Créée en 2000, l’association Ensemble contre la peine de mort milite pour l’abolition universelle de la peine de mort. Un combat revenu sur les devants de la scène à l’occasion de la dernière campagne du collectif, dénonciation en règle des pays où l’homosexualité est passible de la peine capitale.


Afghanistan, Arabie Saoudite, Émirats Arabes Unis, Iran, Mauritanie, Nigéria, Pakistan, Soudan, Yémen : neuf pays dans lesquels l’homosexualité est encore passible de la peine de mort. Trois d’entre eux (Afghanistan, Arabie Saoudite, Iran) sont d’ailleurs passés aux actes ces dix dernières années, exécutant des prévenus sous le simple motif qu’ils étaient homosexuels.

« Notre ambition est l’abolition universelle de la peine de mort : quel que soit le crime pour laquelle elle est prononcée, l’homme ne peut y répondre par la barbarie ». Antti Timonen, porte-parole de l’association Ensemble contre la peine de mort (ECPM), est formel : « Affirmer et vivre librement son orientation sexuelle n’est pas un crime et ne devrait nullement avoir sa place dans un code pénal ».


Signatures. Afin de sensibiliser le public à cette question encore largement sous-médiatisée, ECPM vient de lancer une pétition. Intitulée « Pas d’homo à l’échafaud », elle invite l’ensemble des citoyens à « affirmer leur solidarité et leur soutien aux homosexuels qui sont arrêtés, emprisonnés, voire condamnés à mort et exécutés dans le monde ». Revendicative, elle appelle surtout les gouvernements des neuf pays précédemment cités à réformer leur code pénal et, dans cette attente, à commuer les condamnations à mort des prévenus arrêtés du simple fait de leur orientation sexuelle.

 

Pour Antti Timonen, la pétition ne peut se cantonner aux frontières hexagonales. C’est pour cela que le texte et la liste des signataires seront remis au Secrétaire général des Nations-Unies, Kofi Anan et à la Haut-Commissaire des droits de l’Homme de l’ONU, Louise Arbour. « La pression extérieure est primordiale […] Les dirigeants se doivent de maintenir une bonne image de leur pays aux yeux du reste du monde, et c’est là que nous pouvons agir : en dénonçant leurs actes, nous les poussons à revenir sur leur législation ».

 

Terrain. La participation d’ECPM à la « Marche des Fiertés » du 25 juin dernier a permis de renforcer le relais médiatique de la campagne. Devant près d’un demi-million de personnes, le char affrété par l’association a mis en scène des silhouettes blanches pendues à neuf potences (neuf, comme autant de pays où l’homosexualité est passible de la peine capitale). Tous les membres d’ECPM étaient également vêtus de blanc, couleur du deuil dans les pays musulmans. Un signal fort, qui contrastait avec l’abondance de couleurs bigarrées dans tout le reste du cortège, et dont l’association espère qu’il aura été remarqué par les politiques présents sur l’événement.

 

En savoir plus :

– Sur l’association : http://www.abolition.fr

– Sur la campagne : http://www.abolition.fr/ecpm/french…

 

Soyons sociaux
Réagir c'est agir