Au cœur du réseau Animafac, des associations s’engagent dans l’accueil des étudiants étrangers, font la promotion de l’expérience à l’international auprès de leurs pairs, favorisent les échanges, les interconnexions et l’interculturalité. Fort de leurs expériences, vrai moteur pour encourager la mobilité des étudiants à l’international, le réseau Animafac souhaite donc soumettre aux ministères concernés quelques propositions pratiques contribuant à stimuler la mobilité internationale.

 

Regrouper les différents dispositifs financiers d’aide à la mobilité

Nombreux mais peu lisibles, les dispositifs de soutien à la mobilité existent à tous les niveaux des instances publiques (collectivités locales, territoriales, Etat, Union Européenne) Mais l’information les concernant est dispersée ; le candidat au départ, doit batailler et constituer plusieurs dossiers. Résultat : il se décourage et souvent s’épuise à repérer les bons interlocuteurs.

Ce que suggère Animafac : La création d’un guichet unique à la mobilité, probablement au niveau régional, pour réunir ces différents dispositifs.

 

Parier sur la mobilisation par les pairs

Le rapport interministériel évoque l’importance de « stimuler le désir de mobilité« , de susciter l’envie de départ. Pour ce faire un travail de sensibilisation s’avère nécessaire.

Ce que suggère Animafac : Les initiatives basées sur la sensibilisation par les pairs doivent être encouragées et multipliées. Animafac crée de nouveaux événements et outils pour les encourager :


Organiser un événement spécifique

Animafac initie cette année une nouvelle campagne thématique baptisée « Semaine de la mobilité internationale » . Du 24 au 30 novembre 2008, des étudiants ayant goûté l’expérience à l’étranger iront à la rencontre des néophytes pour répondre à leurs questions, faire tomber les dernières appréhensions et ainsi les aider à franchir le pas.

Créer une agence de la mobilité internationale

Les étudiants candidats au départ renoncent souvent faute d’informations lisibles et centralisées ainsi que par manque d’accompagnement.

Ce que suggère Animafac : Une agence dédiée à la mobilité internationale pourrait voir le jour. Opérateur national et privé (sous forme associative), cette agence constituerait à la fois un centre de ressources et une plate-forme de coordination des associations étudiantes agissant pour la promotion de la mobilité, ainsi que l’accueil et l’intégration des étudiants étrangers. Elle aura 3 objectifs prioritaires :
1) Outiller les associations afin de mener à bien des initiatives de promotion de la mobilité ;
2) Accompagner ces associations dans la mise ne oeuvre d’activités favorisant la socialisation et l’intégration des étudiants en France ;
3) Favoriser la circulation de l’information relative à la mobilité internationale auprès des jeunes. Les associations étudiantes dont les actions seraient valorisées dans un tel cadre, deviendraient ainsi locomotives et réaliseraient un véritable travail de médiation dans tous les réseaux de jeunes.


Favoriser les expériences de mobilité courte : 1000 bourses pour les bourses engagés

Le rapport du centre d’analyse stratégique démontre qu’une expérience courte incite ceux qui l’ont vécue à en envisager une autre plus longue par la suite. Un élargissement de la gamme des dispositifs de mobilité est préconisé.

Ce que suggère Animafac : Lors de l’été 2008, des jeunes étudiants allemands ont été accueilli au sein d’associations étudiantes françaises pour y effectuer un stage. Une initiative appréciée par toutes les parties prenantes. Un système de bourses dédié pourrait faciliter ce type d’expériences.

 

 

 

 

 

 

Soyons sociaux
Réagir c'est agir