A la cité universitaire du Rabot à Grenoble, Nadir a trouvé la solution pour que l’Arcur démarre l’année en beauté.

Même si le fait d’habiter au même étage facilite le contact, « faut toujours bouger les gens pour qu’ils se parlent et fassent connaissance« , explique Julien, membre de l’Arcur. L’association des résidents de la cité universitaire le Rabot regroupe les étudiants des toutes les universités grenobloises logeant au sein de la plus vieille résidence du CROUS de Grenoble. Créée en 1962, elle portait alors le nom d’Amicale des Résidents de la Cité Universitaire le Rabot. Depuis, ses membres organisent chaque année l’espace de vie de 550 lits au creux des montagnes. Mais au début de l’année, c’est toujours un défi de relancer la machine.

Le club machines à laver ne répond plus

Certes, au fil des ans, l’association a su dynamiser les 800m² de locaux mis à sa disposition par le CROUS. La gestion d’une buanderie communautaire, d’une bibliothèque-local d’étude-salle informatique, d’un foyer, d’un gymnase, d’un local de mécanique, de musique, de muscu, de télé… a permis de mettre en place des activités de sports de montagne, le journal trimestriel Le Bêtisier de Couloirs, des clubs de capoeira, tae twon doe, moultes représentations artistiques de tout poil (impro, thêatre, musique, expositions, etc.), des cours artistiques (guitare, danse, etc.), et une vidéothèque.

Mais Nadir, son actuel président, sait à quel point il est important de ne pas rater le coche de la rentrée. « L’année dernière, l’activité avait eu du mal à démarrer, à cause d’un souci au niveau du club machines à laver« . Résultat : peu de forces vives concentrées sur les autres activités, une année en demi-teinte. Cette année, Nadir est aux taquets dès l’été. Impression des flys, planning prévisionnel aux petits oignons : des stands sont posés à côté du secrétariat de la résidence universitaire à la rentrée, les bénévoles font du porte à porte, participent aux journées d’accueil avec le CROUS, invitent au concert d’ouverture avec un groupe grenoblois. Sa recette : « un cadre convivial où l’on casse le cadre hiérarchique. L’année dernière, une séparation existait de fait entre membres actifs « VIP » et membres passifs. Cette année, plein de petits événements festifs seront organisés. Le contact est crucial : aller à l’avant des gens, leur parler. Comme ça les gens se disent : Ah tiens lui c’est le président mais il est accessible, il ne se prend pas pour chais pas quoi. »


Balade faune et flore au-dessus de Grenoble

Samedi 22 Septembre, L’Arcur organisait une balade ayant pour but de sympathiser, de rencontrer le nouveau président ainsi que les autres membres de l’association. Rendez-vous pris à 15h sur le parking devant les bâtiments Vercors, Restaurant et Chartreuse. Au programme, visite des lieux puis direction la bastille, juste au-dessus de la résidence. Le jour J, une dizaine de filles et de garçons, allemands, polonais, canadiens, libanais, français, étaient au rendez-vous.

« La résidence universitaire est un ancien bâtiment militaire sur la colline qui surplombe l’agglomération. Une vue imprenable. Le Fort qui domine Grenoble faisait partie du système de défense, quand les Hauts savoyards les attaquaient. C’est plein de galeries, de passages souterrains. » Connaissant quelques petits trucs au bout de trois ans de résidence U et d’implication dans l’asso, Nadir s’en donne à coeur joie et fait découvrir aux nouveaux les passages cachés. Durant la montée, il leur donne des informations sur la faune et la flore locales. La descente est un moment d’échange. Nadir discute avec tout le monde. Le secret d’une année bien remplie semble se jouer là : nouer des contacts intégrateurs entre les résidents.

« Bien sûr quand on parle d’intégration on peut penser aussi aux soirées organisées, expositions, projections de films de sensibilisation etc, comme ça c’est passé l’année dernière bref, tout événement sensé rassembler des gens ; mais aussi des différents comités proposés par l’Arcur et qui mettent en relation des gens qui ne se connaissent pas forcément devant une passion commune (club photo, muscu…) ou encore qui s’activent autour d’un même projet en tant que bénévoles de l’asso (comité foyer, manifestation avec le festival)« , résume Julien.

« Sans oublier les futurs projets qui j’espère verront le jour : repas de fin d’année utilisant des fruits et légumes du jardin arcurien et le compost déjà mis en place l’année dernière, happening nourriture du monde/région où chacun apporte un plat de sa spécialité et enfin soirée internationale sur le thème de l’échange. »

 EN SAVOIR PLUS :
Association des résidents de la cité universitaire le Rabot

 

Soyons sociaux
Réagir c'est agir