Réduire le nombre de tués sur la route, encore et toujours. La vitesse excessive, comportement meurtrier par excellence, fait partie des premiers facteurs de l’insécurité routière et est souvent imputée aux jeunes conducteurs. Aussi, brider les véhicules de ces derniers aurait-il une conséquence bénéfique sur les risques d’accidents meurtriers ?

 

Pour le Conseil National de Sécurité Routière (CNSR) rien n’est moins sûr. En effet, une telle clause n’aurait pas une incidence aussi déterminante. Sur la route, les moins de 25 ans ne sont pas plus exposés au risque de la vitesse excessive que les autres.

 

De plus, cette mesure devrait, dans l’absolu, ne concerner qu’une partie des jeunes, les jeunes femmes étant exclues, et par là même, les hommes d’un certain âge, jugés plus expérimentés.

 

Enfin, il serait bien délicat d’appliquer cette mesure puisqu’une liste des véhicules à risque devrait être établie (la carte grise ne comporte aucune information quant à la puissance d’un modèle). Or, quel comportement adopter face à un jeune conducteur qui, comme 33% de ces congénères, ne possède pas de voiture et utilise le véhicule familial ?

 

Ainsi, qu’il s’agisse du CNSR ou de la majorité des français, une seule mesure s’impose, applicable à tous, le moindre accès à des véhicules inutilement rapides puissants.

 

En outre, réuni sous la présidence de R. NAMIAS le 18 mai 2004, le CNSR a également établi d’autres priorités pour la sécurité routière.

 

Si les jeunes conducteurs échappent à une mesure « injustifiée », il est néanmoins conseillé de suivre leur implication dans les accidents à l’aide du fichier accident. Le CNSR encourage également le gouvernement à poursuivre ses projets de sécurité routière et à les appliquer avec détermination. Enfin, il recommande de sensibiliser les adultes sur leur responsabilité morale vis à vis des jeunes conducteurs, et demande aux assurances de promouvoir les voitures les plus sûres pour combattre le préjugé qui veut que puissance égale sûreté.

 

En savoir plus : le site du CNSR

Soyons sociaux
Réagir c'est agir