Cet article fait partie du compte-rendu de la rencontre « Accompagnement à la scolarité » , qui s’est déroulée les 8 et 9 décembre 2007 à l’université Paris 5.

 

Expériences scientifiques, atelier théâtre, visite de musées, relais bibliothèque… les possibilités ne manquent pas pour compléter l’aide aux devoirs. Les associations étudiantes témoignent !

1. Espérance en Béton : des expériences scientifiques ludiques

 

Espérance en béton est une association créée en 1996 composée d’étudiants de Supélec. Les activités de l’association sont nées de la constatation suivante : au sud de la région Ile de France, deux mondes se font face et s’ignorent ; l’un est constitué de l’essaim d’établissements scientifiques d’enseignement et de recherche (Ecole Polytechnique, Supélec, Faculté d’Orsay, IHES, … ) et l’autre se compose des zones à éducation prioritaire.

 

Ses missions

 

Pour tenter d’établir un contact entre ces deux réalités, l’association étudiante apporte un soutien scolaire et ades rapports constants avec les collégiens. Ils organisent également :

– des sorties éducatives et ludiques (Salon du BOURGET par exemple).
– des journées de Travaux Pratiques qu’ils encadrent, à destination des collégiens.
– la journée BOUGE LA SCIENCE, l’événement le plus important, où 300 collégiens sont accueillis.
Cette journée se fait à travers l’installation de stands et des propositions de manipulations ludiques (pour les niveaux 3ème à 4ème). Un contact est gardé avec les collégiens qui organisent par la suite le même événement dans leur établissement. L’association se base sur le parrainage, qui est primordial : chaque collégien assistant à l’évènement est accompagné toute la journée.

 

L’association a une vocation d’ouverture aux lycéens. Ils font un tutorat qui fait partie du programme « Pourquoi pas moi ? ». C’est une ouverture sociale et culturelle, comme par exemple l’ouverture d’ateliers politiques pendant les élections, manipulation des esprits par la pub…

 

Evaluation

 

L’évaluation de l’association se fait essentiellement par :

– les retours de collégiens en soutien scolaire (les collégiens sont des acteurs du projet et le but est de faire tenir un stand par les lycéens)
– les retours des professeurs pour parler des thèmes, de la pédagogie, par des questionnaires
– des entreprises partenaires. _


2. Citoyen International : des ateliers citoyens

 

Samir, Président de l’association, nous explique que son association s’articule autour de 3 projets :

la solidarité en Côte d’Ivoire, en partenariat avec une ONG
– des rencontres autour d’un pays avec des intervenants du pays
– l’Atelier du Citoyen dans le 20ème arrondissement. Ce dernier n’est pas une initiative de l’association mais a été créé après le tournage d’un documentaire, où les membres ont pris conscience que les enfants n’avaient que peu d’espace de loisirs. Après discussion avec les parents, un atelier a été mis en place, initiallement culturel et artistique. Maintenant, l’aspect social est davantage pris en compte : les enfants peuvent exprimer leurs sentiments. Les parents se réunissent dans une salle pour des actions relatives au logement.

 

Cette année, l’association a mis l’accent sur le rôle social de la culture et débouche sur un spectacle. La principale difficulté de l’association est la non-assiduité de l’enfant du fait de la gratuité. De ce fait, les adhérents vont discuter avec les parents pour leur expliquer la nécessité de suivre l’enfant.

ECHANGES AVEC LA SALLE


Quelle implication des parents ?

 

Citoyen international souligne la place importante des parents, le projet ayant été créé à partir des parents lors du documentaire. Il y a une ou deux séances par an avec les parents, qui interviennent aussi dans le suivi d’activité. Les parents adhérent à 100% au projet mais ont d’autres problèmes qui les empêchent de s’impliquer davantage. Ils interviennent notamment dans les spectacles : les enfants montrent aux parents ce qu’ils font, c’est important pour eux.

 

Echange de conseils sur les financements

– développer des partenariats avec les entreprises
– identifier un ministère sur lequel le projet pourrait trouver sa place
– solliciter des fondations (aller sur le site de la Fondation de France)
– répondre aux appels à projets qui sont certes très longs à faire mais qui rapportent gros.
– organiser aussi un pôle communication au sein de l’association.

 

Soyons sociaux
Réagir c'est agir