Le Forum de l’emploi dans l’Economie Sociale et Solidaire, qui s’est déroulé en Seine Saint-Denis le 13 et 14 octobre dernier, a été le premier rendez-vous national d’un secteur encore trop peu connu. Animafac revient sur l’événement et vous propose les orientations possibles.

Comme beaucoup de forums consacrés à l’emploi, rares sont les candidats qui retourneront chez eux avec une promesse d’embauche… Mais l’objectif n’était pas là. Il s’agissait avant tout de créer un lieu de rencontres permettant de mieux connaître le secteur, ses acteurs associés ainsi que les formations et sites d’offres d’emploi spécialisées.

 

Les formations spécialisées Economie Sociale et Solidaire


Si vous êtes intéressés par l’économie sociale et solidaire et que vous envisagez de suivre une formation dans ce domaine, sachez que près de 30 formations qualifiantes existent aujourd’hui au sein des universités françaises et grandes écoles.

Les Master 2, rejoint en 1999 par les licences professionnelles, représentent la majorité des formations en économie sociale et solidaire. Quelques grandes écoles, telles que la Chaire Entrepreneuriat Social de l’ESSEC, agissent également dans le domaine. « Ces formations ne préparent pas à des métiers différents de ceux des entreprises privés. En revanche, elles apportent une connaissance aux étudiants du secteur d’activité, un secteur qui respecte les salariés et ses clients, qui place l’homme au centre de ses projets. » nous explique Pierre Dubois, responsable de la licence professionnelle Management des organisations de l’économie sociale au sein de l’Universite de Marne-la-Vallée.

 

Ces cursus peuvent être intégrés en formation initiale, continue mais également en contrat d’apprentissage. Danièle Desmoutiers, responsable du Master Développement et Expertise de l’économie sociale à l’université de Grenoble, nous livre toutefois quelques conseils sur les choix des formations, qui peuvent paraître floues pour les étudiants. « Il faut bien regarder le contenu des modules spécialisées en économie sociale puisque aucune ne se ressemble. Ces formations ont en effet tendance à s’adapter au besoin du territoire ainsi qu’aux sensibilités propres des enseignants fondateurs. » Ne soyez donc pas trop effrayés de voir des intitulés à rallonge jamais identiques…

 

La motivation sera donc de rigueur pour vous forger un solide point de vue sur les différentes options… Mais cet atout constitue le point essentiel pour intégrer ces formations qualifiantes. « On s’attache beaucoup au projet professionnel de l’étudiant, aux stages réalisés ainsi qu’aux participations à la vie associative par exemple. » souligne Pierre Dubois. Vous l’aurez compris, ces cursus sont porteurs de valeurs et nécessitent un engagement initial important. On ne rentre pas dans le secteur de l’économie sociale comme ça !

 

La création d’entreprises « sociales »

Si au contraire vous êtes en recherche d’emploi, que vous envisagez sérieusement de créer votre entreprise, l’entrepreneuriat social peut être la réponse à votre projet. Ces initiatives privées au service de l’intérêt collectif sont issues d’un concept récent né aux Etats-Unis vers les années 80. Des entreprises d’insertion au commerce équitable, en passant par les SCOP et les SCIC, autant de formats qui ont été passés en revue grâce aux témoignages de jeunes « entrepreneurs sociaux ». Ici une sélection de témoignages.

 

Rachel, sorti d’HEC il y six ans, est gérante d’IDEO, une marque de vêtements réalisés avec du coton biologique et d’autres matières neutres pour l’environnement. Elle nous apporte son point de vue sur le commerce équitable « On se place dans une relation commerciale avec les pays du Sud, un échange équilibré et non pas de la charité. » Et nous en dit plus sur les atouts nécessaires à ce type d’activité : « Mon quotidien, c’est celui d’un chef d’entreprise. Il est indispensable d’avoir des compétences en gestion. On ne peut pas s’en sortir seulement avec des bons sentiments… » Ca, c’est dit !

 

Patrick Behm, quant à lui, a beaucoup moins les allures d’un manager. Cet ancien cadre supérieur d’industrie a changé d’orientation en se lançant dans ENERCOOP, SCIC fournisseur d’électricité verte. « La SCIC a été créée en 2004, le statut s’est affirmé de façon naturelle, le multisociétariat et la possibilité d’associer des collectivités représentent un atout majeur du projet. » Attention toutefois pour les futurs entrepreneurs sociaux, le secteur de l’électricité verte n’est pas un domaine facile à pénétrer…

 

Les sites d’offres d’emploi spécialisées


Enfin si vous n’avez pas l’âme d’un entrepreneur, vous pouvez toujours consulter les offres spécialisées sur les sites de l’AFIJ, de Ressources Solidaires ou encore de Reseau-Tee en matière d’environnement.

 

Un dernier conseil toutefois sur votre future orientation : le papy-boom dans l’économie sociale et solidaire n’aura pas lieu ! Il paraît que les acteurs salariés quittent le secteur avant 50 ans…


Pour retrouver les formations de l’économie sociale et solidaire : cliquez ici

 

 

 

Soyons sociaux
Réagir c'est agir