Deuxième édition de la Nuit Européenne sans Accident du 16 octobre 2004 : 400 bénévoles impliqués, une centaine de discothèques partenaires, le tout dans sept pays. Ce dispositif impressionnant était organisé par les Responsibles young drivers belge (RYD) et luxembourgeois (RYD ABSL), et l’association française La Route des Jeunes.

Retour sur l’opération Dry-verre à Versailles, dans les Yvelines.

 

18h : les bénévoles se retrouvent au local de l’association, dans le 15ème arrondissement de Paris, afin de se répartir le matériel nécessaire à l’action. Des cartons et des sacs jonchent le trottoir : alcootests, planches à mousquetons pour accrocher les clefs des conducteurs, boissons soft, Dry-verres… Les passants, étonnés et parfois amusés, observent tous ces jeunes qui s’activent et tentent désespérément de faire rentrer le matériel dans les voitures.

 

19h30 : la trentaine de bénévoles menant les opérations en Ile-de-France se retrouve dans une pizzeria. Moment de détente avant la  » tempête « , mais également d’active préparation : entre deux plats, le chef d’action fait le traditionnel  » briefing  » aux bénévoles, rappelle les règles de comportement. Les questions fusent et les clients du restaurant rient en nous voyant faire une démonstration, pour les novices, du fonctionnement d’un éthylotest électronique. Mais l’heure tourne et il est déjà temps de se séparer :  » Bonne action ! « ,  » Tenez nous au courant de votre nombre de clefs tout au long de la nuit par téléphone « 

 

21h : notre petit groupe de 5 bénévoles prend la route, direction Versailles. A notre arrivée, nous découvrons un bar immense, presque de la taille d’une discothèque. L’accueil est chaleureux, le directeur de l’établissement enthousiaste. Nous mettons en place le matériel et enfilons nos  » tabliers Route des Jeunes « , signe de reconnaissance de nos bénévoles.

 

23h : les clients se pressent déjà à l’entrée du bar. Il s’agit de leur expliquer le plus rapidement possible le concept de l’opération :  » Qui est le conducteur parmi vous ? « . Une fois l’attention captée, il faut aller droit au but :  » Nous sommes une association de sécurité routière pour les jeunes et nous te proposons un contrat : si tu acceptes de nous confier tes clefs de voiture et de souffler dans un éthylotest à la sortie, nous t’offrons trois boissons non alcoolisées ainsi que le Dry-verre, un verre en acier que tu pourras conserver si tu respectes le taux d’alcoolémie légal pour conduire « . 86% des jeunes acceptent de participer à l’opération, les clefs s’entassent sur notre panneau : 15, 20 puis 57 clefs sont récoltées. Les jeunes s’étonnent :  » Mais vous faites ça bénévolement ? « ,  » C’est vraiment très bien ce que vous faites « . On a beau les entendre à chaque action, ces phrases-là font chaud au cœur.

 

00h30 : petit moment de répit, le bar est plein et plus personne n’entre ni ne sort. L’occasion pour la moitié des bénévoles de se trémousser un peu, eux aussi, sur la piste de danse, pendant que les autres veillent consciencieusement sur les clefs de voiture. Les jeunes viennent chercher leurs trois boissons au fil de la soirée. C’est aussi l’occasion de sensibiliser les clients : nous allons vers les tables pour parler aux jeunes des dangers de l’alcool au volant. Chaque conducteur désigné est reconnaissable à son Dry-verre posé devant lui sur la table. Il s’agit de valoriser celui qui conduit, d’en faire la  » Star de la nuit « . Nous prenons des nouvelles des autres bars et discothèques par téléphone :  » Combien ? 110 clefs, c’est génial ! « .

 

01h : les jeunes commencent à quitter le bar. Intense moment d’activité pour nos bénévoles : il faut faire souffler tous ceux qui nous ont confié leurs clés, mais également tous les clients du bar qui le souhaitent. Le panneau à clefs se vide peu à peu : jusque-là, tous les jeunes ont respecté le contrat et sont aptes à conduire. Nous distribuons des alcootests à tous les clients. Mais il reste quelques clefs, les irréductibles qui ne semblent pas prêts à quitter le bar. La musique s’arrête, les videurs demandent aux gens de sortir, mais trois clefs restent accrochées au panneau : ces derniers jeunes auront-ils respecté le contrat ? Les bénévoles regardent, inquiets, autour d’eux : les derniers clients semblent tous plutôt éméchés. Puis ils viennent récupérer leurs clefs. L’ultime personne à souffler a une haleine quelque peu alcoolisée. Le bénévole regarde avec inquiétude le chiffre s’afficher à l’éthylotest : 0,2, ce qui équivaut à 0,4 grammes d’alcool par litre de sang. Le taux légal (0,5) est respecté ; nous rendons donc ses clefs au jeune en lui recommandant bien de s’arrêter de boire et de faire attention sur la route.

 

02h : nous remballons le matériel et faisons nos adieux au personnel du bar.  » 57 clefs et zéro positif à la sortie, l’opération est un franc succès ! « . Une petite pensée pour les autres bénévoles de la Route des Jeunes qui sont sur le terrain cette nuit-là : nous sommes présents dans plus de 20 établissements partout en France ce même soir, et beaucoup d’entre eux ont encore de longues heures à tenir jusqu’à la fermeture des discothèques…

 

Nous reprenons la route, tout à l’excitation de notre succès : « Tu as entendu ce jeune qui m’a dit que pour la première fois il se rendait compte qu’il pouvait passer une bonne soirée sans même avoir bu ? », « Et celui qui nous a remerciés en disant que désormais il penserait systématiquement à la Route des Jeunes en allant dans un bar ou en boîte ?! « … Nous arrivons sur Paris et regagnons tous notre lit, heureux d’avoir apporté notre contribution à la sensibilisation et à la responsabilisation des conducteurs, ce qui demeure malgré tout une goutte dans l’océan de ce qu’il reste à accomplir en terme de sécurité routière.

Soyons sociaux
Réagir c'est agir