représentation étudiante, qu’elle s’inscrive dans le mouvement syndical ou la tradition corporatiste, trouve sa place. Les engagements associatifs, sans visée représentative, souffrent d’un manque de reconnaissance de la part des universités, et plus largement de l’institution.

 

Il est essentiel que les établissements d’enseignement supérieur reconnaissent davantage l’utilité des engagements associatifs des étudiants et qu’elles entreprennent une démarche partenariale avec ces associations. Il s’agit avant tout d’instituer un dialogue : aujourd’hui, les services des établissements ne savent pas comment échanger et s’organiser avec les associations étudiantes. Il faudrait pourtant consulter les acteurs associatifs qui sont nombreux à pouvoir s’enrichir, démultiplier l’action des services communs, avec une forte capacité d’innovation. Quelques établissements l’ont compris, et de bonnes pratiques y ont vu le jour, par exemple entre associations d’accueil des étudiants internationaux et services internationaux ou entre des associations de prévention des risques et services de médecine préventive. Mais cela reste très ponctuel et informel, quand le dialogue mériterait d’être institué, rythmé et mis en valeur.

 

Découvrir la proposition suivante.

Soyons sociaux
Réagir c'est agir