Le 4 février dernier, sous l’impulsion d’Animafac, d’Unis-Cité, de la Ligue de l’Enseignement, de la Croix-Rouge Française, de l’AFEV et de l’AFIJ, 600 jeunes se sont rassemblés au Théâtre des Nouveautés à Paris pour partager leur expérience du service civil et débattre de son avenir avec Martin Hirsch, nouveau Haut Commissaire à la jeunesse. Retour sur une réunion pleine d’attentes.

En arrivant dans le théâtre bondé de jeunes volontaires en service civil, arborant des tee-shirts de toutes les couleurs, Martin Hirsch s’est tout de suite exclamé : « quand on voit la chaleur qui se dégage d’ici, ça donne envie d’être pour le service civique« . Et de fait, le Haut Commissaire affirme vouloir en faire une priorité. Il le répète haut et fort,  » On va faire le service civique ! » Martin Hirsch reprend ensuite la parole pour expliquer la manière dont il veut mettre en place ce service. Le Haut Commissaire a établi quatre objectifs de base à atteindre en adéquation avec le rapport Ferry rendu en septembre 2008.

Des objectifs clairs…

–  Le premier est de répondre à l’envie d’engagement de la jeunesse. Pour Martin Hirsch, les projets de la jeunesse expriment un idéal souvent réprimé par des priorités logistiques et de moyens. Pourtant,  » il faudrait voir cet idéal non comme un rêve mais comme un but à atteindre, le cultiver et le mettre au service du collectif » précise le Haut Commissaire.
–  En second lieu, le service civique doit répondre à un besoin du pays en permettant la réalisation d’actions qui ne pourraient pas se faire sans. Aujourd’hui, il y a des manques de moyens dans certains domaines, comme la vieillesse ou l’isolement.Sur ces sujets prioritaires,il faut mobiliser une force vive. Le service civique pourra ainsi être mesuré en réalisation à effectuer.
–  Le troisième objectif a pour but de décloisonner la société. Martin Hirsch attire l’attention sur l’enfermement de la société dans des ghettos parfois virtuels.
–  Enfin, le dernier objectif est la valorisation du service civil. S’engager, 6, 9 ou 12 mois est une expérience qui doit être valorisée.

…mais beaucoup de questions en suspens

A l’issue de son discours Martin Hirsch demande aux volontaires leur accord sur ces objectifs à atteindre. Les réactions ne se font pas attendre et les questions fusent. Comment seront choisis les champs d’actions prioritaires ? Quelle sera la reconnaissance accordée au statut des volontaires ? Peut-on vraiment mesurer la rentabilité humaine du service civique ? De quelle manière les jeunes seront-ils valorisés ? Quels seront les moyens financiers alloués au service civil en juin 2009 ? Le service civique bénéficiera t-il d’une meilleure campagne de communication ? Pour le Haut Commissaire, tout sera mis en place pour permettre un meilleur service civique, des projets, un budget…Concernant les questions plus pratiques et techniques, le projet reste à affiner et Martin Hirsch sans avoir de données chiffrées a néanmoins assuré qu’il n’y aurait pas d’arrêt du service civique entre mars 2009 et la mise en place du système.

À l’issue de la rencontre, Martin Hirsch a promis que les choses seraient faites dans l’ordre, avec des objectifs clairs et dans la continuité du dialogue avec les associations engagées dans le service civil. Aux associations et aux volontaires de rester attentifs à l’évolution du projet.

Pour plus d’infos :
Article de la CPCA sur le service civil

Etude du CSA pour la CPCA « La perception des jeunes volontaires sur le service civique »

Revue de presse :

M6
l’Express
Libération
Premier Ministre
Les Echos
StreetReporters
Europe 1
AEF
Le Monde

Soyons sociaux
Réagir c'est agir