Interrogés à la fin de leur cursus, 29% des étudiants internationaux déclarent vouloir retourner dans leur pays d’origine. Qu’ils souhaitent entreprendre ou trouver un emploi, ils rencontrent de nombreuses difficultés. En effet, si les études familiarisent avec les acteurs et les réseaux en France, les repères peuvent manquer à qui veut entreprendre dans son pays d’origine. Les étudiants peuvent alors être tentés de rester dans le pays qui a assuré leur formation. Cela représente pour les pays d’origine une perte d’investissement (frais d’éducation initiale) et une perte de
capital humain.
L’atelier présente deux projets de soutien aux initiatives d’entrepreneurs de retour dans leur pays d’origine après des études en France. Puis rapporte les résultats d’une enquête de l’ADEM auprès d’étudiants maliens sur leurs intentions de retour au pays d’origine après leurs études.

Intervenants :
– Pierre Yves Marion de Proce, chef du programme «Entrepreneurs en Afrique»
– Jean Pierre Trotignon, Directeur Technique du programme «Entrepreneurs en Afrique» et Directeur Exécutif du Réseau n+i).
– Dominique Mestre, coordinateur du projet «Entreprendre en co-développement» de l’association GRANDDE.
– Ismael Sacko, président de l’ADEM.


Entreprendre en co-développement, réseau GRANDDE.

Grandde, Groupe Régional des Acteurs Normands pour le Développement Durable en Entreprise , est une association oeuvrant pour la promotion du développement durable dans les entreprises.
Le projet « entreprendre en co-développement », s’inscrit dans une démarche de codéveloppement entre les pays du nord et du sud. Cette démarche regroupe les établissement de l’enseignement supérieur de Rouen (Université, ESIGELEC, ESC, INSA). L’association propose d’aider les étudiants étrangers, mais également ceux qui sont intéressés par le co-développement, qui sont en formation dans l’enseignement supérieur en Haute Normandie à créer leur entreprise dans leur pays d’origine, contribuant ainsi au développement de l’économie locale.
Il s’agit de permettre aux étudiants de valoriser les acquis de leur formation tout en favorisant le développement d’un tissu économique en Afrique basé sur le développement durable.
Le programme s’appuie sur un réseau de partenaires professionnels de l’entrepreunariat en Afrique (créateurs et chefs d’entreprise, institutions spécialisées dans le financement d’entreprise en Afrique, réseaux d’appui à la création en Afrique…). Ainsi le porteur de projet est aidé en amont et en aval de son retour en Afrique, accompagné pendant et après sa formation par des acteurs locaux.

Le programme se déroule sur cinq années.

La première est consacrée à un cycle d’ateliers, de rencontres et de conférences avec des professionnels dans le but de sensibiliser et de former à l’entreprenariat en Afrique. Al’issue de cette année sont sélectionnés les projets bénéficiaires du programme. La deuxième année est consacrée au montage du projet et inclus une mission d’un mois dans le pays où il sera réalisé

Viennent ensuite un accès au financement et un accompagnement à la gestion du projets sur une période de trois ans. Le programme a débuté en Janvier 2009 par le cycle de conférence qui a pour objectif de comprendre les enjeux, les atouts, contraintes et perspectives de la création d’entreprises en Afrique en favorisant une réflexion sur l’idée de créer une entreprise dans son pays. Il  s’agit également d’identifier et de faire émerger les projets d’étudiants désirant s’impliquer dans le processus proposé par Grandde.
Ce programme est destiné aux étudiants originaires du Maghreb, d’Afrique subsaharienne et aux étudiants français.
http://www.grandde.fr/

Entrepreneurs en Afrique, réseau n+i.
Le programme « entrepreneurs en Afrique » appuie, grâce à un accompagnement complet, la création de PME/PMI dans le secteur des technologies en valorisant les compétences des diplômés africains qui ont un projet de création en Afrique. L’originalité de ce programme réside en le soutien des écoles d’ingénieurs en France pour l’élaboration et la validation scientifique du projet. L’appui des écoles d’ingénieurs française permettrons de valider, par des recherches et
des expérimentation en laboratoires, le concept et son application technique. La caution apportée par la validation de l’école crédibilisera le projet et facilitera ainsi son financement.
Le porteur de projet soumet son concept aux différentes écoles d’ingénieurs puis choisira parmi celle qui ont retenues sa candidature celle avec laquelle il constituera un binôme. Le comité de sélection choisit chaque année 25 « binômes entrepreneurs-écoles » qui seront pris en charge par le programme, l’assistance de l’école courant sur une année universitaire.
Le programme propose également un accompagnement complet à la création d’entreprise grâce à de nombreux partenariats. Ainsi le porteur de projet bénéficiera d’une aide à la formalisation et à la pré-évaluation de l’intérêt de son projet, des ses motivations… à l’aide de structures d’appui à la création
d’entreprises en France et en Afrique. Le programme comprend également un appui à la recherche de financement, de conseils et d’expertise dans le domaine de l’administration, du droit et de la comptabilité auprès de structures d’appui à la création d’entreprises en Afrique.

Intervention d’Ismael Sacko de l’ADEM
L’ADEM a mis en place le forum de Bamako en 2008

Le séminaire
Financement: Pseau « FSP Codeveloppement, volet jeunesse »

Partenaires associatifs :

Animafac & Etudiants & Développement
Information et orientation des étudiants maliens souhaitant se former dans
les universités françaises
Partenariat avec syndicat des étudiants
Université du Mali
Doyen d’université de la FAST
CampusFrance
Adéquation entre la formation et le marché de l’emploi local – Mali
Partenariat avec ANPE-Mali,
Orange Mali
Banques maliennes
Patronat malien
CIGEM
Ministère de la jeunesse et des sports du Mali & d?autres ministères
AFIP & Enda Europe en France (signature de convention de partenariat)

Les résultats
Adéquation entre besoin exprimés et le projet,
Mobilisation de plus de 300 étudiants & diplômés,
Mobilisation des partenaires techniques concernés,
Mobilisation et implication des décideurs politiques (ministères)

Appui au intitiatives locales
– Renforcement de compétence
– Accompagnement technique et montage de projets de migrants en vue d’agir sur le développement de leur village ou commune (Projet mutuelle santé transport 1er mai 2009).
– Transfert de compétences au niveau des collectivités locales selon les profils sollicités.

Conclusion
– Souhait de reproduire le forum de Bamako comme l’a demandé les participants,
– Reproduire ce type d’initiative dans les pays voisins portée par les associations concernées,
– Mutualiser cette expérience avec d’autres initiatives réussies ou en cours.
Le chantier aura présenté des initiatives facilitant la création d’entreprise dans le pays d’origine des étudiants, luttant ainsi contre la « fuite des cerveaux » et
permettant de mettre en valeur les formations reçues en France. Ces initiatives rencontrent une vraie demande de la part des étudiants internationaux qui désirent dans l’ensemble retourner dans leur pays. L’initiative de l’ADEM, et le séminaire de Bamako, furent de vrais succès et ne demandent qu’à être renouvelés dans d’autres pays devant l’enthousiasme des associations participantes à l’atelier.

Soyons sociaux
Réagir c'est agir