Damien Bouffault, 27 ans, ancien secrétaire général de IASTAR et fondateur de Radio Campus Avignon (RAJE).

Damien a 16 ans, et les profs du BEP de comptabilité vers lequel il s’est vu orienté se demandent ce qu’il fait là. Sa mère, de peur qu’il tombe dans une  » voie de garage « , accepte de le laisser tenter le lycée expérimental de Saint Nazaire, où il a des amis. Pas de directeur, pas de personnel de ménage ni d’administration : le lycée est cogéré par les élèves et les enseignants. Il y suit des cours de scénographie, d’architecture : pas tout à fait le programme du bac, qu’il n’aura pas, mais une belle école de la vie, qui le mène aujourd’hui à être un incontournable du paysage culturel avignonnais.

Eclaireurs

Ses parents, l’un fonctionnaire, l’autre « perdu dans ses bouquins en Suisse », ne semblent pas avoir directement nourri sa soif de projets pionniers. Où donc, alors ? « Les éclaireurs de France, association la plus ancienne de scoutisme, laïque, m’a accueilli dès mes 8 ans ». Toutes les ramifications semblent partir de cette première expérience de la vie en collectivité. Son « premier métier », d’abord : il passe son BAFA à 16 ans, et exerce en tant qu’animateur, directeur, puis coordinateur de séjour de vacances jusqu’à aujourd’hui. Ce qu’il appelle son  » deuxième métier « , ensuite. La radio. A 14 ans, il bidouille une radio qui émettait à « 2 km à tout casser ». Lui et son ami d’enfance rêvent aux grilles des programmes de leur future radio, « Raje« ,  qui naît quelques années plus tard à Avignon. A l’heure de son service militaire, il tente de passer un équivalent du bac sans succès, et une fois un emploi jeune décroché par Raje, il en est le premier salarié. Damien se construit dès lors et se développe en même temps que la radio elle-même : il bâtit la rédaction en animant deux ans les « matinales », puis prend en charge durant deux ans la coordination d’antenne, un poste plus politique. « Il s’agissait de faire en sorte que la radio soit cohérente ».

Création sonore

Aguerri des associations et bourlingueur, il quitte aujourd’hui Raje et projette de se mettre à son compte pour faire vivre la création sonore, dans un premier temps dans le cadre de son association No Zéro. Il monte actuellement un dossier VAE pour valider soit un IUP de communication, soit… un diplôme d’animateur. Une clé qui lui permettrait aussi, s’il vient à bout des six mois de constitution de dossier et de l’année de validation du jury, de « reprendre des études ».

 

Soyons sociaux
Réagir c'est agir